Guyans-Vennes et la chandeleur

Métiers et traditions
Avatar du membre
Karine
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 12839
Enregistré le : dim. 05 févr. 2006, 13:40

Guyans-Vennes et la chandeleur

Message non lupar Karine » dim. 04 févr. 2007, 17:24

Depuis près de cent ans, Guyans-Vennes, dans le Doubs, est fidèle à la tradition. Le 2 février, tous les hommes se retrouvent entre eux. Pour faire les comptes et (surtout) la fête. rn rnrnGUYANS-VENNES. La tradition a désormais près d'un siècle. Mais elle est toujours honorée avec la même ferveur. Tous les ans, à la Chandeleur, les hommes du village de Guyans-Vennes (Doubs) se retrouvent entre eux pour faire le point sur la commune. Mais, surtout, pour faire la fête. Tard dans la soirée pour les plus raisonnables. Jusqu'au week-end pour les plus jeunes. Rien, pas même l'émancipation des femmes, ne semble avoir eu prise sur le rituel.rnrnrnHistoriquement, c'est la réunion des coopérateurs de la fruitière qui a donné naissance à l'événement. Une date devenue « sacrée » qui, au fil du temps, s'est élargie aux maires de Vennes et Consolation, aux syndicats agricoles. Puis, enfin, à l'ensemble de la gent masculine qui, pour rien au monde, ne manquerait le rendez-vous. Pour « être au courant ». Pour « partager un moment de convivialité ». Mais, aussi, pour le plus redoutable : une nuit qui se termine immanquablement par l'omelette au lard, la soupe à l'oignon et la gentiane.rnrnrnTour d'horizon et « revendications » rnrnrnrnCette année, comme il se doit, la tradition a donc été scrupuleusement respectée. En présence de quelques femmes (une dizaine), la journée a commencé par une messe célébrée à 10 h par l'abbé Paris. Puis, place a été laissée au « plat de résistance ». Le bilan de la fruitière. Celle des trois communes. Un « temps fort » auquel conseiller général et sénateur ne manquent jamais de participer. Conscients du « poids » de la tradition, Jean-Marie Pobelle et Jean-François Humbert étaient d'ailleurs présents cette année.rnrnrnPour le vice-président de la fruitière, ce fut donc l'occasion de se féliciter de la bonne tenue des cours et de la stabilité de la production avec ses 4 millions de litres. Mais, pour le maire, Pierre Magnin-Feysot, la rencontre fut aussi le moment idéal, comme toujours, de se livrer à un vaste tour d'horizon. Et de glisser ses « petites revendications ».rnrnrnDémocratie participative ou démocratie directe ? rnrnrnrnA Guyans-Vennes, ce 2 février 2007, on a donc parlé accroissement de la population, réfection de la fontaine, carte communale, ADSL... mais on en a aussi profité pour attirer l'attention sur le CD 321.rnrnrnUn dossier sur lequel, chacun l'a bien compris, le conseiller général « reste vigilant ». Un conseiller général qui, en tout cas, n'a pas manqué de parler du Dessoubre et de mettre en avant les projets de réfection du séminaire de Consolation (2M€ pour la première tranche) grâce aux pôles d'excellence rurale d'un certain... Sarkozy.rnrnrnPolitique justement, « l'ami » Jean-François Humbert y est aussi allé de son petit couplet. Devant un auditoire acquis d'avance, il a en effet ironisé sur le « pléonasme » de la démocratie participative. Car, pour lui, « où trouver meilleur exemple de démocratie directe sinon à Guyans ». Terre de « références ». Terre de « valeurs »rnrnrn« Regarder dans le rétroviseur, prendre ce qu'il y a de bon dans les générations précédentes, est essentiel pour bien affronter l'avenir », a-t-il d'ailleurs ajouté même s'il n'a pas caché que « l'évolution de la société devait forcément faire plus de place aux femmes ».rnrnrn« C'a da Gyans » rnrnrnrnMais à Guyans-Vennes, personne ne semble trouver à y redire. Les hommes, bien sûr, jeunes ou moins jeunes, qui considèrent la tradition « naturelle ». « Comme ça, les femmes font ce qu'elles veulent », s'amuse un ancien. « Aucune n'a d'ailleurs jamais demandé à venir », renchérit un autre, rappelant, le regard entendu, qu'à Guyans « la Chandeleur, c'est aussi le jour des représentants ».rnrnrnD'ailleurs, les femmes semblent s'en accommoder. D'abord, elles ont, elles aussi, leur fête (par quartier et moins bien organisée). Et puis, « comme ça, on est tranquille une journée », plaisante Isabelle, coiffeuse et conseillère municipale. « Ils ne font pas de mal », ajoute une de ses clientes même si, ainsi que le confie Cécile de l'hôtel-restaurant Boillon, « le principal souci des femmes, c'est pas de savoir ce qu'ils font mais comment ils vont rentrer ».rnrnrnPlus sérieusement, Pierre Magnin-Feysot se défend d'être à la tête d'une « tribu » misogyne. « Rien n'est interdit » soutient-il. « Quand l'ancien maire a été décoré, son épouse était présente ». Idem pour la remise des médailles communales pour 20 ans de service. « Les femmes de l'atelier vitrail ont également été mises à l'honneur », tient-il encore à indiquer.rnrnrnSeulement voilà. Si rien n'est interdit, personne ne s'estime complètement autorisé. Parce que Guyans-Vennes, c'est... Guyans-Vennes. Dicton patois à l'appui : « C'na pas da bêtes. C'na pas da agots. C'a d'a Gyans ». Traduisez : C'est pas des bêtes. C'est pas des gens. C'est des Guyans ».rnrnrnBernard PAYOT pour l'Est Républicain

Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23806
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Message non lupar lionel » dim. 04 févr. 2007, 23:08

Tu payes un coup pour tes 2000 Karine ?
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.

Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23806
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Message non lupar lionel » dim. 04 févr. 2007, 23:16

Blague à part, c'est un peu ringard ces fêtes macho. Il y a quelques décennies, ma grand mère paternelle organisait des "journées de la femme" où les femmes de la familles se réunissaient entre elles pour partager un bon repas et des divertissements auquels les hommes n'étaient pas conviés. Il faut dire qu'elle avait du caractère ma grand mère !
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.

Avatar du membre
Karine
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 12839
Enregistré le : dim. 05 févr. 2006, 13:40

Message non lupar Karine » lun. 05 févr. 2007, 0:47

Nan, je parle souvent pour ne rien dire, alors sur 2000 messages, doit pas y'en avoir beaucoup qui soient vraiment intéressants.rnrnQuant à l'annecdote, je ne sais pas si c'est ringard, en tous cas c'est pas courant.

Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23806
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Message non lupar lionel » lun. 05 févr. 2007, 14:23

C'est de famille, si je comprend bien. Il y a 2 moulins ?nSinon, ce n'est pas ton anecdote que je voulais critiquer, mais certains comportements qui perdurent et parfois entretiennent des fausses idées chez certains esprits faibles. Les femmes ne sont pas là que pour nous supporter ! :corne:
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.

Avatar du membre
Karine
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 12839
Enregistré le : dim. 05 févr. 2006, 13:40

Message non lupar Karine » lun. 05 févr. 2007, 15:59

y'en a encore qui pensent ça ? Nan ???

Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23806
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Message non lupar lionel » lun. 05 févr. 2007, 19:07

Enfin, elles sont là aussi pour ça. :;)
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.


Retourner vers « Savoir-faire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités