vins de Haute-Saône

Tout sur les vins du Jura, de Haute-Saône... et de Saint-Dizier L'Evêque !
Nicolas
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1126
Enregistré le : dim. 09 nov. 2003, 20:59
Contact :

vins de Haute-Saône

Message non lupar Nicolas » dim. 30 nov. 2003, 19:21

Tout Comtois qui se respecte connaît les vins du Jura... :love:

Mais qui connaît le vin de Champlitte, de Charcenne, de Roche...

En connaissez-vous d'autres ? Qu'en pensez-vous ?

Pour ma part, j'avoue que le rouge de Champlitte n'est pas le meilleur du monde :pilote: , mais il paraît que des derniers crus sont bien meilleurs.

Nicolas

Avatar du membre
Saute-gouillets
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 116
Enregistré le : sam. 22 nov. 2003, 22:32

Message non lupar Saute-gouillets » dim. 30 nov. 2003, 19:36

Bonsoir,

Heu moi m'sieur ! Je connais au moins les champlitte et les charcenne en blanc du moins. Mais bon tu t'en doutais Nicolas :;)

Rien à voir avec les blancs typés du jura, mais pas inintéressants.

Nicolas
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1126
Enregistré le : dim. 09 nov. 2003, 20:59
Contact :

Message non lupar Nicolas » dim. 30 nov. 2003, 19:40

Pour les vins de Champlitte, c'est vrai que les blancs sont meilleurs que les rouges. A signaler les vins de Pascal Henriot, qui sont bios.

Charcenne, c'est très prometteur ::) ... et sans doute encore trop méconnu.

Nicolas

Avatar du membre
Saute-gouillets
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 116
Enregistré le : sam. 22 nov. 2003, 22:32

Message non lupar Saute-gouillets » dim. 30 nov. 2003, 19:42

Re,

Absolument ! Surtout les guillaume

Avatar du membre
Silvie
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 207
Enregistré le : jeu. 29 mai 2003, 0:40
Contact :

Guillaume le conquérant

Message non lupar Silvie » mar. 17 août 2004, 18:57

À Charcenne, petit village aux confins de la Haute-Saône, une famille a pris le pari de relancer des vins de qualité. 200 000 bouteilles par an d'un fin nectar.

La Haute-Saône n'est pas vraiment un département viticole. Pourtant, la famille Guillaume, à Charcenne cultive la vigne depuis 1895 selon une tradition séculaire. Elle exporte le tiers de sa production. Sur les versants des vallons de Gy et de Charcenne, à une quinzaine de kilomètres au sud de Gray, se trouvent les premières parcelles de vignes de Xavier Guillaume. Xavier a repris le flambeau familial, et il en est fier : « Notre vignoble rappelle les heures glorieuses d'une époque que le temps n'a pas effacée, où se retrouvent la tradition, le prestige de vins qui ont enchanté les générations d'antan. Ils sont du Pays, et les témoins vivants à travers lesquels se perpétuent la beauté, la générosité d'une région où il fait bon vivre. » La Franche-Comté a, depuis le Moyen Âge, subit l'influence du Duché de Bourgogne. Retrouvant ici des natures de sol comparables au prestigieux vignoble bourguignon, les espaces importants des coteaux aux expositions ensoleillées du Sud, Sud-ouest sont très vite occupés par la vigne. C'est ainsi que Gy et sa région ont acquis, au cours des âges, une solide réputation pour la qualité de leurs vins. La vocation viticole de ce coin de Haute-Saône s'affirme quand, au XIe siècle et jusqu'à la Révolution, les archevêques de Besançon établissent leur autorité sur le vignoble de Gy et de Charcenne, en construisant l'imposant château de Gy. Charcenne va vivre durant des siècles au rythme de la vigne à travers les guerres et les invasions. Mais cette période faste ne va pas durer. Dans les années 1853-1854, le choléra décime une partie de la population ; ce fléau est suivi par l'invasion du phylloxéra. En l'espace de quelques années, les vignes disparaissent.

C'est ainsi que sont nées les pépinières Guillaume, en 1895. Albert et Modeste Guillaume commencent le greffage de la vigne et la pépinière viticole. Depuis, ces deux activités se font en synergie : « Nos vignes, explique Xavier Guillaume, nous permettent de faire des vins, des expérimentations et sont une source importante de matière première pour le greffage de nos plants de vigne ». La famille Guillaume fabrique alors le « greffé-soudé » : « Avec un porte greffe, un morceau de sarment de vigne américaine qui résiste au phylloxera et un greffon provenant d'une variété de raisin européen » (viti vinefera). Ce croisement adapté va faire de la maison Guillaume le troisième producteur mondial de greffon avec 15, 5 millions d'assemblage de plans de vigne par an. « Depuis 1970, nous redéveloppons des sélections, testées sanitairement, pour ne pas transmettre de maladies à virus. Nous avons maintenu cette activité principale qui a fait redémarrer le vignoble de Charcenne ». Aujourd'hui, le vignoble Guillaume compte 33 hectares de vigne et produit 200 000 bouteilles de vins de Pays de Franche-Comté par an. « Les cépages principaux sont le chardonnay et le pinot noir suivis de gamay, sauvignon, auxerrois, savagnin… Ils sont vinifiés de manière classique », souligne le vigneron. 30 % des vins produits à Charcenne partent pour l'étranger, principalement aux USA et au Canada, mais il y aussi le Japon et Singapour précise Xavier Guillaume. « Aux États-Unis nous avons un importateur qui cherche des vins de petits domaines, un peu exotiques. » Quant aux greffons, 60 % de la production est vendue hors de France, « sauf aux USA, Australie et Nouvelle Zélande à cause de barrières sanitaires », explique le vigneron.

Les vins de Haute-Saône, et notamment de Charcenne méritent d'être connus. Notamment « les Vielles Vignes » et les « collections Réservées » en chardonney ou en pinot noir. Ce sont de grands vins de garde avec rondeur, acidité, qui conservent une belle structure tannique. Ils pourront se faire oublier dans les caves. Les classiques peuvent selon les millésimes et les cépages se boire dans les 5 à 8 ans. Si la plupart de vins sont vinifiés de manière classique, le vignoble Guillaume produit également des méthodes traditionnelles. Un coup de coeur pour le « Gamay 2002 » d'une couleur très intense avec des arômes de fruits bien présents au nez et à la bouche. C'est un vin fin et harmonieux qui accompagnera parfaitement vos grillades de l'été. Il peut même se boire frais.

source : http://www.lepays.net

Avatar du membre
Thier
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 3760
Enregistré le : dim. 11 mai 2003, 20:15
Localisation : Bourogne (90)
Contact :

Message non lupar Thier » mar. 17 août 2004, 19:08

C'est vrai que ces vins sont trop méconnus. J'ai déjà eu l'occasion d'en goûter, mais si rarement que je n'ai plus trop les caractéristiques en tête. Moi qui suis amateur de Bourgognes, je me demande si les terroirs haut-saônois se rapprochent de ceux-ci. Olif aura sûrement des éléments de réponses.
Image

Avatar du membre
olif
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2748
Enregistré le : lun. 09 févr. 2004, 13:47
Localisation : Sous un sapin, dans le Haut-Doubs
Contact :

Terroir de Haute-Saône

Message non lupar olif » mer. 18 août 2004, 9:39

Sans rentrer dans des considérations géologiques précises, ce dont je serais bien incapable sans faire quelques recherches livresques, il existe vraisemblablement des similitudes entre le terroir haut-saônois et le terroir bourguignon, en terme de sol et d'exposition. La notion de terroir est extrêmement complexe, englobant, dans son sens le plus large, non seulement le sol et le sous-sol, mais aussi l'exposition, des particularités climatiques liées à la géographie et même l'homme, qui par certains travaux du sol, peut interagir sur la capacité de drainage, par exemple.

Ce qui est certain, c'est que les cépages bourguignons, chardonnay et pinot noir, se plaisent bien en Haute-Saône. Et comme il y a indéniablement une adéquation terroir-cépage... Je ne pense pas qu'ils puissent acquérir toute la complexité d'un beau vin de Bourgogne 1er cru, mais pour avoir déjà goûté la cuvée Prestige de la maison Guillaume, tant en Chardonnay qu'en Pinot noir, on se situe au niveau d'une appellation Village, en ce qui concerne le prix également, d'ailleurs (un peu plus de 15 euros). Ce sont des vins que l'on peut laisser vieillir 5-6 ans en cave sans problème, mais qu'il ne faut pas nécessairement attendre plus longtemps, sous peine de les voir se décharner.

Olif
Image


"- A Chaux, il n'y a que des murets!
- Des murets agricoles?
- Des murets agricoles!"


Ben elle est Redde, celle-là! :invis:


"Alesia jacta est"

Avatar du membre
Saute-gouillets
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 116
Enregistré le : sam. 22 nov. 2003, 22:32

Message non lupar Saute-gouillets » mer. 18 août 2004, 18:24

Bonsoir,

De mémoire, les charcennes blancs que j'ai goutés ressemblent effectivement aux bourgognes blancs. Après tout la saône est un fleuve commun à la haute patate et à la bourgogne. D'où de possibles ressemblances ... (théorie qui n'engage que moi bien sûr :;) )


Retourner vers « Oenologie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité