Alésia...

Faits historiques, Grands Hommes, patrimoine, légendes...
Répondre
Avatar du membre
hderogier
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 5574
Enregistré le : ven. 19 déc. 2008, 9:30
Localisation : 70 GEZIER

Re: Alésia...

Message par hderogier » jeu. 19 déc. 2019, 10:14

:plussoie: Monsieur Remus Faber.
Et aussi ne pas oublier que la toponymie n'est pas une science exacte!!
Rien n'est moins sûr que l'incertain.

Rémus Faber
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1477
Enregistré le : lun. 11 mars 2013, 21:43

Re: Alésia...

Message par Rémus Faber » jeu. 19 déc. 2019, 14:42

hderogier a écrit ::plussoie: Monsieur Remus Faber.
Et aussi ne pas oublier que la toponymie n'est pas une science exacte!!
Oui, seuls les indices observés sur le terrain comptent vraiment.

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » jeu. 19 déc. 2019, 22:41

Rémus Faber a écrit :
hderogier a écrit ::plussoie: Monsieur Remus Faber.
Et aussi ne pas oublier que la toponymie n'est pas une science exacte!!
Oui, seuls les indices observés sur le terrain comptent vraiment.
Ben non ! Parce que là encore l'observateur verra ce qu'il voudra voir ! :oui:
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » dim. 22 déc. 2019, 13:15

municio a écrit :
municio a écrit :
obelix a écrit :Il serait peut-être temps de revenir au point de départ de cette recherche et de vérifier l'hypothèse d'Alièze émise par François-Félix Chevalier (1705-1801) historien de Poligny (39), suivi par M. Gaspard historien de Gigny (39). Les deux points forts de cette hypothèses sont la quasi-homonymie entre Alièze et Alisiacum et la présence d'un comte Audon. En effet, ce comte Audon pourrait être ce comte Atton dont parle la charte de Lothaire II, sachant que ces deux prénoms font partie d'une même famille, celle du prénom Eudes. Dans les chartes, on trouve fréquemment pour une même personne les graphies Eudes, Otto, Otton, Othon, Odon, Audon, etc ...

Chevalier et Gaspard semblent se référer à la même source: "Annales ordinis Sancti Benedicti occidentalium monachorum patriarchae" de Jean Mabillon (1632-1707). Ce qui nous intéresse se situe aux pages 86 et 87 du tome II. Pour l'instant, je n'ai retrouvé que le tome I et c'est ici !
Oui,d'autant plus que Jean Mabillon était un moine bénédictin de la congrégation de Saint Maur et qu'il y avait une commune nommée Saint Maur tout près d'Alièze (contigue même) au sud de la région lédonienne constituant la petite montagne et que dans cette région aux très nombreuses collines aurait très bien pu se tapir Alesia.
A étudier et surveiller de près donc!
Pas ininteressant d'apprendre que ce village de Saint Maur fut créé au IXe siècle par des moines dont le saint patron était Saint Maur fuyant la persécution normande et qui,après un parcourt de l'ouest à l'est de la France pour essayer de trouver un abri sûr,se retrouvèrent en haute Bourgogne et se virent offrir par le comte de Scodingue,un certain Odon,des terres dans un lieu désert qui se révélera être le territoire de Saint Maur.
Les moines s'y installèrent en créant un monastère puis une église et le village du même nom se développera plus tard.
Sources historiques fournies par Alphonse Rousset.
Voilà enfin une piste sérieuse à propos du comte Odon ou Otton qui aurait été comte de Scodingue un des pagi de Franche-Comté qui recouvre grosso modo le département du Jura, moins le pagus d'Amaou (basse vallée de la Loue, basse vallée du Doubs, jusqu'à l'Ognon). les autres pagi sont le Portois (grosso modo la haute Saône), le Varais grosso modo le Doubs moins l'Alsgau) et l'Alsgau (Territoire de Belfort et région de Montbéliard).

On peut suivre cette piste dans cet ouvrage;Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique des archevêques, évêques, etc ... (tome 4, 1775). On y trouve le nom du comte Odon de Scodingue et de son fils Bernon, à l'occasion du don fait par Bernon de biens de Gigny (à 17 km d'Alièze) en faveur de l'Abbaye de Cluny. On y trouve aussi un extrait de la chronique d'Albéric à l'an 895:

Image
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » lun. 30 déc. 2019, 20:58

obelix a écrit :
dim. 22 déc. 2019, 13:15
Image
Bien que l'identification de l'Alisiacum de la charte de Lothaire avec Alièze semble avérée selon plusieurs auteurs, j'aurais souhaité en savoir plus sur le comte Othon. Aussi j'ai cherché dans la chronique d'Albéric, si il existait d'autres renseignements à son sujet. A vrai dire, Othon comte de Scodingue n'est pas cité dans ce que j'ai pu déchiffrer, mais j'ai pu retrouver le passage cité sur la copie ci-dessus, ainsi qu'un passage sur la fondation de Cluny qui me paraît intéressant bien que sans rapport avec le sujet "Alésia". :;)

La chronique d'Alberic (ou d'Aubry) est une suite chronologique d'événements historiques survenus entre la création du monde et et le XIII° siècle. L'auteur en est Alberic (ou Aubry) des Trois Fontaines, abbé de l'Abbaye des trois fontaines dans la Marne. Cette chronique est le seul ouvrage connu de lui. En voici le lien!

Voici le premier passage qui concerne Bernon (fils du comte Odon) qui était comte, puis abbé de Gigny et qui deviendra le premier abbé de Cluny par la suite :

Image

Et voici le passage qui relate la fondation de l'abbaye de Cluny par Guillaume duc d'Aquitaine et comte de Mâcon:

Image
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » lun. 30 déc. 2019, 23:02

Dans la chronique d'Alberic, on trouve aussi deux passages relatifs au voyage que faisait Lothaire vers l'Italie où il a rencontré le pape Adrien II, avant de mourir la même année. C'est lors de ce voyage que Lothaire écrira la charte où figure Alisiacum. Or, c'est à l'année 870 que se trouvent ces deux passages, et non à l'année 869 comme l'indiquent la plupart des auteurs. L'année 870 est confirmée par l'année d'indiction (indictionne III) indiquée sur la charte en question. En voici le calcul:

313 (première année d'indiction) + 555 (multiple de 15) = 868 pour l'année 1 de l'indiction, 869 pour l'année 2 de l'indiction, 870 pour l'année 3 de l'indiction. Cette erreur est assez fréquente chez les auteurs récents parce que l'indiction a été rendue obligatoire en 312 à partir du premier septembre et la première année a donc durée jusqu'au 31 Août 313. Par la suite on a décidé que l'année d'indiction commencerait le premier Janvier. Par conséquent, il faut baser son calcul sur l'année 313 au lieu de 312.

En conclusion, je pense qu'il faut rectifier l'année de la charte, qui est aussi l'année de son voyage vers le pape Adrien II et de la mort de Lothaire II en 870 donc!

Je sais, je chipote ... :;)

Anno 70 ... Lotharius Romam veniens ab Adriano pontifice qui Nicholao iam successerat ... (Lothaire II venu voir le pape Adrien II qui succédait au pape Nicolas I°...)

Image
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » mar. 31 déc. 2019, 10:59

Pour revenir à la charte de Lothaire II où sont nommés Cavennacum, Campaniae, et Alisiacum, j'ai trouvé un lieu-dit "en Chevenay" sur le cadastre de Champagnat (71). Il se situe le long de la route qui mène à Montagna le reconduit.

Mais, il y a encore plus intéressant, on sait que Gigny appartenait à Bernon qui n'était autre que le fils du comte odon de la charte de Lothaire II, puisque l'abbaye de Gigny fut fondée par lui sur ses terres familiales. Or il existe une commune qui touche à Gigny qui s'appelle Loisia. Ce nom de Loisia me paraît pouvoir provenir d'un Alisia par voisement (à vérifier). Loisia s'est écrit Loisiacum dans les chartes (Rousset). Sur la commune de Loisia, on trouve un hameau nommé Champagne à 1 km seulement. A 1 km au sud de Loisia se situe Charnay (commune de Graye et Charnay) qui pourrait provenir d'un Carennacum (au lieu de Cavennacum). Cette hypothèse qui pose la question de la correspondance entre Loisiacum et Alisiacum, ainsi que de celle de Charnay/Carenniacum avec Cavenniacum se trouve confortée par la présence de trois lieux proches les uns des autres dont le territoire touche à celui de Gigny qu'on sait appartenir à la famille du comte Adon/Atton de la charte de Lothaire.

Image
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » mer. 01 janv. 2020, 23:42

A propos de la généalogie du comte Adon de la charte de Lothaire ...

La filiation Adon/Bernon me paraissant obscure autant que la consanguinité Lothaire II/Adon, j'ai voulu approfondir le sujet. Voilà ce que j'ai pu trouver jusqu'à présent:

Partant des indications trouvées dans Les Mémoires historiques de la république Séquanoise, etc ... de Louis Gollut, j'ai trouvé une branche de la famille des carolingiens dont Lothaire II est le descendant (Il est le fils du roi Lothaire I°, avant-dernier roi carolingien, par conséquent descendant de Charles Martel et Charlemagne). Cette branche est dite d'Arduin. On en voit une partie sur ce site consacré à la généalogie des carolingiens . Nous aurions donc:

Arduin mort entre 854 et 857 qui fait une donation pour son âme à l'Abbaye de Saint-Maur des Fossés. Il aura deux enfants:

- Eudes (Odo, Odon, Otto, othon, etc ...) comte de Mâcon (mort après Mars 862) qui fondera l'Abbaye de Saint Maur (Jura)

- Ansgardis mariée à Louis II le Bègue (roi de Francie occidentale.

- Eudes (Odo, Odon, Otto, othon, etc ...) aura au moins un enfant:

Bernon comte fondateur de l'abbaye de Gigny (Jura) située sur ses terres familiales puis Abbé de cette même abbaye.

On peut donc estimer que les terres appartenant à cette famille s'étendent donc au minimum de Saint Maur à Gigny entre lesquelles se situent Alièze et Loisia, ainsi que Champagne située sur la commune de Loisia.

Image

Image
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » jeu. 02 janv. 2020, 20:31

Sur ce site, on trouve un arbre généalogique où on trouve Arduin 1° et son fils Eudes 1° (odon/othon), mais aucune trace de Bernon ...
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » ven. 03 janv. 2020, 9:15

Là encore, on a des informations sur le Comte Eudes comte du Varais (Besançon), de Mâcon et de Troyes ...
Solem lucerna non ostenderent

municio
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2718
Enregistré le : mar. 15 nov. 2011, 23:32

Re: Alésia...

Message par municio » dim. 05 janv. 2020, 13:53

obelix a écrit :
lun. 30 déc. 2019, 20:58
La chronique d'Alberic (ou d'Aubry) est une suite chronologique d'événements historiques survenus entre la création du monde et et le XIII° siècle. L'auteur en est Alberic (ou Aubry) des Trois Fontaines, abbé de l'Abbaye des trois fontaines dans la Marne.
Très ému de voir mentionné le nom de cette abbaye de Trois Fontaines dans la Marne que j'ai très bien connu dans ma jeunesse pour y avoir habité à quelques kilomètres pendant une dizaine d'années.J'étais très jeune quand j'accompagnais mes parents aux premiers "Sons et Lumières" organisés par des passionnés au milieu des années 1960 dans cette Abbaye.C'était en pleine nuit et j'en garde des souvenirs mémorables.

municio
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2718
Enregistré le : mar. 15 nov. 2011, 23:32

Re: Alésia...

Message par municio » dim. 05 janv. 2020, 23:28

obelix a écrit :
lun. 30 déc. 2019, 23:02
Dans la chronique d'Alberic, on trouve aussi deux passages relatifs au voyage que faisait Lothaire vers l'Italie où il a rencontré le pape Adrien II, avant de mourir la même année. C'est lors de ce voyage que Lothaire écrira la charte où figure Alisiacum. Or, c'est à l'année 870 que se trouvent ces deux passages, et non à l'année 869 comme l'indiquent la plupart des auteurs. L'année 870 est confirmée par l'année d'indiction (indictionne III) indiquée sur la charte en question. En voici le calcul:

313 (première année d'indiction) + 555 (multiple de 15) = 868 pour l'année 1 de l'indiction, 869 pour l'année 2 de l'indiction, 870 pour l'année 3 de l'indiction. Cette erreur est assez fréquente chez les auteurs récents parce que l'indiction a été rendue obligatoire en 312 à partir du premier septembre et la première année a donc durée jusqu'au 31 Août 313. Par la suite on a décidé que l'année d'indiction commencerait le premier Janvier. Par conséquent, il faut baser son calcul sur l'année 313 au lieu de 312.

En conclusion, je pense qu'il faut rectifier l'année de la charte, qui est aussi l'année de son voyage vers le pape Adrien II et de la mort de Lothaire II en 870 donc!
Brillante étude chronologique.
Bravo à toi sur ce point :bravo:

municio
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2718
Enregistré le : mar. 15 nov. 2011, 23:32

Re: Alésia...

Message par municio » lun. 06 janv. 2020, 13:40

S'agissant du comte Adon,des renseignements contradictoire ou peu précis semblent avoir été donnés ici ou là.
Il aurait commencé apparemment à être comte de Troyes,dont le terrritoire est indiqué comme faisant partie de la Bourgogne,chercher l'erreur!!
A ma connaissance Troyes a toujours appartenu à la Champagne et non à la Bourgogne.
Puis après avoir perdu ce comté à la suite du conflit entre Charles le Chauve et Louis de Germanie,il semble avoir été comte en Varais disent certains textes,en Scodingue disent d'autres.
Est il possible qu'il ait pu être comte dans les 2 entités ?
Bref,ce n'est pas clair.

municio
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2718
Enregistré le : mar. 15 nov. 2011, 23:32

Re: Alésia...

Message par municio » lun. 06 janv. 2020, 14:14

Alphonse Rousset semble avoir eu une idée très arrétée quand à l'identification des 3 lieux nommés dans la charte de Lothaire II,càd les lieux nommés Cavenniacum,Campaniae et Alisiacum.
Dans son Dictionnaire géographique et historique des communes de Franche Comté,il écrit dans le Tome III en page 492 dans la rubrique consacrée à la commune de Lons le Saunier:

"Le roi Pépin,de 752 à760,et son fils Charlemagne,de 790 à 807,avaient donné successivement à Abbon et à Gédéon,évèques de Besançon,les trois terres de Cavenniacum (Chavenay sous Montaigu),Campaniae (Champagne près Loisia) et Alisiacum (Alièze).
La première servit à la dotation d'un prieuré,dédié à Saint Martin,comme à peu près tous ceux bâtis du temps de Charlemagne.
Audon,beau frêre de Louis le Bègue,et comte de Scodingue,entrainé par l'éxemple du comte Malfride,qui venait de s'emparer des plus beaux domaines de Saint Oyan,usurpa de son côté les biens de l'église de Besançon,placés à sa convenance.
L' archevêque Arduic,instruit que l'abbé Remy avait obtenu justice du roi Lothaire Ier,en 855,contre Maltride,porta ses plaintes au roi Lothaire II,qui traversait son diocèse en se rendant à Rome (869).Le roi avait intérêt à ménager Audon,son parent;il le maintint dans sa possession,mais il donna à l'église de Besançon les abbayes de Baume,de Chateau Chalon,et lui accorda en outre une rente sur les salines de Ledo (Lons)."

On constate donc que pour Rousset:
Cavenniacum = Chavenay sous Montaigu
Campaniae = Champagne près Loisia
Alisiacum = Alièze

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » lun. 06 janv. 2020, 18:20

municio a écrit :
dim. 05 janv. 2020, 13:53
obelix a écrit :
lun. 30 déc. 2019, 20:58
La chronique d'Alberic (ou d'Aubry) est une suite chronologique d'événements historiques survenus entre la création du monde et et le XIII° siècle. L'auteur en est Alberic (ou Aubry) des Trois Fontaines, abbé de l'Abbaye des trois fontaines dans la Marne.
Très ému de voir mentionné le nom de cette abbaye de Trois Fontaines dans la Marne que j'ai très bien connu dans ma jeunesse pour y avoir habité à quelques kilomètres pendant une dizaine d'années.J'étais très jeune quand j'accompagnais mes parents aux premiers "Sons et Lumières" organisés par des passionnés au milieu des années 1960 dans cette Abbaye.C'était en pleine nuit et j'en garde des souvenirs mémorables.
Pareil pour moi quand tu évoques Saint Oyan (plusieurs orthographes possibles), parce que ma grand-mère nous a toujours dit que du côté de sa mère, on était descendant de la famille de Saint Oyend (ancien nom de Saint Claude dans le Jura) et que le titre avait été vendu par un de ses aïeul pour cause de pauvreté. Je n'ai jamais eu le loisir de vérifier ...
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » lun. 06 janv. 2020, 18:22

municio a écrit :
dim. 05 janv. 2020, 23:28
obelix a écrit :
lun. 30 déc. 2019, 23:02
Dans la chronique d'Alberic, on trouve aussi deux passages relatifs au voyage que faisait Lothaire vers l'Italie où il a rencontré le pape Adrien II, avant de mourir la même année. C'est lors de ce voyage que Lothaire écrira la charte où figure Alisiacum. Or, c'est à l'année 870 que se trouvent ces deux passages, et non à l'année 869 comme l'indiquent la plupart des auteurs. L'année 870 est confirmée par l'année d'indiction (indictionne III) indiquée sur la charte en question. En voici le calcul:

313 (première année d'indiction) + 555 (multiple de 15) = 868 pour l'année 1 de l'indiction, 869 pour l'année 2 de l'indiction, 870 pour l'année 3 de l'indiction. Cette erreur est assez fréquente chez les auteurs récents parce que l'indiction a été rendue obligatoire en 312 à partir du premier septembre et la première année a donc durée jusqu'au 31 Août 313. Par la suite on a décidé que l'année d'indiction commencerait le premier Janvier. Par conséquent, il faut baser son calcul sur l'année 313 au lieu de 312.

En conclusion, je pense qu'il faut rectifier l'année de la charte, qui est aussi l'année de son voyage vers le pape Adrien II et de la mort de Lothaire II en 870 donc!
Brillante étude chronologique.
Bravo à toi sur ce point :bravo:
Il a fallu que je me torture les méninges ... :euh: :;)
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » lun. 06 janv. 2020, 18:41

municio a écrit :
lun. 06 janv. 2020, 13:40
S'agissant du comte Adon,des renseignements contradictoire ou peu précis semblent avoir été donnés ici ou là.
Il aurait commencé apparemment à être comte de Troyes,dont le terrritoire est indiqué comme faisant partie de la Bourgogne,chercher l'erreur!!
A ma connaissance Troyes a toujours appartenu à la Champagne et non à la Bourgogne.
Le problème avec la Bourgogne, c'est que ses limites ont sans cesse varié dans le temps. Mais il semble que Troyes en ait fait partie au IX°siècle. Voir ici !
municio a écrit :
lun. 06 janv. 2020, 13:40
Puis après avoir perdu ce comté à la suite du conflit entre Charles le Chauve et Louis de Germanie,il semble avoir été comte en Varais disent certains textes,en Scodingue disent d'autres.
Est il possible qu'il ait pu être comte dans les 2 entités ?
Bref,ce n'est pas clair.
Les seigneurs pouvaient posséder plusieurs titres (Duc d'Aquitaine et Comte de Mâcon, par exemple), et il pouvaient en étant comte d'un pagus avoir des possessions dans n'importe quel autre lieu, ce qui complique beaucoup les recherches. En Varais, il paraît évident qu'il avait des possessions puisqu'une branche aînée de sa famille était seigneur de Scey en Varais (Doubs), tout comme il paraît évident qu'il ait eu des possessions en Scodingue pour y avoir installé les reliques de saint Maur. Mais en l'absence de documents, il est difficile de savoir de quel(s) territoire(s) il était le comte ...
Solem lucerna non ostenderent

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » lun. 06 janv. 2020, 18:53

municio a écrit :
lun. 06 janv. 2020, 14:14
Alphonse Rousset semble avoir eu une idée très arrétée quand à l'identification des 3 lieux nommés dans la charte de Lothaire II,càd les lieux nommés Cavenniacum,Campaniae et Alisiacum.
Dans son Dictionnaire géographique et historique des communes de Franche Comté,il écrit dans le Tome III en page 492 dans la rubrique consacrée à la commune de Lons le Saunier:

"Le roi Pépin,de 752 à760,et son fils Charlemagne,de 790 à 807,avaient donné successivement à Abbon et à Gédéon,évèques de Besançon,les trois terres de Cavenniacum (Chavenay sous Montaigu),Campaniae (Champagne près Loisia) et Alisiacum (Alièze).
La première servit à la dotation d'un prieuré,dédié à Saint Martin,comme à peu près tous ceux bâtis du temps de Charlemagne.
Audon,beau frêre de Louis le Bègue,et comte de Scodingue,entrainé par l'éxemple du comte Malfride,qui venait de s'emparer des plus beaux domaines de Saint Oyan,usurpa de son côté les biens de l'église de Besançon,placés à sa convenance.
L' archevêque Arduic,instruit que l'abbé Remy avait obtenu justice du roi Lothaire Ier,en 855,contre Maltride,porta ses plaintes au roi Lothaire II,qui traversait son diocèse en se rendant à Rome (869).Le roi avait intérêt à ménager Audon,son parent;il le maintint dans sa possession,mais il donna à l'église de Besançon les abbayes de Baume,de Chateau Chalon,et lui accorda en outre une rente sur les salines de Ledo (Lons)."

On constate donc que pour Rousset:
Cavenniacum = Chavenay sous Montaigu
Campaniae = Champagne près Loisia
Alisiacum = Alièze
Le problème de Rousset est le même que celui des autres auteurs; Il ne cite pas ses sources! Or ce qui permettrait de trancher, c'est précisément les sources anciennes, si possible des documents contemporains des faits ... Mais jusque là, je n'ai rien trouvé de très probant concernant le comte Adon/Atton/Eudes et ses possessions en Franche-Comté!
Solem lucerna non ostenderent

municio
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2718
Enregistré le : mar. 15 nov. 2011, 23:32

Re: Alésia...

Message par municio » mar. 07 janv. 2020, 11:53

obelix a écrit :
lun. 06 janv. 2020, 18:53
municio a écrit :
lun. 06 janv. 2020, 14:14
Alphonse Rousset semble avoir eu une idée très arrétée quand à l'identification des 3 lieux nommés dans la charte de Lothaire II,càd les lieux nommés Cavenniacum,Campaniae et Alisiacum.
Dans son Dictionnaire géographique et historique des communes de Franche Comté,il écrit dans le Tome III en page 492 dans la rubrique consacrée à la commune de Lons le Saunier:

"Le roi Pépin,de 752 à760,et son fils Charlemagne,de 790 à 807,avaient donné successivement à Abbon et à Gédéon,évèques de Besançon,les trois terres de Cavenniacum (Chavenay sous Montaigu),Campaniae (Champagne près Loisia) et Alisiacum (Alièze).
La première servit à la dotation d'un prieuré,dédié à Saint Martin,comme à peu près tous ceux bâtis du temps de Charlemagne.
Audon,beau frêre de Louis le Bègue,et comte de Scodingue,entrainé par l'éxemple du comte Malfride,qui venait de s'emparer des plus beaux domaines de Saint Oyan,usurpa de son côté les biens de l'église de Besançon,placés à sa convenance.
L' archevêque Arduic,instruit que l'abbé Remy avait obtenu justice du roi Lothaire Ier,en 855,contre Maltride,porta ses plaintes au roi Lothaire II,qui traversait son diocèse en se rendant à Rome (869).Le roi avait intérêt à ménager Audon,son parent;il le maintint dans sa possession,mais il donna à l'église de Besançon les abbayes de Baume,de Chateau Chalon,et lui accorda en outre une rente sur les salines de Ledo (Lons)."

On constate donc que pour Rousset:
Cavenniacum = Chavenay sous Montaigu
Campaniae = Champagne près Loisia
Alisiacum = Alièze
Le problème de Rousset est le même que celui des autres auteurs; Il ne cite pas ses sources! Or ce qui permettrait de trancher, c'est précisément les sources anciennes, si possible des documents contemporains des faits ... Mais jusque là, je n'ai rien trouvé de très probant concernant le comte Adon/Atton/Eudes et ses possessions en Franche-Comté!
Dans les lignes suivantes de celles que j'ai déjà publiées plus haut,l'auteur (Alphonse Rousset) justifie son choix en écrivant:

"Audon était le type des mœurs et des passions de son temps.Tandis qu'il s'appropriait les terres de l'église de Besançon,il en donnait une partie aux moines de Glanfeuil,fuyant devant les Normands.Retirés dans l'abbaye de Baume avec les reliques de Saint Maur,leur patron,ces religieux obtinrent de ce prince un vaste territoire,près de Montaigu,pour bâtir un monastère et une église.Les prétentions d'Audon sur le domaine de Chavenay,sa donation aux moines de Glanfeuil,le nom de la forêt qui s'étend de Conlège à Perrigny,appelée le Bois d'Audon,démontrent suffisamment que ce comte habitait Lons le Saunier,centre de son commandement."

On s'aperçoit que ce "don" de territoire fait par ce prince (Audon) aux moines de Glanfeuil,fuyant les Normands,avait été fait de manière très"calculée" et "politique".Ce territoire correspondra à la future commune de Saint Maur (déjà mentionné dans un texte que j'avais publié précédemment),non loin de Montaigu,sur des terres dont Audon s'était emparé illégalement,comme on l'a vu,au détriment de l'église de Besançon.
C'était un gros malin !!

Avatar du membre
obelix
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 15224
Enregistré le : lun. 04 juin 2007, 22:36
Localisation : Dole en amaous ...

Re: Alésia...

Message par obelix » mar. 07 janv. 2020, 18:09

municio a écrit :
mar. 07 janv. 2020, 11:53

le nom de la forêt qui s'étend de Conlège à Perrigny,appelée le Bois d'Audon,démontrent suffisamment que ce comte habitait Lons le Saunier,centre de son commandement."
Ce ne serait pas plutôt entre Conliège et Revigny, où on trouve les lieux-dits "En Dodon le Haut", "En Dodon le bas" et "Côte dodon" ?
Solem lucerna non ostenderent

Répondre