OGM

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » jeu. 13 nov. 2008, 11:46

Souris nourries au maïs transgénique: problèmes de reproduction ::o

VIENNE (source vérifiée)- Des souris femelles nourries au maïs transgénique (OGM) peuvent être affectées par des problèmes de reproduction, selon une étude menée par des chercheurs autrichiens qui soulignent toutefois qu'il s'agit là de "résultats provisoires" ne pouvant, "en aucun cas, être aujourd'hui reportés sur l'être humain".

Cette étude de long terme a été réalisée pour le compte du ministère autrichien de la Santé et de l'Agence autrichienne pour la Santé et la sécurité alimentaire (AGES) par des chercheurs de l'Université de médecine vétérinaire de Vienne (VUW).

"Il s'agit d'une étude sur une seule espèce animale" et ses conclusions ne peuvent "en aucun cas être reportées directement sur l'être humain", a souligné l'un des chercheurs responsables de l'étude, Jürgen Zentek.

"D'autres études devront déterminer si d'autres espèces animales que les souris sont également concernées", a-t-il ajouté, précisant que seules ces études complémentaires pourraient donner une "validité scientifique" à ces résultats provisoires.

L'étude a été conduite sur plusieurs générations de souris qui ont été nourries pendant vingt semaines avec du maïs transgénique produit par le fabriquant américain Monsanto, en l'occurrence la variante "NK603xMon810".

Outre les problèmes décelés en matière de reproduction, les souris testées qui ont pu finalement donner naissance à des petits ont mis bas des souriceaux d'un poids nettement inférieur à la normale.

Malgré les précautions prises par les chercheurs quant à l'interprétation des résultats de leur étude, des organisations écologiques, en particulier Greenpeace et Global-2000, ont aussitôt demandé "l'interdiction immédiate et totale dans le monde entier" non seulement du maïs transgénique "Mon810", mais aussi de tous les organismes génétiquement modifiés (OGM).

Greenpeace a justifié sa démarche par "la gravité de la menace potentielle pesant sur la santé humaine". Pour un membre de l'organisation, Jan van Aken, continuer à distribuer et vendre des OGM "revient à jouer à la roulette russe avec les consommateurs et la santé publique".

La publication de cette étude a également entraîné une réaction de la commissaire européenne à la Santé, la Chypriote Androula Vassiliou, qui a demandé aux autorités autrichiennes de la lui transmettre afin de la faire évaluer par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), a indiqué une porte-parole de ses services.

Jusqu'à présent, l'EFSA a expliqué que le "Mon810" ne représentait aucun risque pour la santé humaine et animale ou l'environnement.
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 03 déc. 2008, 13:41

Gentech-news 187

1. Autriche : Etude à long terme – la consommation de maïs OGM réduit la fertilité

Le maïs transgénique affaiblit la fertilité des souris et le poids de leur descendance. Tels sont les conclusions d’une étude sur les effets à long terme de la consommation de maïs OGM menée par l’Université de Vienne, sur mandat du Ministère autrichien de la santé. A l’issue d’un essai de nourrissage d’une durée de 20 semaines, les chercheurs ont constaté que dès la 3ème génération déjà, le poids et le des souriceaux mis au monde déclinait. Ceci est la première étude réalisée sur des effets à long terme. Les chercheurs considèrent que la conduite d’autres études en la matière est »absolument nécessaire«. (Rapport de recherche 3/08)


2. Mexique : variétés de maïs locales contaminées

Une étude récente prouve la contamination à grande échelle des variétés de maïs locales mexicaines – jusque dans les vallées les plus éloignées – par des séquences transgéniques. Ceci confirme les résultats publiés en 2001 qui, à l’époque, avaient fait l’objet d’une virulente controverse. Il est étonnant de constater la facilité avec laquelle les transgènes se sont développés dans un pays où la culture du maïs OGM n’avait pas été introduite pendant de nombreuses années. (nature, 12.11.08)


3. »A qui appartient la nature ?«

Le récent rapport publié par la renommée organisation ETC documente sur la concentration grandissante, à l’échelle mondiale, du marché des produits alimentaires. Ainsi, trois décennies en arrière, il existait encore une multitude d’entreprises semencières et d’instituts agricoles publics. Aujourd’hui, 10 groupes contrôlent plus des 2/3 du marché global des semences. (ETC, 13.11.08)


4. Hawaii : Interdiction de plantes OGM

Le gouvernement de l’Etat d’Hawaii interdit la culture de café et de taro génétiquement modifiés (tubercule alimentaire traditionnel). (KGMB9 News, 13.11.08)


5. Nigeria : Cassave résistante à la sécheresse et hautement productive – sans OGM

Une variété de cassave cultivée par un institut de recherche international – TMS92/0067 – a fait ses preuves dans plusieurs pays africains et est désormais commercialisée. Elle supporte la sécheresse et est en outre résistante aux principaux parasites et ravageurs (comme le Cassava Bacterial Blight CBB et le Cassava Mosaic Disease CMD). Lorsqu’ils la cultivent de manière adéquate, les paysans obtiennent un rendement 6 à 10 fois supérieur à celui des variétés conventionnelles. (IITA revue de presse, 3.11.08)

Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch.

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique GTG)
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 07 janv. 2009, 15:18

Nos OGM sont totalement sûrs"

Propos recueillis par Soazig QUEMENER
Le Journal du Dimanche

>> Pour ses détracteurs comme André Chassaigne, député PC du Puy-de-Dôme, la firme américaine représente rien moins que "l'arme alimentaire qui, en contrôlant les semences, cherche à dominer le monde".
Espérant réhabiliter une image écornée, le leader des OGM se décide à sortir du silence par la voix de Laurent Martel, son directeur pour la France.

Image
Pour Laurent Martel, le président de Monsanto France, les OGM sont sûrs. (Reuters)


L'année 2008 a été marquée par le livre-enquête Le Monde selon Monsanto*, écoulé à 80 000 exemplaires. Qu'en avez-vous pensé?

C'est un livre à charge qui assène tout un tas d'erreurs. En France, nous sommes avant tout des agronomes qui travaillent au service des agriculteurs. Monsanto participe à des défis essentiels.
Nous sommes 6,5 milliards d'habitants sur Terre, nous serons 9 milliards d'ici quarante ans. Dans ce laps de temps, il va falloir produire autant d'aliments qu'au cours des 10 000 dernières années. Pour y parvenir, nous lançons une initiative sur vingt ans, le rendement durable: doubler les rendements sur trois espèces - le maïs, le soja et le coton -, tout en réduisant d'un tiers les quantités d'eau, de pesticides ou d'engrais.

Etes-vous aujourd'hui convaincu de l'innocuité pour les hommes des semences que vous vendez?

Nous en sommes certains, car dans tous les pays du monde, nos produits passent au travers des contrôles les plus stricts. J'en veux pour preuve que le maïs MON 810 vient de passer avec succès la 24e évaluation de l'EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments) qui confirme, une fois de plus, qu'il s'agit d'un produit totalement sûr.

Comment expliquez-vous alors que la culture du MON 810 soit interdite en France?

Je pense que c'est une posture qui n'a rien de scientifique, qui est totalement politique. En France, l'accumulation des prises de position fait qu'il est difficile de parler des biotechnologies de manière positive.

Quelle conséquence économique cette interdiction a-t-elle pour vous?

N'oubliez pas que nous vendons d'abord des semences conventionnelles et que nous sommes leader en France sur le maïs, le colza et le tournesol.
Sinon, il faudrait poser la question à un agriculteur du sud-ouest de la France qui a pu cultiver des OGM en 2007, obtenir des rendements 20 à 25% supérieurs avec une qualité sanitaire de récolte tout à fait spectaculaire, et à qui l'on demande dès l'année suivante de renoncer à cet outil.

Quel regard portez-vous sur les faucheurs d'OGM?

La désobéissance civique est inacceptable.

Les ministres européens de l'Environnement viennent de se mettre d'accord sur un durcissement de l'encadrement des plantes transgéniques. Craignez-vous une "Europe, zone sans OGM" prônée par les ONG?

C'est l'agriculture européenne qui serait alors pénalisée. Je comprendrais d'autant moins que l'on sort du Grenelle de l'environnement et que les biotechnologies peuvent être un excellent contributeur, par exemple en réduisant les passages d'insecticides. Aujourd'hui, toutes les grandes agricultures au monde ont adopté ces technologies.

*Editions la Découverte.
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 07 janv. 2009, 18:58

Vers le maïs résistant à la sècheresse ?
AFP
07/01/2009 | Mise à jour : 16:25
.
Le groupe d'agrochimie américain Monsanto a annoncé aujourd'hui qu'il était proche de lancer sur le marché une variété de maïs résistante à la sécheresse, qu'il souhaiterait commercialiser "au début des années 2010".

Ce produit génétiquement modifié, développé en collaboration avec le géant allemand de la chimie BASF, a été soumis à l'examen de l'agence américaine de sécurité alimentaire, la FDA.

"Le maïs résistant à la sécheresse est conçu pour fournir aux agriculteurs une stabilité des rendements dans les périodes où l'approvisionnement en eau est restreint, en atténuant les effets du manque d'eau sur le plant", a expliqué le groupe.

"Les essais en plein champ de ce maïs réalisés l'année dernière dans les plaines du Midwest ont atteint ou dépassé l'objectif d'une amélioration de 6 à 10% des rendements, soit 7 à 10 boisseaux par acre (4 à 6 quintaux par hectare, ndlr), au-delà du rendement moyen de 70 à 130 boisseaux par acre (44 à 82 quintaux par hectare, nldr)", selon Monsanto.

Cette nouvelle variété "représente la première d'une série de technologies de maïs résistant à la sécheresse et à rendement amélioré que le groupe est sur le point d'offrir aux agriculteurs lors de la prochaine décennie", selon le groupe de Saint Louis (Missouri, centre).

Monsanto explique qu'il progresse également dans le développement d'un soja génétiquement modifié résistant à la sécheresse.

Cette annonce intervient alors que le marché américain des céréales s'inquiète des conséquences de la sécheresse qui touche depuis des semaines l'Argentine et le Brésil
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » jeu. 08 janv. 2009, 18:52

Gentech-news 189


1. Allemagne : Le paon du jour – papillon de l’année 2009
Le paon du jour a été élu par la Confédération allemande »papillon de l’année 2009«. Le maïs transgénique Bt représente une véritable menace pour ce splendide animal. Selon une étude récente, environ 20% des chenilles de cette espèce ont péri après ingestion de feuilles d’orties sur lesquelles s’était déposé du pollen de maïs OGM en concentration caractéristique, telle qu’elle existe à la lisière des champs. (BUND, 18.12.08)

2. Plantes transgéniques supportant le sel – une impossibilité ?
Pendant plus de 30 ans, l’on a essayé de développer une tolérance au sel en matière de culture de riz ou de blé au moyen du génie génétique – sans succès. Selon des chercheurs hollandais, il semble que cela soit impossible: les manipulations génétiques permettant d’atteindre cet objectif seraient trop complexes. (BBC, 4.12.08)


3. Brésil : Soja garanti sans OGM
Le complexe industriel ABRANGE (une association de producteurs de céréales et de semences, d’industries manufacturières et de laboratoires de certification) propose du soja garanti non-OGM. ABRANGE annonce qu’à l’heure actuelle, au Brésil, plus de 40% de l’ensemble des récoltes de soja sont, à l’origine, sans OGM. 10% de cette quantité est certifiée non-OGM par ABRANGE avec traçabilité totalement documentée. En cas de besoin, l’accroissement des exportations vers l’Europe est tout à fait envisageable. (TraceConsult, 26.11.08)

4. Inde : Le Kerala reste sans OGM
Le gouvernement du Kerala déclare que son Etat reste une zone hors OGM. Les expériences en plein champ sont également interdites. (The Hindu, 18.12.08)


5. Plantes sauvages résistantes au sel – un nouvel espoir
Sur la totalité des réserves d’eau de la terre, seul 1% est de l’eau douce et 99% de l’eau salée. Il convient dès lors de domestiquer des plantes sauvages qui prospèrent en milieu salé. Tels le crambé (seakale) et la salicorne ou asperge de mer (samphire), plantes qui poussent couramment le long des côtes, autrefois consommées mais tombées en désuétude de nos jours. En Hollande, le crambé est maintenant cultivé à des fins commerciales – avec grand succès. Des chercheurs essaient en outre de croiser des plantes cultivées (tels qu’épinards, betteraves ou betteraves sucrières) avec des espèces sauvages apparentées et résistantes au sel. Les variétés obtenues supportent de plus fortes concentrations de sel. (Science, 5.12.08)


Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch.

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique GTG)
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » jeu. 15 janv. 2009, 12:46

les OGM autorisés dans les produits "bio"

Cet article a été rédigé par Bruno, un reporter d'AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.

Un label "bio" européen qui autorise les pesticides

Les produits biologiques vendus en Europe pourront dorénavant contenir des résidus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sans étiquetage particulier, conformément à un nouveau règlement européen qui est entré en vigueur ce 1 janvier 2009.

Adopté en juin 2007 par les ministres européens de l’Agriculture, ce nouveau texte législatif autorise la présence « fortuite ou techniquement inévitable » d’OGM à hauteur de 0,9% dans les produits « bio ».
Au-delà de ce seuil, ces aliments devront être étiquetés comme contenant des OGM. En deçà, aucune indication au consommateur n’est prévue.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement belge, Benoît Lutgen, rappelle sur RTLinfo que ce nouveau règlement sur l’étiquetage des produits bio est en totale contradiction avec les objectifs de développement d’une « agriculture basée sur des liens de confiance forts entre producteurs et consommateurs et sur des produits de haute qualité ». Et pour cause !

Le règlement [1] commence par rappeler une évidence, à savoir que « les organismes génétiquement modifiés (OGM) et les produits obtenus à partir d’OGM ou par des OGM sont incompatibles avec le concept de production biologique et avec la perception qu’ont les consommateurs des produits biologiques.
Ils ne devraient donc être utilisés ni dans l’agriculture biologique ni dans la transformation des produits biologiques ».

Avant d’ajouter : « L’objectif est d’avoir une présence d’OGM dans les produits biologiques aussi réduite que possible. Les seuils d’étiquetage existants constituent des plafonds qui sont exclusivement liés à la présence fortuite et techniquement inévitable d’OGM. »

La contamination

On se souvient que deux agriculteurs spécialisés dans la culture de maïs alimentaire biologique, Julien et Christian Veillat avaient déposé une plainte car leur production avait été contaminée par des gènes de maïs transgénique, alors même que les parcelles de maïs OGM les plus proches étaient distantes de plus de 35 kilomètres de leurs champs.
Ce n’est pas un cas isolé : de nombreux autres cas sont apparus : contaminations par pollinisation, pendant la récolte, le transport, la transformation ou la distribution du produit. Il faut rappeler que la contamination d’aliments par des organismes génétiquement modifiés peut se produire tout au long de la chaîne alimentaire, tel que le démontrent les études scientifiques réalisées à ce sujet [2]. L’augmentation des cas de contaminations OGM est même extrêmement préoccupante. Dès 2002 les Verts alertaient déjà sur la contamination lente et irréversible du territoire français par les produits transgéniques (OGM : La contamination s’étend, 9 août 2002).

Mais détecter la présence de gènes manipulés coûte cher et seules quelques grosses associations, comme Greenpeace et Genewatch le font, partiellement, et uniquement à partir des accidents de contamination identifiés.

Ce nouveau règlement européen rappelle ainsi à ceux qui en doutaient qu’on ne parle plus aujourd’hui « de risque de contamination par les OGM », la contamination par dissémination de produits transgéniques dans l’environnement est maintenant plus qu’avérée, elle est convenue : elle est en train de se produire.

Il est impossible d’organiser la coexistence entre variétés transgéniques et conventionnelles : la pollution génétique est scientifiquement inévitable.

Ce nouveau règlement étend donc aux produits « bio » les dispositions européennes déjà en vigueur depuis 2004 pour l’ensemble des aliments issus de l’agriculture conventionnelle.

Vu qu’il est prévisible qu’à terme tous les produits de l’agriculture et donc tous nos aliments seront contaminés par les organismes transgéniques, les décideurs politiques viennent donc d’autoriser la présence d’OGM, en deçà d’un certain seuil (0,9%) dans les éléments étiquetés « biologiques ».

On peut supposer que lorsque la contamination par les semences transgéniques va progresser, il suffira à nos brillants politiques de pondre un nouveau règlement permettant, d’augmenter ce seuil, de revoir à la hausse les « plafonds qui sont exclusivement liés à la présence fortuite et techniquement inévitable d’OGM » : ainsi, rêvons qu’en 2060, seront probablement considérés comme aliments issus de l’agriculture biologique des produits agricoles contenant un taux de gêne transgénique inférieur à… disons… 20%. Voire plus. Tout dépendra probablement du degré de contamination...

Tous les scientifiques savent en effet maintenant qu’il va y avoir contamination. Une étude de Greenpeace montre clairement que la coexistence est un leurre : « les cultures d’OGM à grande échelle empêchent définitivement les consommateurs et les producteurs de choisir des produits ou des semences sans OGM. » [3]

« Ce n’est qu’une question de temps » rappelle le microbiologiste Ignacio Chapela [4].

« Ce n’est qu’une question de temps. Cela mettra, par exemple, plus de temps pour le riz, beaucoup moins propice aux croisements que le maïs, mais c’est inéluctable. On rencontre le même problème avec les espèces invasives.
La « coexistence » est un concept clé inventé par l’industrie biotechnologique pour négocier le fait que la contamination génétique par les OGM est une réalité, c’est la stratégie du cheval de Troie . »

Un logo « bio » européen

Un label européen, associé à de nouvelles normes a été décidé par le Conseil des ministres de l’Agriculture des 27. Il sera obligatoire sur les emballages à partir du 1er janvier 2009 (la date a été repoussée au 1er janvier 2010)

Outre l’introduction de ce seuil controversé de 0,9%, le nouveau texte établit une série de règles fondamentales pour l’agriculture biologique en Europe. Ainsi, seules les denrées alimentaires contenant au moins 95% (en masse) d’ingrédients biologiques pourront porter le nouveau logo biologique européen.

Auparavant, pour bénéficier de cette appellation il suffisait qu’un produit fini contienne au moins 70% d’ingrédients biologiques : dans le cas contraire il était interdit de faire allusion au mot « biologique » sur un produit.

Aujourd’hui, comme l’explique Henri Thepaut, président de la FNAB (Fédération nationale de l’agriculture biologique) : « il suffira de 5% d’ingrédients bio. Dès lors qu’on mettra une fraise bio dans un yaourt, on pourra le dire sur le paquet". »

Ce nouveau "label" aurait normalement dû faire son apparition ce 1er janvier, en même temps que le nouveau règlement, mais son introduction a été reportée.

Soyez donc patients. Il vous faut attendre encore un peu avant de pouvoir acheter des produits « bio européen » ne contenant pas plus de 5% d’OGM…

Bon appétit.
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 28 janv. 2009, 17:48

Les altermondialistes font de l'Amazonie un symbole de leur combat

BELEM (Brésil) - En décidant de se réunir au coeur de l'Amazonie, les altermondialistes veulent faire de cette immense forêt menacée par l'agro-industrie le symbole de leur lutte pour la protection de l'environnement et des peuples indigènes, selon les organisateurs.

Quelque 100.000 militants se retrouvent du 27 janvier au 1er février pour la 8ème édition du Forum Social Mondial (FSM) dans la ville de Belem (nord du Brésil) située sur le fleuve Para, à plusieurs milliers de kilomètres de Porto Alegre (sud), la ville qui a vu naître le premier sommet altermondialiste en 2001.

Le FSM a choisi de consacrer sa première journée de débats, mercredi, à la sauvegarde de l'Amazonie, "le poumon de la planète, que le marché, dans son aveuglement, cherche à posséder et à anéantir", a déclaré à l'AFP Graça Costa, responsable de l'Amazonie pour l'ONG brésilienne FASE.

Dans un document, l'ONG souligne que, "face à la disparition accélérée de la biodiversité et à la crise climatique, la préservation de l'Amazonie et de ses populations sont un défi pour l'ensemble des peuples de la planète".

La plus grande forêt tropicale de la planète s'étend sur 5,5 millions de km2, dont 60% au Brésil, et est partagée entre neuf pays sud-américains (Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Guyana, Pérou, Surinam, Venezuela et Guyane française).

Mais cette forêt, qui abrite le plus grand réservoir de biodiversité au monde - un dixième de la faune connue et plus de 40.000 espèces végétales - et joue un rôle essentiel dans l'équilibre climatique de la planète, a déjà perdu 17% de sa surface originelle, selon l'Institut national de recherches spatiales brésilien.
Elle est amputée tous les ans de milliers de km2 (12.000 km2 en 2007/2008 au Brésil) sous la pression de la puissante agro-industrie (culture intensive du soja, élevage), et de l'exploitation forestière illégale.

Le gouvernement du président Luiz Inacio Lula da Silva s'est toutefois engagé, pour la première fois en décembre dernier, à réduire de 70% la déforestation d'ici à 2018.

Le Brésil est le quatrième principal émetteur de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement climatique, et la déforestation représente 75% de ces émissions.

Le choix de Belem témoigne ainsi, selon Graça Costa, "de la volonté de donner plus de visibilité à cette région et aux peuples indigènes" qui tentent de préserver leur mode de vie traditionnel.

Dans la seule partie brésilienne de l'Amazonie où vivent 80% des indiens du pays, ils ne sont plus qu'une toute petite minorité: quelque 600.000 au milieu de 25 millions de personnes. Ils vivent le plus souvent dans de vastes réserves protégées, mais leur terres sont néanmoins grignotées par l'avancée de colons fuyant souvent la misère.

Cette difficile cohabitation provoque des conflits entre fermiers blancs et Indiens cherchant à protéger leur habitat naturel.

La FASE souligne que de puissants groupes privés brésiliens et multinationaux se disputent les ressources de la région en s'appropriant les terres, en détruisant la faune et la flore et en anéantissant les modes de vie des populations indigènes "au nom du progrès et du développement".

Pour l'ONG, il faut donc "trouver les moyens de préserver la forêt pour les générations à venir et d'accepter les défis de l'innovation technologique" afin de proposer un modèle de développement de l'Amazonie fondé sur l'utilisation durable des ressources.

(Source vérifiée / 25 janvier 2009)

http://www.romandie.com/ats/news/090125 ... n5mced.asp
Image

Avatar du membre
peqa
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 790
Enregistré le : lun. 13 août 2007, 23:10
Localisation : Région Parisienne
Contact :

Re: OGM

Message non lupar peqa » jeu. 29 janv. 2009, 18:13

Bonsoir DOMI,
Tu suis de très près les questions OGM...Je n'ai encore rien vu dans la presse quant à la position de la nouvelle administration américaine sur la question.
Si tu as quelque chose ça m'intéresse
Merci
Peqa

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » ven. 30 janv. 2009, 11:25

peqa a écrit :Bonsoir DOMI,
Tu suis de très près les questions OGM...Je n'ai encore rien vu dans la presse quant à la position de la nouvelle administration américaine sur la question.
Si tu as quelque chose ça m'intéresse
Merci
Peqa


Salut ,
pas de probléme je veille !!

Mais j'ai bien peur que rien ne se fasse les grosses multinational sont puissante ........et renoncer à la mondialisation c'est pas inscrit dans le programe !! :invis:

Toujours en forme Grand -pére !! :;) :kiss:
Image

Avatar du membre
peqa
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 790
Enregistré le : lun. 13 août 2007, 23:10
Localisation : Région Parisienne
Contact :

Re: OGM

Message non lupar peqa » ven. 30 janv. 2009, 11:55

Ca va pas trop mal, merci...sauf un virus tordu qui m'a gâché les fêtes.
Pour le reste je commence à préparer les outils de jardin tout en finissant des travaux à la maison.
Je me demande si je ne vais pas mettre une rûche dans le jardin. J'en ai une (neuve, depuis longtemps dans le garage), mais je n'y connais rien. Il faut que je cherche dans le coin une bonne âme qui s'en occupera.

Pour revenir aux OGM je crois que la nouvelle administration US a déjà donné des signes tangibles d'une plus grande sensibilité aux questions d'environnement (réchauffement climatique, énergies nouvelles, isolation...). Elle sera sensible aussi au fait que la dissémination des produits US trafiqués posent de réels problèmes politiques aux USA (cf Corée, Argentine et UE avec les OGM, le poulet,le boeuf, le round up...). Je pense donc qu'il va y avoir des gestes d'apaisement. Mais attendons!
Peqa

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » jeu. 05 févr. 2009, 13:56

Gentech-news 191

1. USA : Soja non OGM – moins cher et offre un bon rendement

Le soja transgénique est majoritairement résistant à l’herbicide Round- up de Monsanto. Désormais, les cultivateurs qui reviennent au soja non manipulé sont toujours plus nombreux. Raisons: les coûts du Round-up ont été multipliés par trois; les herbes sauvages développant une résistance au Round-up sont toujours plus nombreuses, ce qui contraint les cultivateurs GM à recourir à d’autres herbicides. La demande de soja non OGM, destiné à l’exportation, existe et son prix est plus élevé. Les paysans peuvent en outre récupérer des semences à partir des récoltes, ce qui leur est interdit dans le cas du soja GM breveté.
(PR University Missouri, 8.9.08)

2. Inde : le gouvernement stoppe les aubergines GM
Une vaste coalition de médecins (Doctors for food & bio-safety) exige un moratoire immédiat sur les essais en plein champ d’aubergines transgéniques (brinjal Bt), suite aux révélations d’une étude française menée par l’Université de Caen: celle-ci attirait l’attention sur les risques importants, en matière de santé, que présentait cette aubergine et signalait des anomalies formelles (documents non signés par les chercheurs), invalidant les données présentées. A l’égal des chercheurs, cultivatrices et cultivateurs s’opposent à ces expériences. Le gouvernement décrète désormais un moratoire sur la commercialisation des aubergines transgéniques. (CNN- IBM, 30.1.09, GMWatch, 15.1.09)

3. USA : Des animaux transgéniques bientôt dans nos assiettes ?

La FDA (Food and Drug Administration) publie des directives régissant l’approbation d’animaux génétiquement modifiés, destinés à la consommation. Les premiers animaux transgéniques – saumons géants, par exemple – font leur apparition sur le marché. (Reuters, 15.1.09)

4. USA : »Premier chien cloné vendu – à l’échelle mondiale«

Une entreprise californienne implantée en Corée du Sud a vendu le premier chien cloné pour des raisons commerciales. Le Labrador a été remis à ses propriétaires pour la somme de 155'000 $. Ceux-ci avaient commandé un clone de leur chien mort. La biotechnologie découvre ici le marché porteur des amoureux des animaux de compagnie. (Die Zeit, 28.1.09)

5. »Le bio peut nourrir l’Afrique«

Selon une étude menée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), l’agriculture biologique offre aux régions pauvres d’Afrique la meilleure opportunité d’échapper à la pauvreté et à la malnutrition. Les petites exploitation d’agriculture bio permettent d’augmenter massivement les rendements tout en améliorant la fertilité des sols. Ce qui implique un accroissement de la sécurité alimentaire. (UNEP, 2008)


Vous pouvez consulter les références et les articles de fond
correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en
collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique
GTG)
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 11 févr. 2009, 20:17

Le maïs OGM est sans danger pour l'homme, selon l'Afssa

Image
Un épi de maïs transgénique Mon810 mis au point par la société Monsanto et cultivé en Allemagne. Un rapport officiel français estime que sa consommation ne présente pas de risque pour l'homme. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS


EXCLUSIF - Dans un rapport tenu secret, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) conclut à l'innocuité pour la santé de ce maïs OGM dont la culture est interdite en France.

Les agriculteurs français vont-ils être de nouveau autorisés à semer du maïs transgénique MON 810 dès le printemps prochain ? Dans un avis daté du 23 janvier dernier, mais jusque là tenu secret, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) vient en effet de récuser les arguments contenus dans le rapport du professeur Yvon le Maho, sur lequel la France s'était appuyée, l'an dernier, pour interdire la culture de ce maïs produit par la firme américaine Monsanto, en invoquant la «clause de sauvegarde» auprès de Bruxelles.

«L'Afssa considère que les éléments du rapport le Maho (…) n'apportent aucun élément nouveau qui remettrait en cause la sécurité sanitaire des maïs portant l'événement (le transgène, ndlr) MON 810», peut-on lire en conclusion de ce document dont Le Figaro s'est procuré une copie.
Qu'il s'agisse de la toxicité de la protéine insecticide (CRY1Ab) qui permet à ce maïs OGM de se protéger contre ses principaux ravageurs (la pyrale et la sésamie), d'un lien éventuel avec des maladies à prion (vache folle) ou d'un possible pouvoir cancérigène : les experts de l'Afssa, saisis le 5 septembre dernier par la Direction générale de la Santé (DGS), ont retoqué tous les griefs d'ordre sanitaire, tant vis-à-vis de l'homme que de l'animal, invoqués contre le MON 810.

Un coup dur pour le gouvernement français, et notamment pour le ministre de l'Écologie, Jean-Louis Borloo, qui doit défendre, le 16 février prochain devant la Commission européenne, la clause de sauvegarde activée par la France début 2008.

Cette procédure permet à un État membre d'interdire sur son territoire la culture d'une plante transgénique autorisée en Europe, comme c'est le cas pour le MON 810. Mais le pays doit pour cela s'appuyer sur des informations scientifiques validées signalant un risque réel pour la santé ou l'environnement. Ce n'est manifestement pas le cas.

D'autant que l'avis de l'Afssa va dans le même sens que les conclusions déjà publiées le 31 octobre dernier par l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa). «Les données fournies par la France n'ont pas apporté de preuve scientifique qui contredirait ce que l'Efsa a déjà dit à propos de ce maïs, à savoir qu'il est sain pour la santé humaine, animale et sans danger pour l'environnement», indiquait le rapport de l'agence européenne.

En clair, les risques de dissémination du transgène dans l'environnement (par le biais du pollen notamment), d'apparition d'insectes résistants au maïs MON 810 ou d'impact négatifs sur des organismes non-ciblés, comme les vers de terre, n'ont pas non plus convaincu la vingtaine d'experts européens mandatés par l'Efsa et rétribués par elle. :;) :héhé:

La France va-t-elle entrer dans une phase de guérilla judiciaire avec l'exécutif européen, à l'instar de l'Autriche qui bataille depuis dix ans pour empêcher l'importation et la commercialisation d'OGM sur son territoire ?

Le processus enclenché en janvier 2008 avec la publication très médiatisée de l'avis du comité de préfiguration de la Haute autorité sur les OGM a visiblement du plomb dans l'aile. Les «éléments scientifiques nouveaux» et les «doutes sérieux» invoqués à l'époque par le président de ce comité, le sénateur (UMP) de la Manche, Jean-François Le Grand, peuvent-ils encore être pris au sérieux ?

C'est en tout cas à partir de cet avis, au demeurant contesté par la majorité des scientifiques qui avaient participé à ces travaux, que le professeur Le Maho avait rédigé, à la demande du ministère de l'Écologie, son fameux rapport. Lequel était destiné à répondre aux critiques formulées par la firme Monsanto avant d'être transmis à la Commission européenne en juin 2008 pour justifier la clause de sauvegarde française.

Mais constatant que le document n'avait «fait l'objet d'aucune relecture de la part d'autres scientifiques» et intriguée par des «arguments sanitaires qui n'avaient pas été soulevés dans l'avis du comité de préfiguration de la Haute autorité sur les OGM», (notamment la référence à la maladie de la vache folle) la Direction Générale de la Santé décidait, début septembre, de saisir l'Afssa.

L'avis, attendu en octobre, n'a finalement été signé par Pascale Briand, la présidente de l'agence, que le 23 janvier dernier, soit avec trois mois de retard. Depuis, sa publication n'a cessée d'être repoussée. Pour ne pas compliquer la tâche de M. Borloo devant la Commission, le 16 février ?
Image

Avatar du membre
peqa
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 790
Enregistré le : lun. 13 août 2007, 23:10
Localisation : Région Parisienne
Contact :

Re: OGM

Message non lupar peqa » mer. 11 févr. 2009, 22:12

Le plus simple serait:
(1) - de désigner le PDG de Monsanto comme ministre de l'Agriculture en France...ce serait plus clair
(2) - d'interdire définitivement tous les mouvements écolos
(3 - d'imposer par décret l'usage du maïs Monsanto dans tout l'hexagone, avec obligation d'en avoir au moins 10% dans son assiette à chaque repas
(4) - d'interdire tout droit de parole aux citoyens car sinon... on va où... je vous le demande
(5) - d'interdire tout étiquetage des produits alimentaires qu'ils soient français , américains ou chinois... étiquetage devenu inutile puisque TOUT SERA DE LA M...
A bientôt
Peqa

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » jeu. 12 févr. 2009, 11:37

Désoler c'est pas de OGM mais ça conserne notre assiette !!! :angry:


"SEMENCES IRRADIEES ET IRRADIATION DES ALIMENTS"

L’irradiation des aliments vient s’ajouter à une longue liste de technologies destinées à la conservation des aliments : appertisation (stérilisation par la chaleur dans des contenants hermétiques), congélation, surgélation, pasteurisation et traitement UHT….

Ici, un rayonnement ionisant inférieur à 10 kGray (dose absorbée moyenne) est projeté sur les aliments afin d’éradiquer germes, champignons, œufs d’insectes et parasites.

Néanmoins, cette dose ne permet pas d’éliminer toutes les bactéries, ni les toxines, ni les virus, ni le prion.

Les aliments n’en sortent pas radioactifs, mais de nouvelles molécules éventuellement génotoxiques, cytotoxiques et cancérigènes sont générées.

De plus, la toxicité de ces produits de radiolyse n’a été que très peu étudiée, au mépris du principe de précaution.

Prolonger artificiellement la durée de conservation des denrées...

Les produits principalement concernés en France sont les épices, les plantes aromatiques, les oignons, les aux, les légumes et fruits secs, germes de céréales, gomme arabique, farine de riz, volaille, cuisses de grenouilles congelées, sang séché et plasma, crevettes, caséïne, caséïnates, ovalbumine…

La finalité de cette technologie est en fait de prolonger artificiellement la durée de conservation des denrées en vue de leur exportation des pays du Sud vers les pays occidentaux, gros consommateurs.

Cette politique agro-industrielle, marquée par l’hygiénisme nord américain, entérine de fait le commerce d’une alimentation mondialisée et de plus en plus aseptisée.

Mais les partisans des technologies de l’atome vont encore plus loin dans leur volonté de contrôler la nature et l’évolution...

Pour répondre à la crise alimentaire, l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) propose de modifier le patrimoine génétique des cultures de produits alimentaires par la technique dite de « mutation incitée par irradiation ».

Défendant ardemment depuis 50 ans les « bienfaits » de l’atome, l’AIEA s’est employée à bombarder des semences de riz, de blé…, par des radiations ou des toxiques chimiques, pour développer des variétés qui seraient plus résistantes aux aléas climatiques.

Affirmant que cette technique est « propre et saine » (AIEA, agence Reuters, Vienne 02/12/2008) car les semences ne sont pas radioactives, et qu’en comparaison avec la technique de la transgénèse (les Organismes Génétiquement Modifiés), elles ne reçoivent pas de gène étranger, ces chercheurs modifient en fait de manière irréversible et totalement aléatoire le génome de l’espèce irradiée.

Une telle variété irradiée de plante est donc, exactement comme un Organisme génétiquement modifié, une chimère génétique, dont les conséquences éventuelles sur la santé humaine (allergies, cancerogénèse, mutations du génome humain…) sont totalement inconnues.
Les mutations existent dans la nature : soumises à un stress climatique par exemple, les plantes adaptent leur génome, mutent ou expriment d’autres gènes qui étaient en sommeil.

Des mutations sont provoquées au petit bonheur la chance...

Dans le cas de l’irradiation, ces mutations sont provoquées au petit bonheur la chance, sur un intervalle de temps infiniment plus court, comme pour les OGM.

Affirmer que « cette mutation induite ne fait qu’accélérer le processus naturel de modifications spontanées qui surviennent dans les plantes » (AIEA, agence Reuters, Vienne 02/12/2008) fait totalement abstraction du fait que nous savons dans la réalité que peu de choses sur ce processus naturel.

En effet, pour prendre l’exemple du génome humain, seuls 2 % de notre patrimoine génétique sont codants pour la synthèse des protéines, alors que nous ne connaissons pas à ce jour le rôle des 98 autres %, constitués de séquences répétitives.

La connaissance du génome n’en est qu’à ses balbutiements.
Autant dire que nous jouons, une fois de plus, aux apprentis sorciers.

La FAO, associée à ce projet avec l’AIEA depuis la création de leur Division mixte en 1964, indique que son but est désintéressé et ne vise qu’à développer un commerce plus équitable, afin de venir en aide aux paysans les plus démunis pour leur permettre de vivre décemment (Agence Reuters : « La science nucléaire au service de la sécurité alimentaire : l’AIEA dit que les semences irradiées pourraient atténuer les effets de la crise alimentaire », Vienne, 2 décembre 2008).

Mais, en réalité, le droit de tous à la terre, à une alimentation suffisante et à la santé, ne passera-t-il pas plus simplement par un partage équitable des ressources et des richesses ?

Auteur :
Thierry FOLLIARD

Naturopathe et ingénieur énergie-environnement
Co-animateur au Collectif Français contre l’Irradiation des Aliments
Administrateur de Consom'Solidaire (Paris 13e), qui est membre du C.A. d'Action Consommation

Source :
Article publié par la revue Biocontact
n°188, février 2009
Image

Avatar du membre
peqa
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 790
Enregistré le : lun. 13 août 2007, 23:10
Localisation : Région Parisienne
Contact :

Re: OGM

Message non lupar peqa » jeu. 12 févr. 2009, 23:10

Tu as raison Tino... ne poussons pas trop loin. Il nous restera le Coulommiers des Ardennes (se méfier des contrefaçons) et le Comté de...
Ce que je crains le plus c'est que les Américains nous interdisent bientôt de produire nos vins au prétexte que nos cépages ne sont finalement que la contre façon des leurs...
Le maïs vient du Mexique! Je me demande si Monsanto a bien acheté les droits génétiques aux Aztèques. Peut être sont-ils dans l'illégalité la plus complète!
Bonne soirée
Je vais boire un thé OGM avant d'aller dormir
Peqa

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 18 févr. 2009, 18:33

Gentech-news 192

1. Les USA veulent introduire la tolérance à la contamination par des OGM non autorisés

Aux Etats-Unis, l'introduction d'une législation devrait interdire aux autorités d'entreprendre toute action lors de la détection, lors d'une récolte, d'impuretés transgéniques illégales. La prise d'une telle décision soulève un tollé de protestations de la part des milieux environnementaux et scientifiques. Elle inquiète également l'industrie exportatrice. (Intresa Trade, 2.2.09)

2. USA : Eminent réseau hospitalier catholique hostile à l'alimentation GM et la viande clonée

»Catholic Healthcare West«, une organisation regroupant hôpitaux, cliniques, médecins et personnel hospitalier, veut obliger ses fournisseurs de produits alimentaires à renoncer totalement aux animaux clonés et aux aliments transgéniques. (CHW, 5.1.09)

3. Allemagne : le ministre bavarois de l'environnement veut la »paix dans les champs«

Markus Söder (CSU), ministre de l'environnement du Land de Bavière, a l'intention d'autoriser les essais en plein champ, uniquement s'ils sont réalisés sous serre. Ce qui permet de régler »la problématique es croisements«. Il souhaite de voir enfin régner la »paix dans les champs«. Il demande à l'UE de laisser les régions décider elles-mêmes de leur sort. (SZ, 11.2.09)

4. Les agrocarburants aggravent la faim

»Pour remplir le réservoir d'une voiture avec 95 litres d'éthanol, il faut 200 kilos de maïs. Ce qui est suffisant pour nourrir une personne pendant un an«, déclare SWISSAID. Les terres agricoles des pays du Sud, où la population souffre de la faim, sont sacrifiées pour satisfaire les besoins énergétiques des pays du Nord. La plupart des végétaux énergétiques ne sont en outre pas plus favorables à l'environnement que les carburants fossiles. (SWISSAID, 10.2.09)

5. »Les gènes n'expliquent pas tout. Un enfant peut hériter des expériences de sa mère.«

Des chercheurs ont créé des souris (appelées souris knock-out) présentant un trouble de la mémoire d'ordre génétique. Elles se sont mal débrouillées au cours de tous les tests de mémoire qu'elles ont subis. Puis on leur a donné des jouets, elles ont pu bouger et on les a mises en présence d'autres compagnes. Grâce à cet environnement riche et varié, elles se sont complètement remises de ce déficit mémoriel. Leur descendance a hérité du gène défectueux - mais leur mémoire était en revanche normale. A la surprise des chercheurs, elles avaient également hérité ce que leurs mères avaient appris au cours de la thérapie. (ddp.wissenschaft.de, 4.2.09)


Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch
.

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique GTG)
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » mer. 11 mars 2009, 10:33

Gentech-news 193

1. USA : Les groupes agroalimentaires entravent et interdisent la recherche indépendante

26 chercheurs de renom étudiant l’interaction insectes/plantes se sont plaints auprès de l’EPA (Environmental Protection Agency): Il est désormais impossible de mener une recherche véritablement indépendante sur de nombreuses questions en matière de risques induits par les plantes transgéniques. Etant donné que les plantes GM sont brevetées, les entreprises agroalimentaires posent leurs conditions: soit ils refusent de fournir aux scientifiques les semences nécessaires à leurs recherches, soit ils essaient d’influencer les résultats de la recherche, soit ils interdisent certains projets de recherche. Ainsi, se référent à la convention sur le brevet du maïs GM, Syngenta complique, voire interdit non seulement la recherche en général, mais spécifie qu’un acheteur de semence n’est pas autorisé à comparer le produit Syngenta avec d’autres plantes. (NYT, 19.2.09)

2. Jugement de la Cour européenne de justice : les données sur les OGM doivent être communiquées

Un citoyen français qui voulait connaître la fiche d’implantation des essais de dissémination d’OGM dans sa commune d’Alsace, n’a pu obtenir l’information souhaitée. A tort, en a jugé la Cour européenne de justice: les autorités des pays européens ont l’obligation d’informer de manière complète leurs citoyennes et citoyens sur le lieu et l’importance des essais en plein champ. (AFP, 17.2.09)

3. Riz doré testé sur des enfants

Dur riz génétiquement modifié pour produire de la provitamine A – le fameux »riz doré« – a été testé sur des enfants en Chine et aux USA. 22 scientifiques s’opposent à cette expérimentation: les questions concernant la qualité et la sécurité de ce riz ne sont pas encore résolues. Aucune expérimentation animale n’a été effectuée à ce jour. Il existe plusieurs indices de toxicité potentielle et d’effets secondaires possibles. »De tels essais n’ont pas été autorisés dans l’UE en l’absence d’informations en matière de sécurité«, ont-ils écrit. (I-SIS, 16.2.09)

4. Allemagne : »Les géants agricoles ne doivent pas décider du sort de notre pays«

Les paysans exigent que la Bavière soit sans OGM. La ministre fédérale de l’agriculture Ilse Aigner (CSU) entend réexaminer l’autorisation du maïs transgénique; il n’a »aucune utilité perceptible dans ce pays«.
(BZ, 18.2.09)

5. USA : Soja résistant à la sécheresse – sans génie génétique

Une nouvelle variété de soja résistante à la sécheresse devrait bientôt faire son apparition sur le marché. Elle est le résultat d’une scrupuleuse sélection et croisement d’espèces tolérant la sécheresse avec des variétés dont le rendement est très élevé. (Seedquest. 29.1.09)


Vous pouvez consulter les références et les articles de fond
correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch
.
Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en
collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique
GTG)

________________________________
Image

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: OGM

Message non lupar Domi » jeu. 02 avr. 2009, 19:24

:invis: ::o

Image
Image

Avatar du membre
maya
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 133
Enregistré le : sam. 04 août 2007, 17:03

Re: OGM

Message non lupar maya » jeu. 02 avr. 2009, 21:35

Bisontin la vertu a écrit :C'est là qu'on n'est pas d'accord : on peut faire des OGMs en étant encadré. Tes OGMs, quand ce seront les chinois qui les feront sans protection et qu'ils les foutront en plein air, ça te fera comme le nuage de Tchernobyl : ils s'arrêteront à la frontière ? ::D
C'est aussi le même problème avec les nanotechnologiques, le nucléaire etc. A force de se couper l'herbe sous le pied en perdant des emplois liés à des activités de pointe, on finira tous dans la rue. A ce jour, on ne peut pas lutter avec les pays à bas coût de main d'oeuvre dans de nombreux domaines (je sais de quoi je parle, j'ai une équipe en Tunisie...). Il faut donc développer des emplois ailleurs, dans d'autres domaines hyper pointus et techniques. Aux dernières nouvelles, c'est ma paie (et celle de ma femme) qui fait vivre ma famille, pas l'observation des petites bestioles qui se baladent le long des bandes cyclables grenobloises. Le monde n'est pas manichéen et les extrêmismes sont dangereux qu'ils soient d'un côté ou de l'autre, foi de militant cycliste :corne:

enfin moi je pense qu' une fois mort on aura plus besoin de boulot !!!

Avatar du membre
Bisontin la vertu
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1846
Enregistré le : sam. 11 févr. 2006, 22:17
Localisation : Grenoble

Re: OGM

Message non lupar Bisontin la vertu » jeu. 02 avr. 2009, 21:42

maya a écrit :enfin moi je pense qu' une fois mort on aura plus besoin de boulot !!!


Comme disait le titre d'un livre de Desproges : Vivons heureux en attendant la mort

Soit, mais en attendant, on fait quoi ? On joue aux osselets ?
Et comment je fais pour nourrir les gosses ? Je me rase les poils des fesses et j'en fais des brosses comme disait la chanson ?


Retourner vers « Paysages »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité