Procès d'un militant anti OGM - ADN

Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Ratrait »

Thierry39 a écrit :
Ratrait a écrit : contre le non raccordement du Haut-Jura aux liaisons TER ! ::D
Ben si il y a la ligne Dole-Mouchard-Champagnole-Morez-Saint-Claude ... pour combien de temps encore ?
Ah oui, la "ligne des hirondelles" ? Il me semble qu'elle a un petit nom poétique non ?
C'est comme la liaison TGV, elle n'en a plus pour très longtemps malheureusement, puisque Zürich sera relié par la ligne via Strasbourg et Lausanne via Annecy ... :|
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

1. Canada : Percy Schmeiser indemnisé par Monsanto
Du colza transgénique de Monsanto poussait dans les champs de Percy Schmeiser sans que celui-ci n’en ait jamais planté. Il fit arracher professionnellement ces plants et envoya la facture à Monsanto, soit 600$. Monsanto était disposé à payer à condition que le céréalier signe un accord de confidentialité et de renoncement à toutes poursuites futures dans des cas similaires de dissémination d’OGM dans ses cultures. Percy Schmeiser avait alors refusé et traîné la firme devant les tribunaux. Une heure avant le début du procès, Monsanto a fait décontaminer les champs de Schmeiser et payé la facture. (taz, 20.3.08)


2. EU : Pas de pommes de terre transgéniques
La culture de la pomme de terre transgénique Amflora produite par la firme Bayer ne sera pas autorisée dans l’UE en 2008. De fortes réserves sont émises sur le gène de résistance aux antibiotiques introduit dans cette variété. (TransGen, 10.3.08)


3. Le Benin reste sans OGM
L’Etat africain du Benin a prolongé de 5 ans son moratoire: importation, distribution et culture d’OGM sont toujours interdites. (Panapress, 17.3.08)


4. Les Canaries et Madère sont sans OGM
Le gouvernement des Canaries a déclaré l’Archipel zone hors OGM. A Madère aussi, le gouvernement a décidé d’interdire toute culture d’OGM. L’île a investi dans l’agriculture biologique et ne veut pas compromettre cette dernière. (europapress, 25.3.08)


5. USA : Le coton non OGM est plus profitable

En collaboration avec des économistes, des chercheurs de l’Université de Géorgie ont réalisé des études comparatives: de 2001 à 2004, la culture de coton non OGM a été plus rentable que la culture de coton OGM. Les résultats de 2005 et 2006 ne sont pas encore disponibles. (Agronomy Journal, Jan.-Fév. 08)




Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de notre site http://www.blauen-institut.ch.

Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie génétique GTG).
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Des traces d'OGM dans du maïs bio: les agriculteurs portent plainte

2008-04-01

NIORT (Source vérifiée)

Deux agriculteurs ont décidé de porter plainte devant le tribunal administratif de Poitiers contre l'Etat pour "dénoncer la contamination" de leur champ bio "par du maïs OGM", ont-ils annoncé mardi lors d'une conférence de presse à Villiers-en-Plaine (Deux-Sèvres).

Le maïs contaminé se trouve sur une parcelle d'un hectare à Echiré (Deux-Sèvres) appartenant à Christian Veillat et à son fils Julien et située à plus de 25 km de la première parcelle de maïs OGM officiellement cultivée dans le secteur.

"Soit la polennisation se porte plus loin que 25 km et cela démontre un risque réel ou alors il y a dans ce secteur des agriculteurs qui ont développé des OGM sans les déclarer", a déclaré Serge Morin, vice-président de la région Poitou-Charentes, devant la presse.

"C'est la preuve que les organismes génétiquement modifiés sont incontrôlables", a ajouté Julien Veillat, qui estime le préjudice à 1.200 euros. Destinée à la consommation humaine, la production de maïs bio a été en effet déclassée et orientée vers la production conventionnelle pour l'alimentation du bétail.

L'analyse avant récolte a décelé la présence d'OGM issu du maïs Mon810 inférieure à 0,9% et "les contre-expertises ont confirmé le premier résultat", selon Julien Veillat.

La coopérative de tutelle, la Coopérative régionale d'agriculture biologique (CORAB), a décidé de se constituer partie civile tout comme le Conseil régional de Poitou-Charentes.

"Nous voulons que les responsables soient condamnés car les agriculteurs ont été pénalisés dans leur travail et nous voulons défendre l'image de l'excellence environnementale de la région", a expliqué M. Morin.

Georges Castiel, médecin et porte-parole du collectif vigilance OGM Poitou-Charentes, a estimé que "cette affaire est un cas concret d'école". "On voit les limites du projet de loi discuté à l'assemblée. Il y a impossibilité de faire coexisté les deux filières", selon lui.
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Les députés posent des limites aux cultures OGM

[ 04/04/08 ]

Comment garantir aux acheteurs d'un produit de qualité (Bio, Label rouge, indication géographique protégée) qu'il ne contient pas d'organismes génétiquement modifiés ? La discussion du premier article du projet de loi sur les OGM a permis aux députés de l'opposition d'obtenir du gouvernement une concession importante. Adopté avec le soutien des élus socialistes, communistes, Verts, mais aussi de quatre élus de la majorité, un premier amendement prévoit que les plantes en question ne peuvent être cultivées « que dans le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux, et des filières de production et commerciales qualifiées sans OGM et en toute transparence ».

Un deuxième amendement, voté à l'initiative de François Grosdidier (UMP), et soutenu par le gouver- nement, ajoute que la culture doit se faire « sans que cela nuise à l'intégrité de l'environnement et à la spécificité des cultures traditionnelles et de qualité ». Le texte initial ne stipulait que « dans le respect de l'environnement et de la santé publique ».

Les membres de la commission des Affaires économiques et le rapporteur Antoine Herth avaient jusqu'à présent refusé de telles allégations, les estimant contraires aux textes communautaires que la France doit transposer. Bruxelles ne permet pas de désigner une fraction de territoire « non OGM », à partir du moment où la semence a été homologuée. Mais poser comme principe le respect des filières donnera plus de force aux plaignants en cas de contamination. Et contraindra les assureurs à en tenir compte lorsqu'ils accepteront de couvrir ce risque.

Au-delà des questions de contamination des cultures voisines, associer OGM et produits alimentaires traditionnels est complexe. En octobre, la révélation que des producteurs de foie gras du Gers utilisaient du maïs OGM pour engraisser leurs animaux a provoqué un scandale : « Le fournisseur, les producteurs et les éleveurs qui utilisent ces maïs sont de véritables apprentis sorciers, égoïstes dans leur comportement car ils prennent le risque de fragiliser toute une filière », avait déclaré Philippe Martin, président du Conseil général du Gers.

Contestation larvée

Sentant monter la contestation des producteurs bio, mais aussi des agriculteurs de montagne, le rapporteur a prévu un amendement à l'article 3, qui doit être discuté aujourd'hui, visant à permettre à l'Institut national de l'origine et de la qualité (Inao) de proposer aux autorités des mesures restrictives. Un amendement jugé insuffisant par certains députés.

Reste à définir ce qu'est un produit sans OGM. Les directives européennes prévoient un étiquetage des produits de culture contenant des OGM à partir d'un seuil de 0,9 %. Mais les professionnels du bio préférent le seuil de détection technique en dessous de 0,1 %. En effet, ils perdent leur appellation en cas de contamination à 0,8 %. Comme ce fut le cas pour deux agriculteurs des Deux-Sèvres, qui viennent de porter plainte contre l'Etat devant le tribunal administratif de Poitiers. Leur champ bio aurait été contaminé par du maïs OGM situé à plus de 25 km.

JULIE CHAUVEAU

http://www.lesechos.fr:80/info/agro/4710578.htm
Image
Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Ratrait »

Rien n'est encore perdu !
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Il fauche les OGM pour sauver la biodiversité

Sébastien Benoît, maraîcher bio en Vendée, est l'un des sept faucheurs volontaires de Vendée jugés à Chartres cette semaine. Pour lui, les OGM menacent la biodiversité. Rencontre.

Cette semaine, il est à Chartres. Pour le procès à sensation de 58 faucheurs volontaires. Sébastien Benoît, maraîcher bio en Vendée, marié, père de deux enfants, n'a pas l'intention de fuir ses responsabilités. « Ce n'est pas comme les politiques, qui prennent le risque d'une contamination générale et qui ne comparaîtront sans doute jamais devant un tribunal », remarque-t-il.

Lui sera donc là, « comme en octobre dernier (1), pour assumer mes actes » : la participation au fauchage collectif d'une parcelle de maïs à Poinville (Eure-et-Loir), appartenant à Monsanto. S'il est devenu faucheur, c'est par la force des choses, parce qu'il avait le sentiment d'avoir épuisé « tous les recours contre les OGM, débats, pétitions et même interpellations d'élus ».

En 2002, déjà, il avait été à deux doigts de participer à un premier fauchage, du côté de Poitiers. « Mais on attendait notre premier enfant. » Après, l'installation à La Genétouze (Vendée), dans une exploitation tournée vers le bio, l'a empêché de se mêler à la mobilisation.

Ferme bio avec son épouse

Cette ferme, il la gère avec son épouse, où il fait pousser fruits et légumes sans une gouttelette de pesticides, sous les yeux de ses cochons basques qui font du gras en avalant les légumes difformes ¯ mais bio ¯ de l'exploitation. Dans quelques semaines, pour protéger ses légumes, il introduira même un insecte parasite dans l'une de ses serres pour éliminer « naturellement » les colonies de pucerons.

Pour Sébastien Benoît, cet équilibre essentiel, sorte de pacte intime entre l'Homme et la Nature, serait aujourd'hui menacé avec les OGM, car ils mettent « en péril la biodiversité », donc, in fine, les ressources alimentaires.

« Prenez ces plants de tomates, explique le maraîcher. Si vous n'avez qu'une seule variété et qu'elle est victime d'une attaque de mildiou, on ne récolte rien. Par contre, si vous avez plusieurs variétés, certaines résisteront mieux que d'autres. »

La biodiversité, assurance-vie de l'homme

C'est ce qu'il a vécu l'an dernier. Tomates ananas, coeur de boeuf ou encore cornue des Andes, variétés fragiles, sont restées sur le carreau, « malgré la bouillie bordelaise ». Mais la rose de Berne et la saint-pierre ont donné des fruits.

Cette biodiversité, si chère aux yeux du faucheur vendéen, serait donc une sorte d'assurance-vie, comme une garantie pour préserver l'environnement et pouvoir nourrir l'humanité demain. Alors, quand il entend certains avocats des plantes transgéniques dire qu'elles sont la solution à la faim dans le monde, il rit... jaune. « Car c'est faux. »

C'est aussi contre ça qu'il se bat. Et pour ça qu'il sera à la barre du tribunal de Chartres, avec six autres faucheurs volontaires vendéens. Persuadé que la bataille contre les OGM se joue là et espérant, sans trop y croire, qu'il est encore possible de stopper la contamination des OGM. « Elle a déjà commencé. Elle est irréversible. »

Philippe ÉCALLE.


(1) Le procès avait été renvoyé, dans l'attente des conclusions du Grenelle de l'environnement.

http://www.ouest-france.fr:80/Il-fauche-les-OGM
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

pour en savoir plus :

Le projet de loi sur les OGM adopté de justesse à l'Assemblée

L'Assemblée nationale a adopté mercredi à l'étroite majorité de 249 voix contre 228 le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) lors d'un vote solennel à l'issue d'une semaine de débats houleux et de vives tensions entre la majorité et la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

Trente-et-un députés UMP se sont abstenus lors du vote et dix d'entre eux se sont prononcés contre le texte. Dix membres du Nouveau centre se sont abstenus et un a voté contre. La gauche a voté contre, mais 15 députés socialistes n'ont pas participé au vote. Six d'entre eux ont ensuite fait savoir qu'ils voulaient s'opposer au projet.

Devant les députés, le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a défendu un texte "ni pro ni anti" OGM, et un des dispositifs "les plus précautionneux au monde". Il a fait valoir aux députés de la majorité que refuser le texte serait "affaiblir" la France au moment où la Commission européenne doit se prononcer sur la clause de sauvegarde activée par Paris sur le MON810, seule variété d'OGM cultivée en France.

Au cours des 36 heures de débats, les anti-OGM ont marqué quelques points, avec l'aide d'une poignée de députés de la majorité. Ils ont notamment imposé aux cultures transgéniques le respect "des structures agricoles, des écosystèmes locaux, et des filières de production et commerciales sans OGM", par un amendement du député communiste André Chassaigne. Mais le Premier ministre François Fillon s'est engagé mardi devant le groupe UMP à revenir sur cet amendement lors de la deuxième lecture au Sénat.

Les députés sont aussi revenus sur certaines modifications apportées par les sénateurs au Haut conseil des biotechnologies, chargé d'évaluer les OGM. Ils ont notamment restauré la liberté d'expression de ses membres et rétabli l'équilibre entre ses deux comités, scientifique et représentant la société civile.

Mais les grands principes du texte, et en premier lieu la coexistence entre cultures OGM et non-OGM, n'ont pas été modifiés. Le délit de fauchage institué par le Sénat a été maintenu.

D'où la colère des écologistes contre un texte qui "ouvrira la porte à une dissémination massive des OGM dans l'ensemble des territoires de la France", selon le député Vert Yves Cochet. L'ancien ministre de l'Environnement a exhorté les députés de la majorité à "activer la clause de conscience en votant contre cette loi". "Si vous votez cette loi, les conséquences seront irrattrapables, irréversibles et définitives", a-t-il dit, en demandant aux députés de penser à leurs enfants et petits-enfants.

Le débat a fait une victime, Nathalie Kosciusko-Morizet, absente au moment du vote. Mise en cause par la majorité pour s'en être remise à la "sagesse" de l'Assemblée sur l'amendement Chassaigne, désavouée par François Fillon, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie a dû présenter mercredi ses excuses pour avoir dénoncé dans "Le Monde" le "concours de lâcheté et d'inélégance" entre le président du groupe UMP Jean-François Copé et Jean-Louis Borloo, son ministre de tutelle.

"L'incident est clos", a jugé en fin de journée le Premier ministre à la sortie du conseil du bureau politique de l'UMP, tout en se félicitant de l'adoption du projet de loi en première lecture par l'Assemblée nationale.

François Fillon avait laissé le choix à la secrétaire d'Etat entre présenter ses excuses ou être renvoyée du gouvernement. "Elle fera des excuses publiques. Sinon, on en tirera toutes les conséquences", a indiqué l'hôte de Matignon lors d'une réunion d'urgence du groupe UMP avant le vote du projet de loi, selon des participants. D'ores et déjà, elle a été privée d'un voyage au Japon, où elle devait accompagner en fin de semaine le Premier ministre.

"NKM" s'est aussitôt exécutée dans un communiqué, tout en affirmant que ses propos avaient été "déformés". Pour sa part, "Le Monde" les a intégralement maintenus. "Je crois qu'elle ne fera pas long feu au gouvernement", a commenté Yves Cochet.

D'autres voyaient dans ce vote l'acte de décès du Grenelle de l'environnement, dont le projet de loi sur les OGM est la première concrétisation. "On peut dire aujourd'hui que le Grenelle de l'environnement est mort", a estimé le socialiste Germinal Peiro.

Le texte est "encore largement perfectible si l'on veut aboutir à une véritable maîtrise des cultures OGM", ont jugé la fédération France Nature Environnement et la Fondation Nicolas Hulot. Pour Arnaud Apoteker de l'association Greenpeace, "l'Assemblée nationale vient de rédiger l'acte de vente de l'agriculture française à Monsanto".

Le projet de loi repart au Sénat pour une deuxième lecture les 16 et 17 avril. Il reviendra ensuite à l'Assemblée. AP

http://www.latribune.fr:80/info/Le-proj ... =Politique
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Source Benoit Brulin bbrulin@laposte.net

Bonjour à tous,
Des faucheurs volontaires d’OGM dont l’action non violente a été reconnue légitime lors du procès d’Orléans du 27 octobre 2005 ont été déclarés coupables lors des procès en appel et en cassation.
Ils sont actuellement convoqués pour des prélèvement d’ADN aux fins d’inscription au fichier de la délinquance qui concerne maintenant tous les crimes… ou presque car, curieusement, la délinquance financière est dispensée de l’inscription à ce fichier.

Ceux qui refusent de se soumettre à ces prélèvements sont traduits devant les tribunaux correctionnels et encourent des peines de 15000€ d’amende et 6 mois de prison.

C’est le cas d’Alain DORANGE convoqué le 6 mai 2008 au tribunal de Limoges, place d‘Aine, pour refus de prélèvement d’ADN. Sur plainte de la société MONSANTO, il fait de plus l’objet de poursuites pour participation à une « association de malfaiteurs »

Les signataires de cette pétition dénoncent la tentative de criminalisation des actions militantes et syndicales qui se développe actuellement en mettant sur le même plan les crimes à caractère sexuel, les actes de terrorisme et les actions légitimes de contestation. Ils appellent à rejoindre le comité de soutien à Alain DORANGE à l’occasion de sa comparution devant le tribunal de Limoges pour refus de prélèvement d’ADN.

Comité de soutien (premières associations signataires) : ATTAC87, Les Amis de la Terre, La Confédération Paysanne, La Loutre87, Les Verts Limousin, Le GABLIM …

Signer cette pétition et relayez cette information si vous pensez que cette cause est juste. http://adn-dorange.net

Merci d'avance

Benoit BRULIN
Les Betoulles
87520 Javerdat
05 55 03 27 61
06 75 25 05 02
http://www.gite87.fr

Sites utiles :
http://www.defipourlaterre.org
http://www.artac.info/static.php?op=App ... txt&npds=1
http://www.moratoireogm.fr/spip.php?article1 (Pétition pour un moratoire sur les OGM en plein champ)
http://adn-dorange.net (Pétition de soutien à Alain Dorange, faucheur volontaire, domicilié à Ladignac le Long (87) qui est convoqué au tribunal correctionnel de Limoges, le 6 mai 2008 pour refus de prélèvement d'ADN. Devant la criminalisation des actions militantes et face à une volonté d'un fichage génétique de masse, une réaction s'impose.)
Image
Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Ratrait »

Il me semble bien qu'Alain Dorange faisait partie du même groupe de faucheur que François Mandil, c'est donc exactement la même situation.

Et au passage, une analyse par Jean-Marie Pelt de la loi OGM votée par le parlement. Interview sur France-inter le 12 avril dernier :

Interview sur France Inter, « CO2 mon amour », 12 avril 2008.

Q. Quel est votre sentiment après ce vote de l'Assemblée Nationale ?

Cela met parfaitement en lumière toutes les contradictions liées à ce dossier, où l'opinion publique est très majoritairement hostile, et où une grande majorité de parlementaires était, je dis bien était, jusque récemment très favorable parce que très influencée par la philosophie de l'agriculture productiviste, des grands céréaliers, de l'industrie agroalimentaire, de l'industrie agrochimique, enfin tout ce qui fait le quotidien de l'agriculture conventionnelle actuelle.

Cette contradiction est en train d'émerger, et je crois que cela peut être très favorable. J'ai été très frappé, au Grenelle, nous étions là, société civile, mais nous n'étions pas là avec des parlementaires très engagés sur ces terrains, comme F. Grandidier, député de Metz que j'estime beaucoup, que Corinne Lepage n'y était pas non plus, tout cela faisait que nous n 'étions pas véritablement ouverts sur le monde extérieur, et en particulier sur le monde politique.

Et je pense qu'il faut réussir, si vraiment nous voulons faire un pas en avant vers plus de démocratie, à faire fonctionner ensemble la société civile et les élus, ce qui n'est pas le cas actuellement, et ce qui va devenir absolument nécessaire.

Q. Revenons sur les arguments, traditionnels sur les OGM Les OGM économisent les pesticides, puisque l'herbicide est embarqué dans la plante, et qu'il fera le boulot.

On ne peut pas dire cela, c'est momentanément vrai, et seulement pour le maïs, qui contient un pesticide, seulement il contient le pesticide ! Alors
on n'économise pas, il le contient évidemment. Et si l'insecte (la pyrale) s'adapte, le système ne marche plus.

Pour le soja, c'est encore pire : on arrose les champs avec le fameux «Round up » (Monsanto), le soja résiste, les petites plantes parasites meurent, mais il en faut de plus en plus, car les petites plantes parasites s'adaptent, de sorte qu'on constate que les quantités de pesticides utilisés par les pays qui produisent ce soja OGM ne cessent d'augmenter.
Donc cet argument est totalement non recevable.

Q. Les plantes consommeront moins d'eau

C'est tout à fait virtuel. ... On nous fait miroiter des merveilles, qui seraient dues aux OGM : ils vivraient dans des régions sèches, dans des régions salées, ils pourraient ainsi mettre un terme à la faim dans le monde, mais tout cela n'existe pas.

Actuellement les OGM qui existent, ceux dont on parle, ceux qui sont en cause, sont des plantes qui contiennent des pesticides.

D'ailleurs le Président de la République dans son discours du 25 octobre avait parlé des OGM pesticides, et c'est une des raisons majeures pour laquelle nous sommes tellement réticents. Nous ne savons toujours pas s'ils ont, ou non, un impact sur la santé. Le CRII-GEN, comité présidé par Corinne Lepage, a mené une expérimentation qui est inquiétante.

Nous devons en savoir plus avant de déclarer de façon péremptoire « il n'y a pas d'effet sur la santé ».

Q: C'est ce que dit le sénateur UMP de la Manche, M. Legrand.

Oui, j'estime beaucoup M. Legrand, qui a présidé ce débat OGM au Grenelle avec Mme. Christine Blandin, sénatrice Verts. C'était merveilleux, un sénateur UMP, une sénatrice Verts, une entente parfaite entre eux. Donc le monde n'est pas coupé à jamais entre des gens qui se disputent parce que l'un est de droite, et l'autre de gauche. Leur contribution a été remarquable, très positive.

Ce qui montre bien que nous sommes dans débats qui sont au-delà des clivages politiques. Et lorsqu'on veut les faire rentrer à toute force, avec un chausse pied, dans les souliers un peu serrés de la couleur habituelle de la politique, eh bien, cela ne marche pas.

Oui, d'ailleurs le texte est passé à l'Assemblée avec 249 voix, contre 228, ce qui prouve bien que ce n'était pas une majorité extraordinaire.

Absolument, cela prouve que beaucoup de parlementaires se posent vraiment des questions, et cela, c'est tout à fait nouveau, car il y a 3 ans, le texte serait passé à une majorité écrasante. Un long chemin a été parcouru, et je pense que l'on a vu émerger pour la première fois, bien que je n'aime pas beaucoup ce mot, du lobbying écologique. Alors que nous avons vu au Grenelle l'extrême puissance du lobbying de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles. Maintenant il y a d'autres voix qui se font entendre, dont les nôtres, et c'est une avancée très positive.

Q. Les OGM réduisent la famine.

Eh, non... (rire) La famine est due à un grand nombre de facteurs, notamment le réchauffement climatique, des longues sécheresses, une réduction des terres agricoles, une augmentation en puissance des agro-carburants qui consomment des terres arables, des mises en pratique dans l'agriculture qui ne sont pas souhaitables.

Il y a d'autres moyens d'agir. Il y a un rapport des Nations Unies (FAO) du mois de Mai 2007 qui montre qu'avec de bonnes pratiques, que l'on connaît, que l'on a expérimentées, une agriculture quasiment biologique peut nourrir les 10 milliards d'êtres humains que nous serons en 2030.

Donc c'est un argument qui ne tient absolument pas. Ce qui est sûr c'est que les OGM c'est bon pour ceux qui font un hold up sur la nature, c.à.d les grandes sociétés multinationales. Pour l'humanité, ces OGM là ce n'est pas bien.

Q. Il y aura très peu de dissémination entre les cultures OGM et non OGM, grâce aux distances de sécurité.

Là c'est un problème compliqué. Parce que l'esprit de la loi c'est de permettre à chacun de produire et de consommer avec ou sans OGM.

Malheureusement, si on veut consommer sans OGM, alors il ne faut pas qu'il y ait des OGM partout. Car la nature, les insectes, le vent, disséminent le pollen, et ça personne ne peut l'empêcher. Personne. Alors on prend ses distances, entre les champs OGM et les champs non OGM.

Q: Le pollen n'est pas capable de lire un texte de loi ?

Bien sûr que non ! On sait bien qu'il y aura contamination. C'est la raison pour laquelle on a fixé une barre à 0,9% pour déclarer qu'un produit alimentaire n'est pas OGM alors qu'il contient 0,9% d'OGM.

Alors ce que je souhaiterais vraiment, c'est que le fameux amendement n°252, de M. Chassaigne, qui prévoit que certains espaces, où il y a une agriculture de qualité, où il y a beaucoup d'agriculture biologique, où il y a des appellations d'origine contrôlée (AOC), qui font la qualité de nos produits agricoles, en France, dans notre pays, que ces espaces soient protégés.

Q : C'est cet amendement que le gouvernement voudrait faire sauter, et que N. Kosciusko Morizet a laissé passer en s'en remettant, c'est une belle expression, à la sagesse du Parlement.

C'est cet amendement qu'il faut maintenir absolument, que le Sénat le maintienne, et qu'il soit maintenu et mis en oeuvre. Cela ne peut cohabiter que si on a la sagesse de protéger certains espaces. Sinon c'est impossible. Et une loi qui ne s'applique pas, cela n'a aucun intérêt. Il y a aussi que si un champ est contaminé, le paysan doit faire la preuve qu'il est contaminé, et qu'il ne peut se retourner que vers le paysan d'à côté. Et pas vers les semenciers, pas vers multinationales, et pas vers les producteurs d'OGM...

Il faut pouvoir réduire ce pouvoir quasi absolu des dollars. Il faut aller vers une société qui soit un peu plus dégagée des contraintes financières et économiques vues par le petit bout de la lorgnette. Et ceci demande que les élus soient courageux. Ceci demande aussi que l'on ne considère pas que le progrès est un bien en
soi. Tout dépend de quel progrès il s'agit. On a fait des progrès en matière de santé, qui ont fait que la vie dure plus longtemps, grâce à des médicaments remarquables, c'est merveilleux.

Mais est ce que des OGM pesticides sont un progrès pour les consommateurs, qui vont consommer ces pesticides, je ne le crois pas.
Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Ratrait »

Pour info, les votes des députés franc-comtois :

Loi OGM, ont voté *pour *:

Jean-Marie Binetruy
Marcel Bonnot
Françoise Branget
Jacques Pélissard
Michel Raison
Jean-Marie Sermier
Marie-Christine Dalloz

Contre
Damien Meslot
Pierre Moscovici
Jean-Michel Villaumé

Abstention
Jacques Grosperrin
Avatar du membre
Angusdels
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 6306
Enregistré le : lun. 19 déc. 2005, 18:07

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Angusdels »

Que l'opion publique soit hostile, je ne pense pas. La mmajorité des français s'en tamponne royalement et les quelques uns qui en parlent eux sont contre.

C'est la triste réalité. Faut pas croire que les français sont contre. Il y aurait plus de destructeurs de champ sinon.


J'suis le français moyen et de base qui en a rien à calter puisque ça ne touche pas le portefeuille.
"De la discussion jaillit la lumière." Proverbe afghan.
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

c'est une question de santé public et de biodiversité qui passe au dela des clivage de toutes sortes.

décider maintenant c'est agir aussi pour que demain soit meilleurs pour les enfants et les générations futures et la biodiversité!!

faire de mauvais choix peuvent avoir des conséquences tragiques !!et peut être sera t'il trop tard pour faire marche arriére !!
Image
Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Ratrait »

Et c'est toute l'importance d'un mouvement comme les faucheurs, avec toutes les limites qu'il peut avoir et qui ont déjà été soulignées ici. En Espagne, il n'y a pas eu de mouvement de "faucheurs" (qui sont d'ailleurs des "piétineurs" plutôt) et le résultat, c'est que les OGM y sont désormais partout et que certains ne donnent pas 10 ans de survie à l'agriculture bio... Par contre, en France, en Allemagne, en Autriche, les résistances des quelques-uns qui en parlent a réussi à faire connaître l'importance du sujet, il y a eu une véritable prise de conscience. Aujourd'hui, je ne serais pas aussi pessimiste qu'Angus ...
Avatar du membre
Billy
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 4434
Enregistré le : mer. 13 juin 2007, 13:08
Localisation : Cernans, Pays de Salins

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Billy »

Euh...on risque quoi si l'on est militant anti-compostière ? :invis:
" Ca fait penser à la place des Prés Saintes Marie, le lendemain de la fête du Faubourg, quand il ne reste plus sur le terrain que les emballages vides et les papiers gras ..."
Jean-Marie Jacquet
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Billy a écrit :Euh...on risque quoi si l'on est militant anti-compostière ? :invis:
le probléme c'est pas la compostiére chez vous c'est ce qu'on y met dedant,c'est le pourquoi des
mauvaises odeurs et du compost de mauvaise qualité!

ici à SPM il va yavoir une compostiére , nous allons être vigilant afin que tout soit fait dans les normes au niveau des déchets qui sont compostable ou pas!!!


Mais tu sais Billy , les OGM c'est aussi une question desanté public même si ont les sent pas litéralement un jour ça va sentit mauvais !!! ::D
Image
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Thierry39 »

Domi a écrit : le probléme c'est pas la compostiére chez vous c'est ce qu'on y met dedant,c'est le pourquoi des
mauvaises odeurs et du compost de mauvaise qualité!
Si je me faisais l'avocat du diable je dirais que les mauvaises odeurs sont plutôt bon signe : ça veut dire que ça fermente donc que ça forme du compost. Ce sont plutôt les déchets non fermentescibles (qui ne sentent rien) qui n'ont rien à faire dans du compost et qui sont les plus dangereux. Mais ça ne veut bien sûr pas dire que les odeurs ne poseraient pas de problèmes et seraient acceptables.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Thierry39 a écrit :
Domi a écrit : le probléme c'est pas la compostiére chez vous c'est ce qu'on y met dedant,c'est le pourquoi des
mauvaises odeurs et du compost de mauvaise qualité!
Si je me faisais l'avocat du diable je dirais que les mauvaises odeurs sont plutôt bon signe : ça veut dire que ça fermente donc que ça forme du compost. Ce sont plutôt les déchets non fermentescibles (qui ne sentent rien) qui n'ont rien à faire dans du compost et qui sont les plus dangereux. Mais ça ne veut bien sûr pas dire que les odeurs ne poseraient pas de problèmes et seraient acceptables.
en fait Thierry le bon compost ne doit pas donner d'odeur, la preuve depuis des années j'ai du compost dans mon jardin juste à côter de la maison est aucune odeurs et en plus la fermentation dégage des gazs non odorant dans ce cas là , en fait il n'y à pas vraiment de fermentation ce n'est pas de l'ensillage !!!

et c'est surtout la microfaune( micro-organismes)qui fait le compost. le rumué de temps en temps bien l'aéré etc....!!

mais le bon compost me fait pas d'odeur !!! ::) si il y à des odeurs c'est que quelques choses ne va pas!!! :;)

Et si la pile dégage une odeur?

Une odeur de terre est normale et non nocive, mais un compost bien constitué ne devrait pas produire d'odeurs désagréables. Si c'est le cas, le problème est peut-être causé par une quantité excessive de matières «vertes» (odeur d'ammoniac) ou une quantité insuffisante d'air (odeur d'oeufs pourris). Commencez par aérer la pile. Si l'odeur persiste, retournez la pile et reconstituez-la en utilisant plus de matières «brunes».

Comment dois-je procéder pour faire du compost si j'ai des matériaux d'une trop forte teneur en azote?

Vous pouvez incorporer d'autres matières «vertes» directement dans le sol, entreposer une partie de ces matières dans un congélateur ou un contenant fermé hermétiquement, acheter de la tourbe pour l'ajouter aux matières, ou comme moyen de dernier ressort, faire sécher une partie de ces matières au soleil pour diminuer la teneur en azote. Votre voisin qui fait du compost pourrait peut-être utiliser une partie de ces matières «vertes».

Comment devrais-je procéder pour faire du compost si j'ai des matières d'une forte teneur en carbone?

Ce problème surgit souvent à l'automne, lorsque les feuilles mortes abondent. Si vous avez suffisamment d'espace, mettez une certaine quantité de ces matières en sac et entreposez-les afin de les utiliser pour recouvrir les déchets de nourriture que vous ajouterez pendant l'hiver, ou pour le printemps et l'été lorsque les matières «brunes» sont plus difficiles à trouver. Les sacs de feuilles servent souvent de pare-vents pour les bacs à compost. Vous pouvez aussi mouiller les feuilles et les entreposer dans des sacs fermés hermétiquement pour commencer la décomposition. Au printemps, ajoutez-les au compost. Le paillage est une autre solution de rechange, mais prenez soin de bien déchiqueter les feuilles... et encore une fois, votre voisin qui fait du compost pourrait peut-être utiliser votre surplus. :;) :;) :;) ::)
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

OGM: lettre ouverte au Premier ministre

Des personnalités en appellent à la "sagesse" de François Fillon face à "un processus de contamination irréversible"

Les signataires, parmi lesquels Nicolas Hulot, Isabelle Autissier et Françoise Hardy, s'expriment dans une lettre parue mercredi dans le journal Libération.

"Votre responsabilité est immense", déclarent-ils, rappelant au Premier ministre son engagement du 24 octobre de mettre en oeuvre "toutes les conclusions" du Grenelle de l'environnement.

Les quelque 40 auteurs de la lettre ouverte demandent au Premier ministre d'avoir "la sagesse de ne pas engager un processus de contamination irréversible de notre environnement et de la chaîne alimentaire" par les OGM.

Les personnalités signataires - scientifiques, acteurs, écrivains, chanteurs - demandent en particulier le maintien de l'amendement Chassaigne (PCF) dans le projet de loi sur les OGM qui doit être soumis au Sénat, le seul selon eux "qui garantit de protéger les structures agricoles, les écosystèmes locaux et les filières de production et commerciales qualifiées sans OGM". Parmi les signataires, figurent la comédienne Juliette Binoche, l'explorateur Jean-Louis Etienne, le chanteur Florent Pagny ou encore l'écrivain Jonathan Littell.

La lettre est parue mercredi, jour prévu de l'examen de l'amendement Chassaigne (PCF), au centre d'une controverse entre la secrétaire d'Etat à l'Enviromment Nathalie Kosciusko-Morizet et les députés UMP. Mardi, l'Elysée et la majorité ont trouvé un compromis censé régler la question de cet amendement. Celui-ci restreignait l'utilisation des OGM en les interdisant notamment dans les zones AOC.

En réalité, l'amendement, dont l'adoption avait provoqué la colère des députés UMP et satisfait les anti-OGM, risque fort de se retrouver vidé de son contenu dès mercredi au Sénat.
Image
Avatar du membre
pingux
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 120
Enregistré le : lun. 17 mars 2008, 12:38

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par pingux »

J'vais peut être parraitre pour un illuminé mais...

Si on utilise des pesticides et autres produits chimiques : c'est pas bien
Si on utilise des OGM resistant et n'ayant pas besoin de ça, c'est pas bien non plus...

Faudrait voir quand même... en général, on prend un gène d'un truc résistant (qu'on mange) pour l'ajouter à une autre plante (qu'on mange aussi)... Au final dans l'estomac c'est un mélange des composants de 2 trucs qu'on mange :mscbs:

Pour la contamination, j'ai cru comprendre que les OGM étaient dépourvu de leurs organes reproducteurs justement, bien que mère nature ait généralement le dessus, l'évolution naturelle ne se produit pas à vitesse grand V, jurassik park c'est du cinéma :;)

Enfin, avec cette charmante mondialisation, les fabricants achètent des denrées venues de partout, donc dans la barre nestlé, il y a du soja OGM... Et personne ne pete sa crise, et à priori personne n'en est encore mort ni malade... D'ailleurs je vois pas comment on pourrait en tomber malade, jusqu'à preuve du contraire lors de la digestion on casse les protéines des aliments pour récuperer les acides animés de base et refaire nos propres protéines selon notre code génétique à nous.

Je ne suis pas spécialement pour, mais on a bien fait pendant des années des greffes, créer des variétés etc... ça revient au même, on modifie juste directement le code génétique et par artificiellement par croisement successifs
Computers are like air conditioners, they are useless when you open Windows.
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Procès d'un militant anti OGM - ADN

Message par Domi »

Gentech-news 174

1. Suède : les semences OGM restées au sol peuvent germer pendant 10 ans
Il y a 10 ans, du colza transgénique avait été semé dans un champ expérimental. Depuis, tous les ans, des chercheurs avaient régulièrement arrosé le champ de poison, procédé à son déchaumage et arraché chaque plant de colza ayant survécu. A leur grandétonnement,
10 ans après l´ensemencement, ils trouvèrent encore des plants de colza OGM dans ce champ. Ce qui signifie: les semences decolza transgéniques peuvent encore germer dans le sol pendant 10ans - il semblerait qu´il soit impossible de libérer les champs de leur présence. (Nature, 2.4.08)

2. Inde : la contestation contre l´agrotechnique croîtL´Etat indien oriental d´Orissa interdit les plantes transgéniques sur son territoire. Dans celui de l´Andhra Pradesh, les dirigeants de l´ensemble des grandes organisations paysannes exigent que leur état devienne hors OGM. De grosses manifestations anti-OGM se sont déroulées dans huit autres districts. (The Statesman, 8.4.08)

3. La Roumanie
interdit le maïs OGM de MonsantoLa Roumanie interdit la culture du maïs OGM MON 810, ceci en
dépit du fait que l´UE lui ait donné le feu vert. Au préalable, la France, la Hongrie, l´Italie, l´Autriche, la Grèce et la Polognevaient interdit la culture du MON 810. (GI, 27.3.08)

4. Angleterre : embryon homme-vache Des chercheurs anglais ont réussi à créer des embryons
hybrides à partir d´ADN humaine et d´ovules de vaches. Les embryons ont été détruits 3 jours plus tard. Cet acte a soulevé de vives protestations de la part des cercles religieux: il constitue une »attaque monstrueuse contre les droits de l´homme, la dignité humaine et le genre humain«. (taz, 3.4.08)

5. Europe : a
griculture bio en plein boomLes surfaces consacrées à l´agriculture biologique ont doublé en
Europe depuis 1998. A l´heure actuelle, ces exploitations représentent 6,1 millions d´hectares de cultures biologiques. L´Italie arrive en tête avec la plus grande surface agricole biologique, suivie de l´Allemagne et de l´Espagne. (Forbes,12.6.07)


Vous pouvez consulter les références et les articles de fond correspondants sur la rubrique "Gen-Lex-News français" de
notre site http://www.blauen-institut.ch
.
Le bulletin est rédigé par Florianne Koechlin du Blauen Institut (en collaboration avec le Groupe suisse de travail sur le génie
génétique GTG).
Image
Répondre