Tourbières

La préservation de l'environnement, la flore et la faune, le développement durable, le climat...
Répondre
Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Tourbières

Message par Ratrait »

A propos des tourbières de Frasne, le sentier de découverte (le fameux ponton qui permet de visiter les tourbières sans les abimer) vient d'être refait, je crois que l'inauguration aura lieu le WE prochain.
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

Message original: Ratrait
A propos des tourbières de Frasne, le sentier de découverte (le fameux ponton qui permet de visiter les tourbières sans les abimer) vient d'être refait, je crois que l'inauguration aura lieu le WE prochain.

Dommage trop loin pour y allez, j'y suis allez plusieurs fois étant jeune en stage à la maison naturel ainsi qu'a Bonneveau !

Les tourbières sont des endroits très riches qui méritent notre attention !

Merci pour cette info ! ::)
Image
Avatar du membre
Ratrait
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 87
Enregistré le : mer. 17 janv. 2007, 2:28
Localisation : Pontarlier

Message par Ratrait »

Moi je continue à bosser pour eux parfois, donc je suis assez vite au courant de certaines infos ! :;)
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Message par Thierry39 »

LES DEPECHES LE PROGRES
http://www.leprogres.fr

Article du mardi 2 octobre 2007


Frasne retrouve ses tourbières


Créé en 1989 le sentier d'interprétation des tourbières de Frasne (Doubs) vient d'être totalement rénové


En 1985 la commune doubiste de Frasne, située à quelques kilomètres du Jura, obtient le classement en réserve naturelle de ses tourbières riches en faune et flore spécifiques aux tourbières d'altitude, classement suivi en 1989 par la mise en place d'un sentier découverte afin d'offrir ces richesses à la vue du public tout en évitant les accès sauvages à ces zones naturelles si fragiles.
La gestion de la tourbière et du sentier ayant été transférée à la communauté de communes Frasne-Drugeon depuis 2003, les responsables de celle-ci ont proposé la mise en place de nouveaux sentiers avec plusieurs axes de développement.
Ceux-ci (un pour la tourbière bombée et un autre pour la tourbière vivante) proposent de nouveaux parcours totalement repensés, permettent l'accès total au site pour les personnes à mobilité réduite, ne détériorent pas le milieu naturel grâce à la structure sur pilotis et l'utilisation de bois non traité et surtout permettent une découverte pédagogique du site et de la vie des tourbières.

Un vaste projet d'aménagement touristique
Désormais, les visiteurs disposent de sentiers entièrement réalisés en planches, se rapprochant au mieux des zones d'intérêt paysager ou historique des lieux, intérêts mis en valeur par des panneaux d'interprétation mis en place en collaboration avec le CPIE (centre permanent d'initiative à l'environnement) du Haut-Doubs installé dans la commune voisine de La Rivière-Drugeon. Sur le site a été aussi recréée une fosse d'extraction de la tourbe, activité économique aujourd'hui oubliée mais qui a perdurée dans le secteur jusqu'à la dernière guerre mondiale.
Le réaménagement de ces deux sentiers n'est que la première partie d'un vaste projet d'aménagement touristique de la vallée du Drugeon, cours d'eau qui traverse le territoire de la communauté de communes. Dès l'an prochain, une liaison sera établie entre les deux sites, liaison qui offrira plus de six kilomètres de balade au coeur des tourbières, étangs et forêts du secteur en offrant aussi des extensions vers les villages voisins.
Deux belvédères installés à Bonnevaux et un observatoire ornithologique à La Rivière-Drugeon compléteront ces aménagements destinés à faire découvrir à tous les richesses naturelles de la vallée du Drugeon, espace naturel protégé.

> RENSEIGNEMENTS
Sentier de découverte de la réserve naturelle régionale des tourbières de Frasne.
A 25 km de Champagnole direction Pontarlier, dans le village prendre la RD 9 en direction de Bonnevaux, sentier à 2 km. Visites guidées possibles sur rendez-vous.
CC Frasne-Drugeon 03 81 49 88 84 ou http://www.val-drugeon.org.



--------------------------------------------------------------------------------
Une semaine avec les meilleurs spécialistes européens

Cent vingt spécialistes des tourbières, originaires de dix-sept pays, seront réunis du 8 au 11 octobre à Lamoura dans le cadre d'un colloque international organisé par la Fédération des Conservatoires d'espaces naturels et le Pôle relais Tourbières de Besançon. Le thème ? « La tourbe en horticulture et la réhabilitation des tourbières après exploitation : quels enjeux pour demain » ?
Une partie des discussions sera forcément technique, mais des moments seront également destinés à un plus large public. Notamment les expositions qui seront présentées dans le hall du village vacances par le Pôle relais tourbières sur quatre thématiques, « l'évolution de l'exploitation de la tourbe et des tourbières », « les impacts de l'exploitation de la tourbe et des tourbières », « les réactions face à ces impacts » et « l'éducation à l'environnement concernant les tourbières ».
Deux soirées sont également ouvertes au public, mardi 9 octobre à 21 h 30 pour une projection d'un film sur l'exploitation manuelle de la tourbe, la gestion de site, du compost et la réhabilitation des tourbières ; mercredi 10 octobre à 21 h 30 pour une veillée conte.
Il reste quelques places pour une excursion sur les zones humides du Parc naturel régional du haut Jura mardi 9 octobre (9 h 30-19 heures). Sur réservation auprès du Pôle relais tourbières.

J.V.

> CONTACT
Pôle relais tourbières : 03 81 81 78 64 ou http://www.pole-tourbieres.org




--------------------------------------------------------------------------------
Une affaire de partenariat
Le coût de l'investissement se monte à 280 000 euros soutenu par divers partenaires dont le conseil régional (61 %), le conseil général du Doubs (15 %), la fondation EDF/Réserves naturelles de France (5,5 %), le restant étant à la charge de la communauté de communes.
Le sentier principal de la tourbière bombée s'étend sur 938 m de platelage en chêne et robinier, 60 m de cheminement sur écorce de bois et propose neuf panneaux d'interprétations.
Le sentier de la tourbière vivante compte 127 m de platelage et deux panneaux explicatifs.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Message par Thierry39 »

LES DEPECHES LE PROGRES
http://www.leprogres.fr

Article du mardi 9 octobre 2007


Tourbières, zones à ménager


Représentant 3 % du territoire du Parc naturel régional du haut Jura et classées en zones naturelles à protéger, les tourbières font l'objet de précautions particulières avant tout aménagement


«Au niveau des habitants du haut Jura, les tourbières ne sont plus aujourd'hui considérées comme des zones à bannir, juge Christian Bruneel, directeur adjoint du Parc naturel régional du haut Jura. L'idée de la nécessité de leur préservation est entrée dans les moeurs. »
Concrètement, la présence de ces zones humides est intégrée par les bureaux d'étude, les services de l'État lors des projets d'urbanisme. Ce qui ne va pas forcément sans poser problème. Des communes comme Bois d'Amont voient leur périmètre constructible fortement restreint, le tracé de la déviation de la RN 5 sur Saint-Laurent-en-Grandvaux a dû intégrer la présence de tourbières « La construction sur ces sites n'était pas, quoi qu'il en soit, techniquement et économiquement viable » répond Christian Bruneel. Notamment en raison des importants moyens à engager pour remblayer et stabiliser le sol.

Réhumidifier les zones drainées
Au contraire, le Parc naturel intervient, notamment dans le cadre de ses contrats de rivière Bienne, Saine et Lemme, pour réhabiliter les tourbières qui ont fait l'objet de drainages. « Nous installons un système de seuils pour colmater les drains, et procédons à un arrachage des végétaux qui ont poussé et contribué à assécher le sol, explique le technicien du PNR. Ces tourbières ont une répercussion sur le fonctionnement des petits cours d'eau, dans le sens où elles servent d'éponge en cas de forte crue, et assurent au contraire une restitution régulière de l'eau par temps sec ».

Sites aménagés et valorisés
Plusieurs tourbières ont fait l'objet d'aménagements spécifiques encadrés par le parc naturel régional du haut Jura, autour du lac de Lamoura et à Prénovel : des chemins piétonniers en bois traversent ces deux sites. Une infrastructure qui existera bientôt vers le lac des Rousses. « Il s'agit d'aménagements qui ont été réalisés pour répondre à une demande, et à une pratique de visites déjà existante, précise Christian Bruneel. A travers le platelage en bois, on protège la tourbière en évitant un piétinement anarchique ».
Le tout s'accompagnant d'explications au grand public. Pour lui faire prendre conscience de la valeur de ces paysages.

Julien Vandelle
jvandelle@leprogres.fr



--------------------------------------------------------------------------------
DEUX QUESTIONS A...

> Quel est le but du colloque international sur les tourbières qui se tient à Lamoura depuis hier ?
Dans le monde, les tourbières représentent des surfaces importantes dans des pays comme la Finlande, l'Irlande, ou les États baltes. Cela peut aller jusqu'à un tiers de leur territoire, contre 0,3 % en France. L'essentiel des recherches sur la tourbe ne se fait pas en France. Cette rencontre, qui réunit cent vingt spécialistes européens, permet aux scientifiques français de se mettre en relation avec leurs confrères.

> Les enjeux sont-ils les mêmes, d'un pays à l'autre ?
Non, chez nous, chaque tourbière a sa propre particularité. C'est dû au climat, aux conditions hydrologiques, aux nutriments : les espèces végétales ou animales sont concentrées sur quelques hectares. A l'inverse, dans ces pays, les tourbières sont confrontées à des exploitations sur des surfaces très conséquentes, pour un usage horticole ou énergétique, avec des drainages à très grande échelle.
Le thème du colloque porte justement sur la question de la réhabilitation après exploitation

Recueillis par J.V.




--------------------------------------------------------------------------------
REPERES
> Deux soirées grand public
Le colloque international « Tourbes et tourbières 2007 » se tient du 8 au 11 octobre au village vacances de Lamoura.
Deux soirées sont ouvertes au public, ce soir à 21 h 30 pour une projection d'un film sur l'exploitation manuelle de la tourbe, la gestion de site, du compost et la réhabilitation des tourbières ; mercredi 10 octobre à 21 h 30 pour une veillée conte.
> Contact
Pôle relais tourbières : 03 81 81 78 64 ou http://www.pole-tourbieres.org
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !
Avatar du membre
tournesol25
Une cuillère pour goûter
Une cuillère pour goûter
Messages : 22
Enregistré le : mer. 17 oct. 2007, 12:07
Contact :

Message par tournesol25 »

Le nouveau sentier des tourbières est super . le cheminement a été revu pour allonger la balade !
Que du bonheur
Tournesol
Avatar du membre
Baabizz
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1547
Enregistré le : lun. 21 mai 2007, 10:21

Message par Baabizz »

j'y suis allée il y a deux semaines. Le sentier est tout refait, c est très joli, et il y a des panneaux explicatifs interessants ::)
chesnoy
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 257
Enregistré le : jeu. 19 avr. 2007, 21:50

Message par chesnoy »

La plante exogène qui fit involontairement du mal à la tourbière de Frasne !

Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

Ici nous avons de nombreuses plantes carnivores et celle-ci est des plus communes !
Merci pour la superbe photo
Image
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Message par Thierry39 »

J'étais aux tourbières de Frasne le week-end dernier. Le sentier de découverte est vraiment très agréable. Voici quelques photos prises au petit matin :

Image

Image

Image

Image
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !
Avatar du membre
Baabizz
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1547
Enregistré le : lun. 21 mai 2007, 10:21

Message par Baabizz »

Sympa les photos ::)
chesnoy
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 257
Enregistré le : jeu. 19 avr. 2007, 21:50

Message par chesnoy »

Il faut surtout y aller au printemps et en été, c'est la période où il est loisible d'onserver la splendire vipère péliade (Vipera berus) très commune dans le marais depuis que les braconniers sont bien surveillés. A noter cette particularité, la forme mélanienne qui constitue en générale 30% d'une population est présente à Frasne à 70% !
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

Un patrimoine écologique à préserve
Vallée du Drugeon


Publié le: 15 septembre 2007
Page 24

Classée réserve naturelle régionale, les tourbières de Frasne sont un lieu pédagogique vivant utile pour bien comprendre l'évolution de ces zones humides.

« Une tourbière, ça vit et ça meurt », explique l'animateur du CPIE (Centre permanent d'initiatives pour l'environnement) du Haut-Doubs, lors de la dernière visite guidée de l'été ; animation proposée par la Maison régionale de l'environnement dans le cadre des rendez-vous nature.

Les amateurs de nature ont ainsi découvert l'évolution d'une tourbière, son exploitation et ses utilisations. Ce site est classé réserve naturelle depuis une vingtaine d'années.
Elle couvre une superficie de 160 ha dont une centaine d'hectares aménagés au lieu-dit Forbonnet afin d'éviter le piétinement des espèces d'un grand intérêt écologique.
Les visiteurs traversent donc ce milieu fragile sur des pontons en bois et peuvent enrichir leurs connaissances sur cet écosystème unique grâce à des panneaux didactiques disposés le long du circuit.

La préservation de ce patrimoine est liée à l'investissement de la commune de Frasne, propriétaire du site et de la communauté de communes Frasne-Drugeon qui assure la gestion sous la responsabilité du conseil régional de Franche-Comté.

Les tourbières de Frasne sont ainsi uniques en France de part leur surface et leur état de conservation. Le territoire français a réussi à conserver entre 60 000 et 100 000 ha de tourbières répartis dans le Jura, les Vosges, le Massif central, les Alpes, les Pyrénées.


Un écosystème unique

Une tourbière est un milieu fragile créé par l'accumulation d'importantes quantités de matière végétale qui se transforme en une roche combustible dans un milieu saturé en eau :
la fameuse tourbe. « Pour qu'une tourbière fasse de la tourbe, il faut de l'eau en quantité et régulièrement sur l'année.
L'eau qui alimente la tourbière ne doit provenir que de la pluie et non du ruissellement car la zone passerait dans un milieu neutre comme dans le cas d'un marais. Ici, il n'y a jamais d'inondation car la tourbière a la capacité d'absorber d'énormes quantités. I

l faut également des températures moyennes fraîches pour empêcher la tourbe de se décomposer.
Le milieu doit être également acide », explique l'animateur.

Ce caractère très acide empêche la décomposition des végétaux en favorisant la fossilisation des pollens, spores, invertébrés, vertébrés, ce qui permet de remonter le temps pour retracer le paysage botanique et le climat.

Ce milieu abrite des espèces typiques dont les sphaignes, mousses qui sont à l'origine de la tourbe. « Quand elle grandit, la racine de la sphaigne a tendance à se tasser.
Elle croît très lentement à raison de 0,5 mm à 1 mm par an », souligne le naturaliste. Or, les tourbières de Frasne présente une épaisseur de 7 m ce qui laisse supposer que le processus de fabrication de tourbe a démarré il y a plusieurs années.

La richesse faunistique et floristique de tourbières est exceptionnelle. On y rencontre des plantes acidophiles dont la myrtille, l'airelle du marais, l'andromède, la callune, le drosera ou encore des carex et des pins à crochets.

Côté faune, sont présents dans ce type de milieu le lézard vivipare, la vipère péliade, le chevreuil, le lynx, le renard et le pipit farlouse, petit oiseau qui niche dans les touffes de callune.

Une utilisation domestique

Au XVIIe siècle, la métallurgie, les salines, les fromageries sont des grosses consommatrices de bois entraînant une pénurie de bois.

Les habitants de la vallée du Drugeon ont alors recours à cette roche végétale fossile qu'est la tourbe pour se chauffer même si ce n'est pas un excellent combustible.

A Frasne, le dernier canton de tourbe a été vendu aux enchères en 1963.

A l'époque, chaque foyer avait le droit à un canton, c'est-à-dire à une parcelle de terrains. Le fruit de ces ventes était alors utilisé pour des aménagements communaux.

Les tireurs de tourbe, bien souvent des agriculteurs, procédaient à l'extraction dès fin mai, début juin, juste après la période des semailles.

Munis de louchets ou bêches, les tireurs de tourbe façonnaient des briques ou pains de tourbe. Ceux-ci séchaient ensuite à l'air libre, un mois sur une tranche, un mois sur l'autre avant une utilisation immédiate dans les cheminées.
Ces usages sont aujourd'hui abandonnés en France. Pour rappeler cette tradition locale, chaque mois de juillet se tient la fête de la tourbe à Frasne ; l'occasion de voir une extraction de tourbes en direct.

Aujourd'hui, des tourbières sont encore exploitées en Suisse, Irlande, Ecosse, Finlande, Allemagne.
Désormais, la tourbe est essentiellement utilisée en horticulture.
Son exploitation est bien loin des méthodes d'antan puisqu'elle a pris une dimension industrielle.

Une exploitation de grande envergure qui menace à terme la préservation de ces milieux rares et fragiles.

A. K.
http://www.laterredecheznous.com/news/f ... erver.html
Source :

http://www.pole-tourbieres.org





*** Message édité par Domi le 12/11/2007 19:34 ***



Dernier essai pour le titre!!!! excusez-moi!! :angry: ::(


*** Message édité par Domi le 12/11/2007 19:35 ***








*** Message édité par Domi le 12/11/2007 19:37 ***
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

voici un lien au sujet de la vipére et une photo! ::)

http://www.karch.ch/karch/f/rep/vb/vbco.html


Image
Image
Répondre