Nos beaux oiseaux

La préservation de l'environnement, la flore et la faune, le développement durable, le climat...
Répondre
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

cette photo est beaucoup mieux pour voir les différences l'autre etant prise à contre jour !

Image
jaseur boréal
Image
Avatar du membre
lucky276
J’aime ! Une tartine donc
J’aime ! Une tartine donc
Messages : 65
Enregistré le : mar. 29 janv. 2008, 19:06
Localisation : Doubs

Message par lucky276 »

Merci, pour ces très belles photos, Domi.
Je suis moi-même passionnée d'ornithologie et j'ai pu voir des jaseurs boréaux, il y a quelques temps... Un magnifique spectacle !
Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. ( J. Rouxel, Les Shadocks )
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

Voilà peut être une cause de la dispariasion de ce bel oiseau dans nos montagnes (Doubs et Jura .........) :;)

Grand tétras contre téléski en Ariège


ux confins de l'Aude et de l'Ariège, la petite station de ski de Mijanès-Donezan n'a pu maintenir ouvertes que deux pistes sur onze pour les vacances de février. Et ce grâce aux canons à neige qui équipent depuis 2001 cette station familiale, située entre 1 500 et 2 000 mètres d'altitude, sur un plateau parsemé de forêts et de ruines cathares. Pour tenter de relancer l'activité de cette microstation chroniquement déficitaire, les élus locaux ont prévu une nouvelle extension.

Le projet, validé en mars 2007 par le préfet de région, prévoit la construction d'un téléski et la création de trois pistes supplémentaires pour un montant de plus de 2 millions d'euros. Il est contesté par les militants du Comité écologique ariégeois (CEA), qui dénoncent une "fuite en avant".

Les opposants rappellent que le conseil général de l'Ariège a déjà dû verser une subvention exceptionnelle de 67 000 euros à la station, victime du manque de neige la saison dernière. Ils soulignent aussi les réserves émises par le trésorier payeur général du département sur l'opération.

Les écologistes sont aussi inquiets pour le grand tétras. Cet oiseau vit dans les bois qui doivent être coupés pour aménager la station. Incapable de voler sur de longues distances en raison de son poids (plus de 5 kg pour les mâles) et de ses ailes atrophiées, cette espèce de coq de bruyère géant est très sensible aux dérangements. Surtout en hiver, quand la nourriture se fait rare et qu'il lui faut économiser de précieuses calories en attendant le retour du printemps. La population de grand tétras, qui a disparu des Alpes durant la dernière décennie, est en chute libre dans les Pyrénées. On n'en recense plus que 3 500 individus, contre 9 000 dans les années 1960.

CANTON DÉSERT

"L'espèce est en sursis", estime Michel Métais, directeur de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), qui vient d'écrire à Michel Barnier, ministre de l'agriculture et de la forêt, pour lui demander de refuser l'autorisation de coupe des arbres. Une trentaine d'associations de protection de l'environnement ont rejoint le combat local du CEA.

A Mijanès, où l'on attend depuis l'été 2007 le feu vert du ministre pour lancer les travaux, on préfère compter les habitants et les emplois plutôt que les oiseaux. Au dernier recensement, 535 personnes habitaient le canton le plus désert et le plus isolé de l'Ariège. La route départementale qui le relie à Foix par le col de Pailhères est coupée pendant l'hiver. Avec dix-neuf postes, dont quatorze saisonniers, la station est le principal employeur du canton. Un promoteur privé, qui vient de racheter les 350 lits de l'unique résidence de vacances construite par les élus dans les années 1970, promet la création de quinze à vingt emplois supplémentaires.

"Sans la station, on va perdre la gendarmerie et la poste", se désole Georges Vigneau à l'office de tourisme. Pour cet agent de développement local, les écologistes du CEA sont "des intégristes". Il assure que le déboisement envisagé, limité à 1,5 hectare, ne nuira pas au grand tétras. Des panneaux d'information, des barrières en bois destinées à empêcher le ski hors-piste et des balises rouges fixées sur les câbles du téléski pour éviter les collisions avec les oiseaux ont été intégrés au projet d'extension.

Ces mesures de protection suffiront-elles ? Les naturalistes en doutent. Et s'indignent de constater que la chasse au grand tétras est toujours autorisée en Ariège. Le plan de chasse prévoyait 39 autorisations de tir en 2007. Sauf dans le Donezan, où la population était jugée trop faible.

lemonde.fr
Stéphane Thépot
Article paru dans l'édition du 04.03.08.
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

Quelques mots sur un oiseaux de nos forêts d'altitudes

Le grand tétras est principalement menacé par la modification de son habitat et la chasse illégale. À ces problèmes s'ajoutent les dérangements pendant la période de reproduction dus à la création des pistes et aux travaux forestiers.

Aussi appelés coqs de bruyère, ces oiseaux terrestres mesurent de 60 à 85 cm de long et possèdent une envergure de 87-125 cm.
Leurs pattes, robustes, sont plus ou moins emplumées, leurs narines couvertes de plumes et leurs doigts dépourvus d'éperons.
Les mâles, polygames, sont beaucoup plus grands que les femelles et possèdent un plumage aux couleurs plus vives.
Lorsqu'ils sont inquiétés, ils hérissent les plumes du menton.

En hiver, les empreintes du grand tétra sont visibles entre les arbres, sur le sol enneigé. La piste à l'aspect d'une ligne sinueuse.
Sur les "arènes" où les mâles paradent au premier printemps leurs ailes battantes laissent des traces en forme de sillons de chaque côté des empreintes de pattes.

Habitat

Le grand tétras habite des forêts de conifères, hêtraies, chênaies; autant dans des zones de montagne comme en terrains plats.
Son aire de répartition englobe les Alpes, les Pyrénées, l'Écosse, la Scandinavie, l'Europe de l'Est.

Régime alimentaire

Ils se nourrissent surtout de substances végétales (feuilles, fleurs, bourgeons, pousses, baies) et d'invertébrés.
Pour survivre aux hivers rigoureux, ils ont la capacité d'assimiler une nourriture pauvre et peu diversifiée (aiguilles de conifères, écorces, rameaux).

Reproduction

au début du printemps, les mâles paradent sur une arène (lek) et émettent un chant bizarre, succession de notes graves, bisyllabiques "telep telep" suivi d'un "plop" et d'un grincement.
La parade s'effectue à terre ou sur un arbre. Les femelles (poules de bruyère), plus ternes, s'occupent seules de l'incubation - d'une durée de dix-neuf à vingt-sept jours - des six à douze œufs pondus dans un nid rudimentaire ménagé à terre, puis elles surveillent les poussins.
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Message par Domi »

Deux photos

Image

Image
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Nos beaux oiseaux

Message par Domi »

Les oiseaux imitent les sonneries de GSM

Le MONDE mar 1 juil

De plus en plus d'oiseaux sauvages imitent les sonneries des téléphones portables, selon une étude menée par des ornithologues allemands. D'après ces scientifiques, l'être humain influence fortement l'évolution des espèces d'oiseaux.

"Les oiseaux que nous avons étudiés peuvent chantonner 78 mélodies différentes, dont de nombreuses sonneries de GSM populaires", précise Matthias Werner, de l'agence fédérale allemande pour la protection des oiseaux.

Des oiseaux tels que le choucas des tours, le geai des chênes et l'étourneau sansonnet, très courants en Europe, sont de plus en plus soumis aux sonneries des téléphones portables, et ce en raison de l'urbanisation, de la croissance importante de la téléphonie mobile et du fait que la nourriture est plus présente dans les villes, explique M. Werner.

Les oiseaux n'imitent pas seulement les sonneries des GSM. Le geai est ainsi en mesure d'imiter le chant d'autres oiseaux, de donner l'alerte ou de produire des bruits comme le hurlement d'un chat ou le craquement d'une branche. L'étourneau est lui capable d'imiter le grincement des freins, le sifflement humain ou même la sirène d'une ambulance.

Les scientifiques sont d'avis que les imitations des sonneries des téléphones mobiles ne mettent pour le moment pas en péril les chants originaux des oiseaux. Cela indique seulement que les oiseaux s'adaptent bien à leur nouvel environnement sonore. "Car aucune espèce ne peut survivre si elle n'est pas capable de s'adapter", souligne le biologiste allemand Matthias Glaubrecht.

Le risque de voir disparaître les chants traditionnels des oiseaux étant bien réel, les mélodies sont toutefois enregistrées et conservées dans les universités d'Europe et d'Amérique du Nord, rappelle la Gazet van Antwerpen.

http://www.rtlinfo.be/news/article/1454 ... ies+de+gsm
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Nos beaux oiseaux

Message par Domi »

Il y à du souci à se faire ............... :angry: :euh: :cry: :cry:

Le réchauffement climatique raconté par les oiseaux

Sur les rochers du Cap Fréhel, ce printemps, ils étaient trois fois moins nombreux qu'il y a deux ans.
Ailleurs, ils modifient leurs itinéraires de migration, ils décalent leurs périodes de reproduction, ils changent leur régime alimentaire. Les bouleversements du mode de vie des oiseaux constituent l'un des meilleurs indicateurs des évolutions climatiques en cours.
Et tous les signaux sont en train de passer au rouge. Les temps changent, et comme nombre d'espèces de volatiles, les hommes vont aussi devoir s'adapter.


Le phytoplancton est parti le premier. Parce que les eaux de la mer du Nord s'étaient réchauffées d'un petit degré, ces micro-organismes marins ont subitement migré vers des fonds plus rigoureux.
Le zooplancton l'a suivi. Et puis dans leurs sillages, on a vu s'en aller le lançon, ce "poisson-fourrage" fin et longiligne dont se nourrissent les gros poissons et les oiseaux marins…
Parmi les vastes colonies de mouettes tridactyles, de guillemots et de pingouins, de sternes et de fous de Bassan qui peuplent les côtes britanniques, souffla un vent de panique.
Les oiseaux, poussant de plus en plus loin leur maigre pêche, perdirent leurs forces. Pénurie alimentaire, échec de la reproduction, révoltes de la faim…
La désolation fit place à l'effroi : goélands et labbes – ces superprédateurs incapables de pêcher eux-mêmes –, se mirent en colère et, affamés, se jetèrent sur les œufs, les poussins, et même sur ces maudites mouettes qui rentraient bredouilles. Guerre et famine… Un jour de 2004, quand les ornithologues écossais revinrent sur la falaise qu'ils étudiaient, il n'y avait plus d'oiseaux.

Il a beau avoir toujours son sourire en coin, on lit l'inquiétude dans les yeux de Bernard Cadiou. Ses jumelles pendent, désœuvrées : ici, dans les Côtes-d'Armor, la face nord-ouest de la Grande Fauconnière, ce rocher de granit rouge sculpté par les vents en contrebas du cap Fréhel, habituellement peuplée de dizaines de couples de cormorans huppés, est bien déserte. Seules quelques silhouettes noires et débonnaires, au cou hautain et au bec souligné de jaune trônent sur les trop rares amas de brindilles et d'algues. "On dénombrait quelque 350 couples il y a deux ans. Aujourd'hui, il y en a trois fois moins… Et, alors que les cormorans commencent à s'accoupler dès février, cette année on n'a vu le premier œuf que le 21 avril… La forte tempête que nous avons eue le 11 mars ne peut à elle seule expliquer le phénomène. Même les nids qui sont abrités du vent n'ont pas reçu de nouveaux locataires…"

Avec ses rouflaquettes et ses trois anneaux à l'oreille, l'éco-éthologue basé à Brest, observateur attitré des oiseaux du littoral breton, a l'agilité d'un pirate quand il parcourt, sa longue-vue sur l'épaule, l'étroit chemin des fous qui surplombe les récifs du cap Fréhel. Le voici qui disparaît par une faille pour reparaître tout en bas, au niveau de la mer, petite silhouette perdue au milieu de la nuée. Une troupe de guillemots se serre dans une anfractuosité.
Six pingouins – sur la trentaine de couples seulement qui restent en Bretagne – cherchent une place en battant violemment de leurs ailes. Trois fulmars boréals somnolent, insensibles aux cris des goélands argentés. Le cap est, fin mai, une vaste couveuse.
Mais pour Bernard Cadiou c'est calme, trop calme : "Après ce que les ornithologues Britanniques ont rapporté, on s'attendait à ce que cela nous tombe sur la tête un jour ou l'autre… Déjà l'an passé, tous les signaux ont viré au rouge : la reproduction des oiseaux a été catastrophique.
Et dans le même temps les pêcheurs nous racontaient qu'ils ne trouvaient plus de lançons dans la panse de la raie ou du lieu qui d'habitude en dégorge…
Car ce qui est vrai pour les oiseaux l'est également pour les hommes. L'appauvrissement des ressources de la mer touche les uns comme les autres. A Saint-Jacut, le patron d'un palangrier m'a raconté qu'il avait l'an passé commencé sa campagne avec un mois de retard faute de pouvoir ramener ce lançon qui lui sert d'appât." Dans la grosse houle triste qui enserre la Grande Fauconnière, flotte le corps inélégant et désarmé d'un cormoran mort.

Pour ceux qui s'inquiéteraient de savoir quelles sont les conséquences du réchauffement climatique, les oiseaux – qu'ils soient marins, migrateurs ou hibernants – sont un indicateur riche d'enseignements quant à la rapidité des évolutions en cours.

Le phytoplancton est parti le premier, puis le lançon, puis les cormorans… Et puis qui ? Un simple degré d'augmentation de la température et c'est tout un écosystème qui s'effondre. Quand on sait que les climatologues du GIEC – le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat –, font état dans leur rapport d'une possible élévation des températures de 1,8 à 4 degrés au cours du siècle à venir, on imagine le grand chambardement qui se prépare dans cette nature où les êtres vivants, nous compris, sont interdépendants !

Et les climatologues savent que, quand bien même les objectifs de réduction des gaz à effet de serre annoncés par les grandes nations seraient atteints – ce qui est déjà en soi largement improbable vu la révolution énergétique que cela suppose –, la durée de vie de ces gaz ne permet pas d'imaginer un redressement miracle et rapide de la situation.

Les oiseaux sont des alarmes qui ne cessent de se déclencher. C'est l'hirondelle qui n'annonce plus le printemps parce qu'elle préfère passer l'hiver dans son étable, la cigogne qui s'est en grande partie sédentarisée, c'est l'échasse blanche qui s'implante au nord de la Loire et le héron garde-bœuf, pensionnaire de Camargue, qui batifole aujourd'hui en baie de Somme…
C'est l'inséparable de Fischer, un petit perroquet d'Afrique tropicale, qui s'installe près de Nice, ou encore la grive que les chasseurs attendent désespérément lorsqu'elle hésite à quitter ses froides terres de Scandinavie. En 1989, la communauté scientifique française s'est dotée d'un outil de surveillance territoriale des volatiles, le programme Stoc (Suivi temporel des oiseaux commun). En 2006, dix-huit ans après sa mise en place, on constate que les communautés d'oiseaux se sont déplacées de 124 km vers le nord !

Migration désynchronisée Dès que le soleil se lève, Yves Muller est en forêt. La grande forêt des Vosges du nord qui entoure sa maison à quelques battements d'ailes de l'Allemagne.
Des deux côtés du chemin, la terre a été retournée en sillons sauvages par les sangliers. Le soleil est encore jeune mais l'air est pur et empli du chant des oiseaux. Une sittelle torchepot fait tuut tuut tuut, un pinson lance son ti ti ti ti tuiyou. Le cri sec et strident des fauvettes à tête noire – tac tchack tchack – se mue en chant : "Il est très facile à reconnaître, c'est celui qui est joliment flûté vers la fin." C'est sa forêt, à Yves Muller. 6 300 hectares classés zone Natura 2 000, le réseau écologique européen.
Professeur de mathématiques à mi-temps au lycée de Bitche, et ornithologue le reste du temps, il en connaît les moindres recoins depuis trente ans qu'il la parcourt de long en large. C'est lui qui a peint tous ces ronds jaunes qu'on voit ici et là orner des arbres morts. Il ne s'agit pas de les abattre mais au contraire de les conserver. Yves Muller les a choisis pour les cavités qu'ils recèlent comme autant de nids possibles pour les passereaux migrateurs.

Laurent Carpentier
lemonde.fr
Image
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Nos beaux oiseaux

Message par Domi »

allez quelques photos avant de partir !!

CHercher l'erreur!! :lang: :;)

Image

Image

Image
Image
Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23811
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Re: Nos beaux oiseaux

Message par lionel »

Domi a écrit :allez quelques photos avant de partir !!

CHercher l'erreur!! :lang: :;)
Ta bestiole a peur de se faire voler ses oeufs et a mis un cadenas ? :what:
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.
Avatar du membre
Perle39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 7359
Enregistré le : sam. 11 oct. 2003, 16:58

Re: Nos beaux oiseaux

Message par Perle39 »

Domi a écrit :allez quelques photos avant de partir !!

CHercher l'erreur!! :lang: :;)
La bestiole n° 2 a mis un conduit pour évacuer les gaz malodorants. Mais elle n'a pas pris le bon tuyau (percé). OK, je :jesors:
sochalien 25
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 609
Enregistré le : mer. 02 avr. 2008, 14:24

Cigogne !

Message par sochalien 25 »

Ce soir, j'ai pu observer des cigognes, j'ai pu en contabiliser 28, et j'ai remarquer surtout qu'elles suivent tout le temps les lignes à hautes tensions !!! en voilà une :

Image
Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23811
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Re: Cigogne !

Message par lionel »

sochalien 25 a écrit : j'ai remarquer surtout qu'elles suivent tout le temps les lignes à hautes tensions !!!
Tu as une idée du pourquoi ? :euh:
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.
Avatar du membre
Demyn
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 6412
Enregistré le : ven. 30 juil. 2004, 23:17

Re: Cigogne !

Message par Demyn »

Histoire de se tenir au courant
Ok, je sais :jesors:
Rarement dans le coin, mais jamais bien loin.
Avatar du membre
Moulin à rata
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 4373
Enregistré le : ven. 29 déc. 2006, 20:56
Localisation : Paris

Re: Cigogne !

Message par Moulin à rata »

:lol: moi j'aime bien !
Belfortaine de naissance, exilée en banlieue parisienne
Cuisiner suppose une tête légère, un esprit généreux et un coeur large. Paul Gauguin
Avatar du membre
Demyn
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 6412
Enregistré le : ven. 30 juil. 2004, 23:17

Re: Cigogne !

Message par Demyn »

Moulin à rata a écrit ::lol: moi j'aime bien !
:kiss:
Rarement dans le coin, mais jamais bien loin.
sochalien 25
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 609
Enregistré le : mer. 02 avr. 2008, 14:24

Re: Cigogne !

Message par sochalien 25 »

lionel a écrit :
sochalien 25 a écrit : j'ai remarquer surtout qu'elles suivent tout le temps les lignes à hautes tensions !!!
Tu as une idée du pourquoi ? :euh:
je pense que ca leur permet d'être en sécurité mais après elles ne sont seulement que de passage !!!
Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Cigogne !

Message par Domi »

salut à tous ,
et oui j'ai vu à la télé les superbes images de dizaines de Cigognes au vol au dessus d'Audincourt!

Tout un spectacle! :bravo:

petites infos , les cigognes sont des oiseaux migrateurs qui utilisent les courants chaud pour se déplacer , en faite elles prennent l'ascenseur :;) pour l’Afrique c’est pourquoi elles passent par le détroit de Gibraltar et l’autres je ne sait plus !! :cry:

tout simplement parce qu’elles ne peuvent pas à la différence des Grues cendrés traversé la Méditerranée !!


Au fait s’aviez-vous qu’une espèce de cigogne niche dans les forêts de FC ? :?:
Image
Avatar du membre
Beuillot
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 22079
Enregistré le : mer. 27 déc. 2006, 23:52
Localisation : Pars collis ad orientem solem :invis: .

Re: Cigogne !

Message par Beuillot »

Domi a écrit : Au fait s’aviez-vous qu’une espèce de cigogne niche dans les forêts de FC ? :?:
Une espèce différente de la cigogne "classique", l'alsacienne, quoi?
Probablement, puisque la cigogne ne vit pas dans les fôrets (logique, avec une telle envergure).
Si j'y suis t'été, c'est pas pour y rêtre.

Comme ça. Pour rien.
Image Image
Avatar du membre
Eustache
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 6934
Enregistré le : dim. 18 mai 2008, 19:26
Localisation : dehors
Contact :

Re: Cigogne !

Message par Eustache »

Domi a écrit :salut à tous ,
et oui j'ai vu à la télé les superbes images de dizaines de Cigognes au vol au dessus d'Audincourt!
Tout un spectacle! :bravo:
petites infos , les cigognes sont des oiseaux migrateurs qui utilisent les courants chaud pour se déplacer , en faite elles prennent l'ascenseur :;) pour l’Afrique c’est pourquoi elles passent par le détroit de Gibraltar et l’autres je ne sait plus !! :cry:
Vu en vrai : Tu vois dans le lointain une masse de petits points qui se déplace lentement, puis d'un seul coup, prise dans un courant ascendant elle se met à tournoyer (la masse) en larges cercles hélicoïdaux... tout en progressant horizontalement de manière insensible... Ce spectacle m'a scotchée au moins une dizaine de minutes ! :bravo:
Domi a écrit :tout simplement parce qu’elles ne peuvent pas à la différence des Grues cendrés traversé la Méditerranée !!
Au fait s’aviez-vous qu’une espèce de cigogne niche dans les forêts de FC ? :?:
En Turquie, j'ai pu observer des champs de cigognes ! (je ne sais pas comment les turcs les récoltent ?! :siffle: )
Quant aux cigognes qui nichent dans les forêts FC, ne serait-ce pas des hérons, qui bâtissent leurs héronnières en HLM au sommet des épicéas (sinon, jamais entendu parler de cigognes forestières) ?
marcheuse naturellement sauvage
Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23811
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Re: Cigogne !

Message par lionel »

Eustache a écrit :et oui j'ai vu à la En Turquie, j'ai pu observer des champs de cigognes ! (je ne sais pas comment les turcs les récoltent ?! :siffle: )
J'en ai vu énormément dans le sud de l'Espagne, frontière portugaise. (Badajoz)
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.
Répondre