Le barrage de Vouglans

Economie et autres faits de société en Franche-Comté
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Le barrage de Vouglans

Message non lupar Thierry39 » mer. 28 mai 2008, 15:01

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du mercredi 28 mai 2008


Vouglans, douze ans pour construire un géant


Même si le projet de construire un barrage sur l'Ain a fait phosphorer les techniciens d'EDF plusieurs années auparavant, c'est en 1956 que commence vraiment l'histoire du barrage de Vouglans. Elle durera douze ans.


L'Ain est une rivière fantasque. Née sur les plateaux de Nozeroy, elle s'en va grossir le Rhône dont elle est l'un des affluents les plus imprévisibles (voir ci-dessous). Pour la contrôler, une multitude de barrages ont été construits, mais aucun ne donne vraiment satisfaction. D'où l'idée d'EDF d'envisager un gros barrage couplé à une usine de production électrique.
Dès 1956, après avoir renoncé à surélever celui de Saut Mortier et à construire à Pont du Navoy, à Pont-de-Poitte puis au pont de la Pyle, c'est finalement en amont du village de Menouille, là où la vallée se transforme en une gorge de 200 mètres de haut sur 450 mètres de large, qu'EDF choisit de lancer des études.
A la clé, un ouvrage énorme bâti selon une technique nouvelle dite en voûte : 130 mètres de haut, 430 mètres de large, 25 mètres d'épaisseur à la base et 6 au sommet, mais aussi une centrale capable de fournir 300 millions de kWh/an, sans parler d'un plan d'eau artificiel de 35 km de long représentant 1 600 hectares et 600 millions de mètres cubes

Sacrifier la chartreuse
de Vaucluse
Mais pour réaliser ce géant, il faut du temps et beaucoup de diplomatie car il signifie l'engloutissement d'une vallée entière où habitent encore 150 personnes et où se trouve un monument historique capital, la chartreuse de Vaucluse
Les premiers sondages réalisés en mars 1956 confirment la qualité du site et en 1957, les premières visites aux maires commencent en même temps qu'EDF envoie un dossier complet à l'administration.
Paradoxalement, l'accueil n'est pas mauvais, les élus de l'époque semblent résignés, même si à ce moment-là ils ne connaissent pas les détails du projet. En juillet 1957, une demande de concession est déposée et l'enquête publique traînera jusqu'en 1960, notamment à cause de la chartreuse.
C'est l'ingénieur Charles Levrat qui va au contact de la population dès le printemps 1957. De 1960 à 1962, les travaux de reconnaissance sont lancés, ils confirment que les rives et le sol sont solides et ce n'est que le 1er juin 1963 que le chantier ouvre officiellement - même si les travaux ne débutent qu'en juin 1964 - il s'achèvera le 12 avril 1968, date du début de la mise en eau définitivement terminée en décembre 1969.


Armand Spicher




La vallée engloutie


La construction du barrage de Vouglans s'est traduite - outre l'ouvrage lui-même - par la disparition de ce qu'on appelait la vallée de l'Ain, c'est-à-dire le secteur allant du saut de la Saisse, à Pont-de-Poitte au nord, jusqu'en amont du village de Menouille au sud.
Une quarantaine de kilomètres où coulait une rivière sinueuse, alternant entre des gorges et des prés.
Une cinquantaine de foyers, soit près de 150 personnes, vivaient là, réparties entre le village du Bourget, les hameaux de Brillat, de Bellecin et de Généria et des habitations dispersées, souvent des moulins ou des scieries ou plus simplement des fermes.
La particularité de l'endroit, c'est qu'il ne comprenait ni église, ni cimetière, ce qui facilitera énormément la délocalisation des gens.
Ces populations ont toutes été relogées, soit à Orgelet, soit à Cernon, soit dans les villages voisins.
La vallée - très appréciée des pêcheurs - était marquée par son aspect sauvage, deux ponts traversaient la rivière, l'un à la Pyle (lieu de baignade à l'époque), l'autre à Brillat (en fer, il sera détruit par le Génie).
Ils seront remplacés par le viaduc de la Pyle qui domine l'eau de plus de 60 mètres.
Il y avait également deux centrales électriques, au saut de la Saisse et à Vaucluse (construite en 1928), juste en aval de la chartreuse du XIIe et en amont du barrage actuel.
Ces deux centrales ont été détruites - comme le reste des habitations - au bull. Seule la chartreuse a conservé ses murs (trop épais pour être abattus), la toiture a été démontée de même que les portes extérieures qu'EDF a fait reconstruire à ses frais sur les rives actuelles, sous le village d'Onoz.

A.S.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
Val
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1748
Enregistré le : mer. 05 mars 2008, 15:18
Localisation : Nozeroy (Jura)
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Val » mer. 28 mai 2008, 20:32

Super ce sujet !!!
Petite anecdote non confirmer, il paraît que quand l'eau baisse fortement on peut apercevoir le cloché de l'ancienne église engloutie !!!
Par contre ce qui est sûre a 100% au pied du barage raudent des silures de plus de 6 mètres de long :tdm: !!!! Vous regardez plus jamais le lac de la même façon !!!
Super coin pour faire du canoé aussi !!!
Ou pour faire un tour de Louisiane !!!

Val...

PS: J'oubliai dans les années 2000 quelques chose comme ça, un peintre (je ne me souviens plus de son nom, je sais qu'il donnait des cours sur champagnole) avait lançait un projet de peintre l'intégralité du barrage ! Un projet framineux qui ne vit le jour je ne sais pas vraiment pour quelles raisons ! Le projet consistait àpeindre une multitude de visages humains qui devaient lui être envoyé puis sélectionné !!
MADE IN JURA

N'oubliez pas !!!
:arrow: http://blondeau.valentin.free.fr

Avatar du membre
Perle39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 7359
Enregistré le : sam. 11 oct. 2003, 16:58

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Perle39 » mer. 28 mai 2008, 20:40

Val a écrit :Petite anecdote non confirmer, il paraît que quand l'eau baisse fortement on peut apercevoir le cloché de l'ancienne église engloutie !!!

:non:
Tous les bâtiments engloutis ont été détruits avant la mise en eau, exceptée la Chartreuse de Vaucluse, car le coup de destruction était trop important pour EDF, vu l'épaisseur des murs. Seuls les toits de la Chartreuse ont été démontés.

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Thierry39 » mer. 28 mai 2008, 20:51

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du dimanche 25 mai 2008


Ivresse des profondeurs pour le vin d'Arbois

C'est dans le site enfoui de la Chartreuse de Vaucluse que reposent depuis hier et pour 20 ans, 276 bouteilles de vins jurassiens. Une immersion effectuée par le Plongée-Club de Saint-Claude


14 heures, plage de la Mercantine au lac de Vouglans. Les douze plongeurs du Plongée Club de Saint-Claude sont sur le pied de guerre. Aujourd'hui, et sûrement pour la seule fois de leur vie, ils vont immerger à 60 mètres de profondeur 276 bouteilles de vin jurassien, (plus douze autres contenant des messages dédiés aux générations futures). Du blanc, du rouge, du jaune conditionné en 12 caisses de 24 bouteilles. Une lourde responsabilité qui ne semble pas les inquiéter. « C'est une plongée comme une autre » déclare l'un d'entre eux, « cela nous fait une sortie supplémentaire » assure un autre.
Mais quoi qu'ils en disent, ce ne sont pas des plongeurs néophytes qui participent à l'opération, c'est plutôt même le contraire. « Tous les plongeurs sont de niveau 3 ou 4 et autorisés à être autonome à 60 mètres » explique Joël Grandclément, président du Comité départemental de plongée et coordinateur de l'opération. « De plus ils connaissent bien le site enfoui de la Chartreuse, pour l'avoir visité de nombreuses fois, mais aujourd'hui, la difficulté réside dans le fait de descendre une caisse à 60 mètres de profondeur et de remonter dans le temps imparti de 12 minutes » poursuit le responsable.
La sécurité est donc maximale et le briefing d'avant immersion incontournable.
Lorsqu'une heure après, le bateau des plongeurs arrive sur le site, encadré de deux autres bateaux des clubs de Morez/Bellefontaine et Lons-le-Saunier, le terrain est prêt. Un corps mort a été installé dans les profondeurs du lac, relié à une chaîne et une bouée de surface.
La suite semble un jeu d'enfant.
A 15 h 40, la première caisse est à l'eau. Pas exactement à 60 mètres, plutôt à 55. Mais elle y est et bien installée et couchée sur le côté comme il convient de le faire avec le vin. La deuxième palanquée peut alors plonger pour immerger la seconde caisse. Puis la troisième, la quatrième. « Les conditions sont idéales » s'extasie un plongeur, qui vient de remonter. « L'eau est super claire » et permet à deux d'entre eux, équipés de matériel spécialisé, d'effectuer quelques clichés et vidéos sous l'eau.
La clé du trésor
Au loin, arrive le Louisianne, sur lequel se trouve Marie-Christine Tarby-Maire, la fille d'Henri Maire et ses invités. A une distance raisonnable et armés de jumelles, ils peuvent ainsi voir la fin de l'opération.
Pour l'ensemble des plongeurs, la réussite est totale, même si l'on distingue chez quelques uns, le regret « de n'avoir pas pu goûter le vin avant son immersion » et chez d'autres « le peu de chance d'aller moi-même le récupérer en 2028, 2 048 et 2 068 ».
C'est en tout cas ravis et souriants qu'ils ont pu remettre la clé de ce nouveau trésor enfoui à Stéphane Zanella, président du Directoire de Henri Maire.

Christelle Lalanne



« Coutumier des folles expériences »

Si « la culture et la philosophie d'Henri Maire a toujours été de faire la promotion des vins du Jura en dehors de leur « ghetto jurassien » » comme le précisait hier Stéphane Zanella, président du Directoire de la célèbre maison, gageons qu'avec cette nouvelle « folle expérience », la tradition sera respectée.
Car forcément, l'immersion de 288 bouteilles « de vin particulièrement emblématique des vins Henri Maire » ne risque pas de passer inaperçue.
Sans se défendre de l'impact promotionnel d'une telle opération, Stéphane Zanella et Marie-Christine Tarby-Maire, assurent qu'ils souhaitent avant tout « témoigner aux générations futures les valeurs du vignoble jurassien ».
Plus encore, en invitant de nombreuses personnalités, comme Jean Amadou, Jean-Sébastien Petit-Demange, Jean-Paul Jeunet ou encore Alain Passard à exprimer leur goût pour les bonnes choses en laissant un message dans douze de ses bouteilles immergées, « c'est un véritable cri d'alarme que nous souhaitons lancer à tous les détracteurs des bonnes choses de la vie ».
Et puis, à toute fin utile, pour un producteur de vin, « voici une nouvelle expérience scientifique qui nous permettra de voir comment le vin se comporte à 60 mètres de profondeur, dans une eau à 6° avec une pression de 7 bars ».
Pour le savoir, rendez-vous en 2028, date de la première remontée d'une partie des bouteilles.

C.L.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
olif
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2748
Enregistré le : lun. 09 févr. 2004, 13:47
Localisation : Sous un sapin, dans le Haut-Doubs
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar olif » mer. 28 mai 2008, 22:06

Val a écrit :
PS: J'oubliai dans les années 2000 quelques chose comme ça, un peintre (je ne me souviens plus de son nom, je sais qu'il donnait des cours sur champagnole) avait lançait un projet de peintre l'intégralité du barrage ! Un projet framineux qui ne vit le jour je ne sais pas vraiment pour quelles raisons ! Le projet consistait àpeindre une multitude de visages humains qui devaient lui être envoyé puis sélectionné !!


Je n'ai jamais entendu parler de ce projet, mais le peintre en question doit être Pierre Duc, spécialiste du "Land'Art", qui a quelques réussites spectaculaires à son actif, dans le secteur de Champagnole ou à Chalain.

Olif
Image


"- A Chaux, il n'y a que des murets!
- Des murets agricoles?
- Des murets agricoles!"


Ben elle est Redde, celle-là! :invis:


"Alesia jacta est"

Duploussarsinonrien
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 132
Enregistré le : ven. 09 mars 2007, 11:44

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Duploussarsinonrien » ven. 30 mai 2008, 12:00

Le projet de fresque n¹était pas de Pierre Duc mais de Jean-Marie Pierret, qui
a réalisé des travaux similaires sur les parois du barrage de Tignes.

Le barrage de Vouglans a été construit dans un état d¹esprit que nous ne
connaissons plus. C¹était le temps ou le progrès était synonyme de... progrès
et rien n¹était trop beau pour lui. Les Jurassiens étaient extrêmement fiers
de la construction de ce barrage. Cela leur donnait l¹impression de
participer à la marche du temps (dont l¹extrême était la conquête de
l¹espace). Il y a eu peu d¹opposition à la construction du barrage.

Vouglans a aussi mis un écrivain en vedette. Avec " Le village englouti ",
André Besson est entré définitivement dans le quotidien des Francs-comtois.
D¹ailleurs, la couverture du livre prête souvent à confusion (un clocher
s¹élevant au-dessus de l¹eau) : il s¹agit d¹un montage.

Toujours question barrage, un autre projet avait été étudié quelques
décennies auparavant : sur le site de la vallée du Hérisson et de ses
cascades.

Pour revenir à Vouglans, un tel projet ne pourrait probablement plus voir le
jour. La levée de bouclier, notamment des défenseurs du patrimoine et de
l¹environnement, serait générale. A méditer...

Avatar du membre
chauvin
Quasi incurable…
Quasi incurable…
Messages : 622
Enregistré le : ven. 13 oct. 2006, 15:56

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar chauvin » ven. 30 mai 2008, 12:13

Duploussarsinonrien a écrit :Vouglans a aussi mis un écrivain en vedette. Avec " Le village englouti ",
André Besson



Il y a également une autre vision de ce barrage dans le livre toujours d'André Besson " le barrage de la peur". Ca fait froid dans le dos
Jean-Claude

Avatar du membre
Val
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1748
Enregistré le : mer. 05 mars 2008, 15:18
Localisation : Nozeroy (Jura)
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Val » ven. 30 mai 2008, 18:46

En ce qui concerne la fresque du barrage, il s'agit bien de Jean marie Pierret qui était à l'origine de ce projet également peintre de barrage de tigne !!! Ce projet était quasiment bouclé la peinture presque commander et le projet est tombé à l'eau !
Il est aussi le grand homme qui à peint le Petit Garçon au Coquillage que tout les vacanciers qui partent dans le Sud admirent depuis l'autoroute de la centrale de montélimar, un peu de hors sujet mais que je trouvait intéressant !
Image

Val...
Modifié en dernier par lionel le ven. 30 mai 2008, 19:25, modifié 1 fois.
Raison : Edité pour enlever les propos relatifs aux silures qui sont partis rôder au café. Rien n'a été supprimé, c'est un déplacement.
MADE IN JURA

N'oubliez pas !!!
:arrow: http://blondeau.valentin.free.fr

Avatar du membre
Sobi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8179
Enregistré le : mer. 07 mai 2008, 20:09
Localisation : Avignon !

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Sobi » ven. 30 mai 2008, 19:19

Val a écrit : Il est aussi le grand homme qui à peint le Petit Garçon au Coquillage que tout les vacanciers qui partent dans le Sud admirent depuis l'autoroute de la centrale de montélimar, un peu de hors sujet mais que je trouvait intéressant !
Image

Val...


Désolée Val, mais petit rectificatif : ladite centrale n'est pas à Montélimar (Drôme) mais à Cruas (Ardèche) :siffle:
En effet, le motif est remarquable et fait un peu oublier sur quoi il est peint... ::(
Carpe diem

Avatar du membre
Val
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1748
Enregistré le : mer. 05 mars 2008, 15:18
Localisation : Nozeroy (Jura)
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Val » ven. 30 mai 2008, 23:33

Sobitopro a écrit :Désolée Val, mais petit rectificatif : ladite centrale n'est pas à Montélimar (Drôme) mais à Cruas (Ardèche) :siffle:


C'est pareil c'est dans le sud !!!! ::D

Val...
MADE IN JURA

N'oubliez pas !!!
:arrow: http://blondeau.valentin.free.fr

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Thierry39 » ven. 06 juin 2008, 16:27

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du vendredi 6 juin 2008


Vouglans : les intimes racontent

Élu, ingénieur, riverain et commerçant, Vouglans et son lac occupent ou ont occupé une large place dans leur vie. Ils racontent


Claude Millet : « Le plus beau du Jura »
« Le lac, on vit avec tous les jours » s'exclame Claude Millet, le commandant de la Louisiane. « Quel que soit le jour de l'année, que le bateau fonctionne ou non, on vient tous les jours pour surveiller son niveau qui peut connaître de fortes variations, particulièrement à l'automne. C'est un souci constant, même hors saison. »
Depuis 2001, date de l'achat de la Louisiane, Claude Millet sillonne le lac de Vouglans d'avril à octobre, et pilote entre 10 000 et 20 000 personnes par an. De Vouglans, il connaît chaque méandre, chaque remous. De son histoire, il a appris tous les détails qu'il distille au fil des croisières. « C'est un lac qui a son style, un vrai caractère » confie-t-il. « Les Suisses riverains du Léman qui composent, dans de fortes proportions, ma clientèle s'exclament souvent, voilà un vrai lac, sauvage, préservé. » C'est clair, pour notre Commandant, Vouglans est le plus beau lac du Jura ! « Dommage qu'il soit tout compte fait assez peu connu. Il mériterait d'être mis plus en valeur dans le respect de sa nature » conclut-il.
Philippe Deprez :
« À l'époque un des chantiers le plus important d'Europe »
Jeune ingénieur, fraîchement diplômé de l'INSA, Philippe Deprez a pratiquement démarré sa carrière sur le chantier de Vouglans. « À cette époque, on débutait au bas de l'échelle, j'ai donc commencé comme chef de poste à la mise en place du béton. Je travaillais en 3x8 du lundi au dimanche. Après six mois, je suis monté en grade pour devenir responsable de poste de coffrage. Emploi que j'ai conservé jusqu'à la fin du barrage. » Notre ingénieur se souvient que Vouglans faisait partie des grands chantiers de l'époque, un des plus important d'Europe. C'était un vrai challenge et d'ailleurs la construction s'est terminée en avance. Ce n'est pas pour autant que le travail était bâclé bien au contraire, la catastrophe de Malpasset était arrivée quelque temps plus tôt. « À cause de cela le chantier avait même été retardé et l'on avait approfondi les points d'encrage du barrage par mesure de sécurité » se souvient Philippe Deprez. Vouglans, c'était un chantier énorme, qui a chamboulé la vallée, mais cela engendrait une activité économique incroyable. « Imaginez, une cité nouvelle avait été installée près du village de Vouglans » rappelle-t-il avec une certaine émotion. « Elle comprenait 190 logements familiaux, 240 logements pour célibataires, une cantine de trois cents places, une salle de loisirs, un groupe scolaire, un centre commercial, une maison des cultes, un centre médico-social et cela pendant cinq ans. C'était un afflux énorme d'ouvriers. Sans oublier tous ceux qui comme moi, originaires de la région, travaillaient sur le chantier. »
Michel Guignard : « Le barrage n'existe pas »
« Grâce à la création de la déviation, le village a été épargné par la circulation, de ce fait, on n'a pas senti de changement » déclare Michel Guignard natif de Menouille, premier village au pied du barrage de Vouglans. « Nous sommes en aval, on ne le voit pas, pour nous d'une certaine manière, il n'existe pas ». Pour lui, la présence du barrage de Vouglans est plutôt positive : Grâce à lui, les gens qui viennent me voir situent immédiatement le village de Menouille. Michel Guignard est artiste peintre, il reçoit la visite de clients et d'amateurs d'art. Quand on lui demande s'il ressent de l'inquiétude à vivre en dessous du barrage, il avoue ne pas y penser. « Ceux qui ont le plus peur, ce sont certains de mes visiteurs qui ne tiennent pas à s'attarder » rajoute-t-il. Quant au changement de paysage de la vallée entraîné par la création de la retenue qui aurait pu toucher son regard de peintre, il avoue ne pas avoir été sensible à ces transformations. « Je vis dans mes mondes » confie notre artiste, « comme un enfant qui crée son univers de jeu. L'art est pure création, je ne m'inspire pas de la réalité. »

Magdeleine Barralon


Émile Troupel : « Il a d'abord été synonyme d'inquiétude »

« Je me souviens que le projet de construction du barrage fut diversement appréhendé par les riverains. Certains, une minorité, attendaient cela avec une certaine curiosité. Mais il faut bien le dire la plupart étaient angoissés, ils s'interrogeaient sur les risques qu'une telle construction représentait » se rappelle Emile Troupel. Témoin privilégier, il était à l'époque percepteur sur le canton d'Arinthod dont dépend Cernon commune d'installation du barrage. Dès 1965, il va s'investir dans la vie locale en devenant adjoint au sein de la municipalité d'Arinthod. Quelques années plus tard, il sera l'un des créateurs de la Communauté de Commune Valous'Ain qu'il dirigera jusqu'en mars 2008. « Les polémiques liées à la destruction des villages de Brillat et du Bourget étaient vives. Les gens n'acceptaient pas que le paysage de leur vallée soit défiguré » se rappelle Emile Troupel. « La plupart étaient opposés au projet, ne voyant que le côté négatif. Ils étaient peu nombreux à imaginer qu'il puisse y avoir des aspects positifs. Pour leur part, les élus entrevoyaient des bénéfices pour la région. » Avec le début des travaux, la peur a cédé un peu la place à la curiosité, le chantier était d'une telle ampleur.
Aujourd'hui, le barrage est devenu un élément du paysage, les craintes se sont apaisées. On évalue les apports positifs pour la région, même si comme le reconnaît l'ancien Président de la Communauté de Communes Valous'Ain, le développement touristique a essentiellement bénéficié aux communes en amont du barrage. « La nouvelle équipe à la tête de la Communauté de Commune de la Petite Montagne (réunion des deux communautés de commune Val'suran et Valous'Ain) aura en charge, entre autres, de mener à bien le projet de maison du barrage. Cet équipement, à l'étude depuis cinq ans, aura pour objectif de créer une animation à proximité du barrage. Avant 2001 et la mise en place du plan Vigie Pirate qui interdit l'accès au barrage, on comptait 25 000 visiteurs par an, alors qu'aujourd'hui, ils ne font plus que passer.

Il y a 40 ans, le barrage de Vouglans

Le 7 juin, l'emblématique barrage jurassien de Vouglans fêtera les 40 ans de sa mise en service. A cette occasion, les Dépêches-Le Progrès vous propose de vous replonger dans l'histoire mais aussi les mécanismes de cet ouvrage, de renouer avec ce qui en fait un barrage d'exception, de prendre un certain recul sur ce qu'il est, ce qu'il apporte, sur les gens qui le font vivre et sur ces êtres qui ne pourraient plus vivre sans lui.
A travers quatre volets, à découvrir dans nos colonnes d'ici au 6 juin, notre rédaction vous invite à un voyage dans l'histoire et dans les grands espaces qui ont fait et font aujourd'hui encore ce mythe. Bonne lecture.

Fabrice Veysseyre-Redon
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
Angusdels
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 6306
Enregistré le : lun. 19 déc. 2005, 18:07

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Angusdels » ven. 06 juin 2008, 17:56

Sobitopro a écrit :
Val a écrit : Il est aussi le grand homme qui à peint le Petit Garçon au Coquillage que tout les vacanciers qui partent dans le Sud admirent depuis l'autoroute de la centrale de montélimar, un peu de hors sujet mais que je trouvait intéressant !
Val...


Désolée Val, mais petit rectificatif : ladite centrale n'est pas à Montélimar (Drôme) mais à Cruas (Ardèche) :siffle:
En effet, le motif est remarquable et fait un peu oublier sur quoi il est peint... ::(


Val n'a pas tout à fait tort car la centrale de Cruas se trouve entre les deux sortie de Montélimar.
C'est vrai que le dessin est pas mal.
C'est dommage qu'il n'y ai pas plus de dessin comme ça sur les trucs moches des industries.
"De la discussion jaillit la lumière." Proverbe afghan.

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Thierry39 » dim. 08 juin 2008, 12:56

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du samedi 7 juin 2008


Les 40 bougies du barrage de Vouglans

Spectacle « son et lumière » sur la voute du barrage, expositions, conférences et diaporama vont se succéder durant ces trois mois pour fêter les 40 ans de fonctionnement du barrage


Le plan Vigipirate va limiter l'ampleur des festivités pour les 40 ans du barrage de Vouglans. Depuis 2001, l'ouvrage exploité par EDF, est interdit de visite par le grand public. Vincent Rivière, directeur du groupe d'exploitation hydraulique Jura Bourgogne, a bien essayé d' ouvrir une faille dans le dispositif de sécurité pour les 40 ans du barrage.
Le préfet a été inflexible. Pour la journée du 7 juin, les curieux devront se contenter d'une présence sur une partie de la rive gauche, en aval du barrage, pour contempler le spectacle son et lumière. Véritable clou des festivités, il va démarrer dès 22 heures 15. La voute du barrage sera le réceptacle d'un spectacle dédié à son histoire, son fonctionnement et à la vie de la vallée.
« Aujourd'hui, il y a un consensus sur la présence du barrage » estime Paul-Emmanuel Schoeller, chargé de communication EDF pour la région Grand est. Au fil des années, l'aménagement hydraulique s'est fait une place dans le paysage et l'économie du département. Les 40 ans du barrage se font avec la participation de communes et d'associations. L'association de sauvegarde du patrimoine historique d'Orgelet et de sa région (ASPHOR) présente une exposition sur la vallée de l'Ain, son histoire, ses aménagements.
L'Asphor présentera son travail au grand public, du 12 juillet au 17 aoüt, à la salle Marie-Candide Buffet à Orgelet.
Du 6 au 19 juin, l'exposition « L'hydro-électricité et les différents usages de l'eau » s'installera à la salle de la Chapelle à Lect-Vouglans, puis du 10 juin au 30 août, à la Capitainerie de Pont-de Poitte. « Victime » de la mise en place du barrage et de son corollaire, le lac de Vouglans, le cloître de la Chartreuse de Vaucluse, va revivre grace au club de plongée Moby Dick de Chenove ( Côte-d'Or). Il animera une conférence les 7 et 8 juin à la salle communale de Cernon.
Toujours à propos de la Chartreuse de Vaucluse, un diaporama aura lieu du 6 au 19 juin à la salle de la Chapelle à Lect-Vouglans. Et du 10 juin au 30 août, c'est à la capitainerie de Pont-de-Poitte qu'aura lieu ce diaporama. Les plongeurs présenteront des images inédites du cloître englouti.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Thierry39 » dim. 08 juin 2008, 12:57

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du dimanche 8 juin 2008


Barrage dans la brume

Invitées de dernière minute pour les 40 ans du barrage de Vouglans, la brume et la pluie n'ont cependant pas empêché les visites et la soirée son et lumière prévues pour l'événement


«Et là, les murs qui suintent, c'est normal ? » A peine entrés dans l'épaisse muraille de l'ouvrage, quelques-uns des visiteurs, le casque vissé sur le crâne, expriment une légère inquiétude. « Oui, c'est totalement normal, rassure Benoît Philipps, le tout nouveau directeur de l'usine hydroélectrique. Ce qui est vraiment inquiétant, c'est plutôt un barrage qui ne fuit pas ». Admettons. La logique et la compréhension de la troisième plus grosse retenue d'eau en France ne sont pas évidentes de prime abord. Environ 200 personnes, principalement des élus locaux, ont pu exceptionnellement visiter le barrage hier après-midi et tester leur résistance au vertige et à la claustrophobie. Les touristes en sont privés depuis 2001 pour cause de plan Vigipirate.
600 millions de mètres cube d'eau. Roues Francis. Bassin d'amortissement. 400 mètres de longueur. 25 mètres d'épaisseur à la base. Les chiffres et les explications s'enchaînent au rythme des pas du groupe dans les galeries. Benoît Philipps s'enthousiasme. « Il faut savoir que le barrage vit. Selon la chaleur et la quantité d'eau, il avance ou recule ». Restons calme. Les mouvements se limitent à une vingtaine de millimètres. Et le barrage est truffé d'un milliers d'instruments de mesure qui enregistrent le moindre de ses frémissements. Comme, par exemple, le pendule. Une corde de piano tendue sur tout la hauteur du barrage, soit 130 mètres, et dont la position est calculée tous les matins.
Le système hydroélectrique français est particulièrement utilisé pour des régulations à mettre en place rapidement suite à des événements particuliers, comme la gigantesque panne qui avait eu lieu en Allemagne en novembre 2006. L'eau est en effet la seule façon de stocker l'électricité et de la restituer grâce à des turbines qui se mettent en route en quelques minutes. Produire en urgence mais aussi libérer de l'eau pour les ouvrages en aval.

Un réseau électrique totalement européen
« Vouglans est très utile pour nous, témoigne Marc Leurette, directeur de la centrale nucléaire de Saint-Alban, venu découvrir le site de travail de ses collègues. Lorsque le Rhône est trop bas, c'est à eux que nous demandons de lâcher de l'eau ». C'est aussi Vouglans qui peut dépanner un département breton après une tempête ou un pays européen.
« Les échanges d'électricité ne peuvent plus se concevoir à un niveau national, explique Benoît Philipps. Nous sommes en échange permanent avec les pays voisins ». «Le réseau européen est de plus en plus tendu, complète Marc Leurette. Certains pays ont arrêté de produire de l'électricité avec le charbon ou le nucléaire, et nous consommons plus. C'est pourquoi la France a besoin de produire. Elle est beaucoup moins exportatrice qu'avant ».
Après les entrailles du barrage, les visiteurs prennent un peu de hauteur et parcourent la crête de l'ouvrage. Une brume hivernale flotte à la surface du lac. La visite ravive quelques mémoires. « Je me souviens très bien de la construction du barrage, raconte Jacqueline Ecoiffier, épouse du maire de Vosbles. Les villages démontés, l'émotion que ça a suscitée. On venait se promener le dimanche pour voir les travaux, c'était notre balade ».
Malgré la pluie, l'équipe d'artificier met en place les fusées qui illumineront Vouglans quelques heures plus tard. « Quarante ans, c'est un âge de jeune homme pour un barrage ! » plaisante Benoît Philipps.

Sarah Frequelin
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

LEFEBVRE
Une cuillère pour goûter
Une cuillère pour goûter
Messages : 1
Enregistré le : sam. 29 mai 2010, 22:46

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar LEFEBVRE » sam. 29 mai 2010, 23:03

Bonjour,

Concernant le barrage de Vouglans, c'est le 9ème Régiment du Génie de Neuf-Brisach (68)
qui a participé à la destruction du village et du pont métallique en 1967.
2 films ont été réalisés par l'armée " Dégagement d'itinéraire et destruction".
Je suis à la recherche de tous documents se rapportant à cette époque.
Merci
guy.lebvre@wanadoo.fr

Avatar du membre
Karine
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 12839
Enregistré le : dim. 05 févr. 2006, 13:40

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Karine » dim. 30 mai 2010, 1:47

Bienvenue !

Avatar du membre
Beuillot
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 22079
Enregistré le : mer. 27 déc. 2006, 23:52
Localisation : Pars collis ad orientem solem :invis: .

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Beuillot » dim. 13 juin 2010, 13:22

Val a écrit :Par contre ce qui est sûre a 100% au pied du barrage raudent des silures de plus de 6 mètres de long :tdm: !!!!

Le Jura, c'est vraiment dans le sud. ::D
C'est aussi le département où l'on compte le plus de vipères aspics, serpents à la fois venimeux et constricteurs de plus de 12 m de long qui se nourrissent de chevreuils et attaquent sinon les troupeaux de vaches (une vipère adulte jurassienne peut ingurgiter et digérer un bovidé de 6OO kg en quelques minutes).
Rappelons que le sous-marin français le Vigilant, gobé comme un vulgaire insecte par un silure lors d'une mission de reconnaissance dans le lac de retenue du barrage de Vouglans, fut sauvé par un pêcheur haut de 16 mois et âgé de 18m qui libéra l'équipage après que ce dernier ait pêché le poisson coupable en l'appâtant avec une brochette de gnous empalés sur un hameçon en fonte de 687 kg. :corne: :kiss:
Si j'y suis t'été, c'est pas pour y rêtre.

Comme ça. Pour rien.


Image Image

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar g_painblanc » dim. 13 juin 2010, 15:07

On oubli de préciser que les belges ont construit un barrage identique à celui de Vouglans. Une fois construit, ils ont creusé la roche derrière le barrage et détourné un cours d'eau afin de remplir l'espace vide et pour pouvoir ainsi lui donner toute son utilité. :mscbs:

je ne savais pas que la Franche Comté possedait six lures :invis: (je connaissait celui de Haute Saone, pas les autres) :invis:
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
Beuillot
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 22079
Enregistré le : mer. 27 déc. 2006, 23:52
Localisation : Pars collis ad orientem solem :invis: .

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Beuillot » dim. 13 juin 2010, 21:14

g_painblanc a écrit : je ne savais pas que la Franche Comté possedait six lures :invis:

Faut s'y mettre. :;)
Si j'y suis t'été, c'est pas pour y rêtre.

Comme ça. Pour rien.


Image Image

Avatar du membre
Val
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1748
Enregistré le : mer. 05 mars 2008, 15:18
Localisation : Nozeroy (Jura)
Contact :

Re: Le barrage de Vouglans

Message non lupar Val » mar. 15 juin 2010, 23:57

Rigoler rigoler lol
Je pense ce que je dis puisque j'ai mes sources ! :pilote: :;)
MADE IN JURA

N'oubliez pas !!!
:arrow: http://blondeau.valentin.free.fr


Retourner vers « La Franche-Comté, jour après jour »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité