Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Tout sur les vins du Jura, de Haute-Saône... et de Saint-Dizier L'Evêque !
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar Thierry39 » ven. 31 oct. 2008, 9:14

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du vendredi 31 octobre 2008


Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran »


« Le Gouvernement n’a pas d’autres réponses que les interdictions », dénoncent les viticulteurs. Ils ont manifesté leur ras-le-bol hier, en rebaptisant trois communes, par ailleurs AOC de vins du Jura


« Lâchez-nous un peu les brodequins, laissez-nous travailler! » lançait hier Alain Baud, président de la société de viticulture du Jura.

La filière vitivinicole « est à cran » et elle manifestait hier son ras-le-bol à travers une opération originale. Menée sur le territoire national, cette action a été reprise par les viticulteurs jurassiens. Ils ont ainsi rebaptisé trois communes jurassiennes, qui sont par ailleurs des AOC de vins. L’Étoile est devenue « Les toiles », Château-Chalon s’est transformée en Chat’ eau-chat long et Arbois est devenue : « Art boit pas » Les viticulteurs ont accroché ces nouvelles dénominations sur les panneaux d’entrée des communes. « On a voulu faire une manifestation symbolique pour dénoncer l’absurdité de la loi vers laquelle on est en train de nous emmener » expliquait Alain Baud. Il ajoutait : « Le Gouvernement n’a pas d’autres réponses face aux problèmes de société, que l’interdiction. Alors bientôt les noms de vin seront dangereux à prononcer. » Il ironisait encore : « Il faudra dire Monsieur le maire d’Arbois- à consommer avec modération. » Ce dernier, Bernard Amiens, ainsi que Christian Vuillaume, son collègue de Château-Chalon, étaient d’ailleurs présents avec les viticulteurs, pour leur apporter leur soutien. À Arbois, le restaurateur Jean-Paul Jeunet a aussi rejoint le groupe, une trentaine de viticulteurs qui affichaient leur solidarité.

« On n’est pas contre la lutte contre l’alcoolisme, la filière est citoyenne et responsable, mais à chaque fois on prend pour symbole le vin et jamais on ne parle des premix, de toutes ces cochonneries qui sont sur le marché » lâchait le président de la filière. Il dénonçait un « autre sujet d’inquiétude : le plan hôpital, patients, santé et territoires (qui) prévoit l’interdiction de la vente au forfait. Demain, les dégustations dans les caveaux, les salons, ne seront plus possibles. La Percée du vin jaune sera interdite. Encore une fois pour lutter contre les open bars, il n’y a pas d’autre réponse que l’interdiction. Nous, la filière, on n’est bon que pour payer la fiscalité, la TVA. On n’aura plus le droit de communiquer sur nos productions, plus le droit de faire déguster nos produits. » « Un beau jour il faudra taper du poing sur la table, observait Jean-Michel Petit, président de l’AOC Arbois, il faut arriver à une pression nationale et ne plus payer ce qu’on leur doit. La filière vitivinicole en France c’est un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros, il faut rappeler au gouvernement qu’ils ont besoin de nous. »

Face à ces interdictions à répétition, Alain Baud souligne tout de même « l’arbitrage favorable du gouvernement ces derniers jours, pour la publicité sur Internet. » Mais cela pèse peu face au ras-le-bol affiché. « Il ne faut pas oublier qu’il y a des hommes, des familles, tout le tissu rural est en jeu derrière tout ça. »

Nathalie Bertheux



--------------------------------------------------------------------------------
Marie-Christine Tarby-Maire: «Une société d’interdits dont personne ne veut»

>> Pourquoi cette mobilisation autour du projet de publicité sur internet?

On a lutté pour obtenir la régularisation des sites internet de la filière vin. La ministre dit qu’elle donne son accord mais dans le cadre de la loi Evin, c’est-à-dire que les messages doivent être encadrés par un certain nombre d’obligations comme la spécificité du terroir, par exemple. On ne pourra pas dire n’importe quoi dans ces publicités.

>> C’est plutôt une bonne nouvelle, non?

Le problème, c’est qu’il n’est pas possible de distinguer le vin des boissons alcoolisées et dans le vin, il y a de l’alcool. Il est donc impossible de faire une réglementation spécifique au vin, mais nous sommes des gens responsables, on n’a jamais ciblé les jeunes et on prône la modération. On a besoin d’internet pour communiquer. Nous sommes respectables et nous voulons un dialogue avec le ministère de la santé pour éviter les abus de ceux qui veulent interdire toute consommation.

>> C’est vraiment l’exaspération?

Oui! Si on continue sur ce registre, il sera interdit de mentionner Arbois, Jura, l’Étoile, Château-Chalon car ces noms évoquent des vins et ce sera interdit. On est face à la volonté de certains qui veulent construire une société d’interdits dont personne ne veut. On ferait mieux d’appliquer les lois plutôt que de vouloir construire la société française sur des citadelles qui s’opposent.

Armand Spicher
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar Thierry39 » ven. 31 oct. 2008, 9:23

Sur ce sujet, et plus particulièrement sur le vin sur internet, je vous invite à lire aussi le pamphlet d'Olif sur son blog.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
Beuillot
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 22079
Enregistré le : mer. 27 déc. 2006, 23:52
Localisation : Pars collis ad orientem solem :invis: .

Re: Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar Beuillot » ven. 31 oct. 2008, 11:25

Je n'avais jamais croisé leterme "vitivinicole". Quelle est la différence entre viticole et vinicole?
Si j'y suis t'été, c'est pas pour y rêtre.

Comme ça. Pour rien.


Image Image

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar Thierry39 » ven. 31 oct. 2008, 11:35

Beuillot a écrit :Je n'avais jamais croisé leterme "vitivinicole". Quelle est la différence entre viticole et vinicole?

Je pense que le terme viticole concerne culture de la vigne et vendanges alors que le terme vinicole concerne l'élevage du vin et sa commercialisation.
Les vignerons indépendant font les deux, les négociants ne font que la partie "vini" et les viticulteurs qui vendent leur récolte ou qui sont en coopératives ne font que la partie "viti".
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23787
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Re: Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar lionel » ven. 31 oct. 2008, 15:24

Thierry39 a écrit :Le problème, c’est qu’il n’est pas possible de distinguer le vin des boissons alcoolisées et dans le vin, il y a de l’alcool.

Effectivement, c'est un problème. L'alcool est devenu politiquement très incorrect. C'est du maccarthysme moderne. :grr1:
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.

Avatar du membre
Mitch
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 7119
Enregistré le : lun. 10 nov. 2003, 9:51
Contact :

Re: Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar Mitch » ven. 31 oct. 2008, 23:32

Thierry39 a écrit :Demain, les dégustations dans les caveaux, les salons, ne seront plus possibles. La Percée du vin jaune sera interdite. Encore une fois pour lutter contre les open bars, il n’y a pas d’autre réponse que l’interdiction. Nous, la filière, on n’est bon que pour payer la fiscalité, la TVA. On n’aura plus le droit de communiquer sur nos productions, plus le droit de faire déguster nos produits. »

C'est bientôt le retour de la prohibition ? :corne:

Plus sérieusement, la renommée des vins français et de la gastronomie qu'ils accompagnent n'est plus à faire. J'imagine mal un gouvernement assez stupide pour mettre à mal un tel joyau de notre patrimoine national.

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Viticulteurs : trop d’interdictions met la filière « à cran

Message non lupar Thierry39 » jeu. 12 févr. 2009, 16:50

LES DEPECHES LE PROGRES
www.leprogres.fr

Article du jeudi 12 février 2009


Le mauvais coup fait à la filière vins


Un amendement à la loi « Hôpital, patient santé, territoires » envisage d’interdire toute publicité pour les vins sur Internet. Pour les professionnels jurassiens, il serait vécu tel un arrêt de mort


Marie-Christine Tarby-Maire ne raccroche plus son portable… Depuis 24 heures, la présidente de Vin et Société (présidente également du CIVJ, comité interprofessionnel des vins du Jura) est harcelée par les médias de France et de Navarre qui veulent connaître sa position sur l’amendement à l’article 24 déposé dans le cadre de la loi HPST en discussion actuellement. Une position qu’elle donne bien volontiers : « C’est un coup de théâtre. Nous avions négocié un amendement avec la ministre de la Santé et le Premier ministre sur la publicité pour les vins sur internet. Or, hier, la commission des affaires sociales de l’Assemblé nationale s’est opposée à cet amendement et un député alsacien en a proposé un autre qui remet totalement en cause l’accès à internet pour la filière. On nous reproche de faire le jeu des grosses sociétés d’alcool. C’est faux! »
En colère Mme Tarby-Maire. Et ça se comprend : ce sont des mois de négociation avec le gouvernement qui risquent de s’envoler. Mieux! La situation deviendra intenable économiquement si ce texte est adopté. Tout simplement parce que les professionnels du vin auront encore le droit d’être sur Internet, mais ne pourront donner aucune information pour se faire connaître : « C’est comme si on a un magasin, mais sans porte et sans fenêtre. Les sites existeront mais personne ne pourra les trouver puisqu’on n’aura pas le droit de mettre de publicité dans les annuaires électroniques comme c’est le cas actuellement avec les annuaires papier. Il sera interdit de figurer sur un site de tourisme, interdit d’acheter des mots comme « vins » et « Jura ». Si quelqu’un veut aller sur un site de professionnels, il devra taper le nom exact sans quoi il ne le trouvera jamais. C’est invraisemble : aujourd’hui, il y a 600 000 références de vins français sur internet dans le monde, ça représente 27 % du total venant de petits producteurs comme de grands. »
Derrière tout ça, en porte-parole des viticulteurs et négociants jurassiens, mais aussi français, Marie-Christine Tarby-Maire dénonce un lobby « des grincheux qui veulent dire à tout le monde que la publicité pour le vin va avoir des conséquences terribles, que la société sera dévoyée! Ce sont des inepties. Quelles sont les nuisances de la filière vin sur Internet? Ça ne pose aucun problème que l’on soit présents sur ces sites, on l’est depuis des années et ils ne s’en rendent même pas compte! Il est invraisemblable que dans ce pays on n’ait pas une analyse globale des problèmes. Certaines personnes sont inconscientes et organisent des luttes sectaires qui n’ont rien à voir avec le but poursuivi. »
Le combat n’est pas terminé pour la profession. Du 18 février, le vote du fameux article 24 est repoussé autour du 11 mars. Juste le temps d’expliquer aux députés qu’ils ne doivent pas avoir peur et qu’Internet est indispensable à la filière.

Armand Spicher
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !


Retourner vers « Oenologie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité