Distillation familiale et reglementation

Métiers et traditions
Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Distillation familiale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » jeu. 08 janv. 2009, 9:42

La législation sur la distillation est assez mal connue en France, et il y a beaucoup de préjugés et de confusion : voici quelques éléments de réponse (ce topo ne concerne pas les distillerie professionelles, car elles ont une reglementation différente).

Différence entre Bouilleur de cru professionel et privilège de bouilleur de cru :
Le bouilleur de cru professionel possede un alambic (déclaré aux douanes bien entendu) et distille les fruits des gens. C'est sa profession. Les gens paient des taxes et paient aussi son savoir faire. L'alambic se déplace de village en village. Cela se fait courammenet en Auvergne, dans les Pays de Savoie, un peu dans le Jura.

Le privilege de bouilleur de cru : c'est un privilege que certaines personnes possèdent. Ils ne paient pas les 1000 premiers degrés d'alcool produit annuellement (ceux qui n'ont pas le privilège paient ces 1000 premiers degré à moitié prix) . Il n'est pas necessaire d'avoir le privilege pour pouvoir distiller en France. Ce droit n'est plus transmissible de père en fils.
L'origine de ce droit remonte à Napoléon et les derniers à le posseder sont souvent retraités et du milieu agricole. Plusieurs projets de suppressions du privilège ont été discutés à l'Assemblée Nationale, mais ce sujet est sensible et la décision a été reportée en 2012 (elle a déjà été reportée à de maintes reprises): Cependant la suppression du privilege n entraine pas la fin de la distillation car chaque proprietaire pourra distiller ses fruits en payant des taxes.

Législation sur les alambics :
En France, il est interdit de fabriquer, de posseder et d'utiliser un alambic sans autorisation préalable. Chaque alambic est enregistré auprès des douanes et droits indirects. Les alambic communaux sont également enregsitrés et sont plombés hors période de didtilltion.

Qui peut distiller en France :
En France les propriétaires de parcelles classées en verger et vignes sur le cadastre peuvent distiller le produit de leurs parcelles. Les propriétaires d'alpages ou de prés en altitudes peuvent distiller les racines de gentiane s'y trouvant.

La distillation doit se faire légalement dans un atelier public ou bien auprès d'un bouilleur de cru professionel. Beaucoup de communes Comtoises possède un atelier de distillation, cependant il est possible de distiller dans une autre commune du canton, voir meme du canton limitrophe. Il faut réserver l'alambic. Pour les néophytes, il est souhaitable d'être aidé lors du premier usage de l'alambic.

Il y a possibilité également d'avoir une procuration pour distiller. Je m'explique : votre voisin (ou votre oncle, collegue de travail) possède un verger. Vous récoltez les fruits et les faites fermenter (chez lui, au pire chez vous). Il fait la declaration au douanes pour distiller et vous donne procuration pour accomplir la distillation (partie a remplir sur le doc). Il paie ensuite les taxes.

Donc vous avez distillé légalement. Ensuite rien n'empeche, que pour le travail accompli, votre voisin vous donne une partie de l'eau de vie, voir la totalité (le dedommager des taxes) mais la c'est un arrangement que chacun fera à sa libre volonté. Personnellement, c'est ce que je fais, puisque le verger appartient à ma mère. Elle me donne procuration. Tout est parfaitement légal.

Classement d'une parcelle en verger :
Il faut etre proprietaire d'un verger ou d'une vigne pour distller. La nature du terrain doit etre mentionnée sur le cadastre. Il y a possibilité de changer la nature du terrain en prenant contact avec le cadastre. Un formulaire est à remplir. Il ne vous reste qu'à planter des arbres fruitiers dessus. Vous aurez ensuite le plaisir de distiller et consommer votre eau de vie (avec modération :oui: ).

Déclaration de distillation
Il faut obligatoirement effectuer une déclaration de distillation avant de distiller. Un document est à demander auprès des douanes ou à la mairie de votre lieu de résidence.

Sur ce document, il faut mentionner le numero de parcelle où se trouve les arbres fruitiers, la commune de la parcelle et la commune où se fera la distillation, la nature des fruits à distiller et le volume (par exemple 100 kg de pruneaux, 180 litres de cidres), la date et les heures prévues de distillation (Du Lundi au samedi, sauf dimanche et jours feriés, de 06h00 à 19h00 du 1er octobre au 31 avril, c'est affiché en mairie). Il faut envoyer ce dosuments au douanes.

Les douanes retournent ensuite un document m'autorisant à distiller, à circuler avec l'alcool et les fruits le jour de la distillation. Sur ce document, on doit mentionner l'heure de début, l'heure de fin de chaque passe à l'alambic, les quantités mises dans l'alambic et le nombres de litres et le degré d'alcool produit.

Il n'y a pas de rendement imposé (sauf en Alsace Moselle ou le èpaiement des taxes est anticipé). Cette case est présente sur le document, mais le service des douanes ne le coche pas. Cependant, il faut être logique et ne pas déclarer avoir produit un seul litre d'eau de vie à 45° avec 100 kilos de fruits de qualité au départ. Cela est bien entendu trop flagrant.

Paiement de taxes :
-Les personnes ayant le privilège ne paient pas les mille premiers degrés (soit 20 litres d'eau de vie à 50°). Ils paient à partir du 1001ème degrés 14€50 par litre d'alcool pur. Ces personnes économisent jusqu 'à 72,50€ (A comparer, à l'argent que l'on met chaque année, dans les cigarettes, les déplacement inutiles en voitures, certains achats inutiles ou futiles, certains alcool du commerce qui sont parfois de mauvaises qualités... le privilege ne tient parfois qu'à peu de chose.... Ces propos n engagent que moi)

-Les personnes qui n'ont pas le privilège (c'est mon cas) paient les 1000 premiers degrés 7€25 le litre d'alcool pur. Puis à partir du 1001ème degrés 14€50 par litre d'alcool pur. Il y a un rabais de 10% en cas de paiement dans les trois jours qprès lq distillation.

-Location de l'alambic : Chaque commune fixe un prix de location à la journée de l'alambic : cela prend en compte l'eau utilisée, l 'electricité, l entretien... A ARc et Senans, par exemple, le cout est de 16,50€ par jour

Controle des douanes :
Les douanes peuvent controler à plusieurs niveaux :
-Vérification que la parcelle en question est bien inscrite au cadastre en verger, vignes. Verification du propriétaire.

-Vérification sur le terrain que les fruits déclarés proviennent bien d'un arbre de la parcelle (si vous distillez des pruneaux, alors que votre verger ne possede pas de pruniers.....). Si vous devez abattre des arbres fruitiers, faites le après la distillation de leur fruit.

-Le jour de la distillation : les douanes verifient la quantité et la nature des fruits mis en ouevre, la quantité d'eau de vie et le degré alcoolique obtenu. Ils verifient également la bonne tenue de la feuille de declaration (les heures de remplissage et de vidage de l alambic sont a completer avec la quantité d alcool produite)

Mon prix de revient :
J'ai calculé approximativement le prix de revient d'un litre d'eau de vie que je produis (à 45°). J'inclus dans ce calcul la location de l'alambic communal, les taxes sur l'alcool, l'amortissement de mon matériel (tonneaux, bonbonnes, bouteilles...), le casse croûte, le bois de chauffage. Il est vrai que je ne compte pas mes heures passées, mais c’est pour le plaisir (il ne faut pas l oublier).

Finalement, cela me revient à environ 10 à 12 €le litre d’eau de vie à 45°. C’est une somme, peut être, mais les prix pratiqués dans le commerce ne sont pas plus bas. Pour info, cela ne sert à rien de ne pas declarer aux douanes un ou deux litres d'alcool, car le risque est bien elevée pour ce geste qui revele plutot de la radinerie mal placée

Cela à un coup, mais on agit dans la légalité, on peut en parler et goûter notre produit avec n’importe qui, on fait vivre et on maintient à la conservation d'un patrimoine qui tend à disparaître.

Notion de patrimoine rural à conserver
La distillation permet indirectement le maintien est la conservation des vergers, éléments trop souvent oublié du patrimoine rural franc comtois. De nombreuses espèces de pommes, de poires, de cerises, de prunes... ont été elevées et ont des spécifités propre à notre région.

Il faut préserver également le savoir faire, autant dans la préparation des fruits que dans la conduite de la distillation.

A nous de maintenir ces traditions.
Modifié en dernier par g_painblanc le ven. 09 janv. 2009, 10:19, modifié 2 fois.
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
pieradam
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 13996
Enregistré le : lun. 24 sept. 2007, 13:56
Localisation : Besançon
Contact :

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar pieradam » jeu. 08 janv. 2009, 14:19

Je voudrais seulement ajouter que :

Le bouilleur de cru professionel s'est beaucoup vu en Alsace,qui distillait énormément,effectivement l'on voyait souvent ces déplacements chez les particuliers.
En ce qui concerne le privilège de bouilleur de cru,cette transmission n'est plus possible,elle a été supprimée en 1981 (ce me semble )par François Mitterand,cette mesure a certes été beaucoup moins populaire,que la retraite à 60 ans,appliquée à la même époque,par la même personne.
J'te veux faire voir,si l'coucou c'est une mère

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » jeu. 08 janv. 2009, 14:52

En Franche Comté beaucoup de communes possedent un alambic qui est loué à la journée aux personnes qui distillent. C'est le principe directement issu du four banal, car il appartient à la collectivité.

Les régions viticoles et ayant encore des vergers voient encore des gens distiller, bien que ce patrimoine et le savoir faire tend à diminuer.
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
Perle39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 7359
Enregistré le : sam. 11 oct. 2003, 16:58

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar Perle39 » jeu. 08 janv. 2009, 17:58

Merci beaucoup, Gilbert, pour cet article très intéressant, que j'ai lu avec beaucoup de plaisir :oui: .

Avatar du membre
hderogier
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 5469
Enregistré le : ven. 19 déc. 2008, 9:30
Localisation : 70 GEZIER

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar hderogier » jeu. 08 janv. 2009, 18:25

Quelques compléments:tout d'abord,les derniers bouilleurs de cru ont été les anciens combattants de la guerre d'Algérie.
En Haute Saône, pratiquement chaque village possède ou possèdait son local avec alambic,local appelé atelier municipal.
Chaque année,l'administration des Douanes envoie dans toutes les Mairies un document indiquant la période pendant laquelle la distillation est autorisée.
Effectivement,l'on ne peut distiller que les fruits provenant de sa propre récolte;en clair,si tu as un verger avec des pommiers et que du distilles des poires,ne te fais pas prendre,ça coute cher.
Bonne soirée et pas(trop)d'excès.
Henri.
Rien n'est moins sûr que l'incertain.

Ferréol
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 410
Enregistré le : lun. 10 oct. 2005, 22:56

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar Ferréol » jeu. 08 janv. 2009, 19:25

Bravo pour la clarté de ton exposé.

A cela, j'ajouterai juste deux choses, la première c'est que le privilège de bouilleur de cru a été complètement supprimé au 31/12/2007 même pour ceux qui l'avaient encore.

La deuxième c'est que en ce qui concerne la taxation, il y a un abattement de 10% en cas de paiement comptant dans les trois jours qui suivent la distillation et pour la gentiane, la taxation est de 14€50 le litre d'alcool pur dès le premier degré sans que je n'en sache la raison...

Quant aux histoires de rendement minimal, c'est uniquement appliqué en Alsace et en Moselle pour le règlement des taxes par anticipation...

Il pourrait par ailleurs être intéressant de faire quelque part un récapitulatif des alambics encore en fonctionnement dans notre région, des fois que cela susciterait des vocation...

Avatar du membre
Olivier de Croyot
Une tartine à chaque repas
Une tartine à chaque repas
Messages : 189
Enregistré le : mer. 08 oct. 2008, 21:11
Localisation : Chaumont

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar Olivier de Croyot » jeu. 08 janv. 2009, 22:08

Très complètes vos contributions !! Pour avoir sévi dans la perception des taxes (personnes n'est parfait !!) j'ajouterais une précision s'agissant du mode de perception : depuis 1992 c'est l'administration de la douane qui perçoit les taxes sur les alcools, d'ailleurs on parle depuis de la direction générale de la douane et des droits indirects. Les droits indirects ou accises étaient auparavant perçus par les services fiscaux (la direction générale des impôts) le transfert s'est effectué à la suite de la mise en place de l'espace européen qui a entrainé une perte d'activité pour la douane. Les recettes locales des impôts ont été alors reprises par la Douane et les plus petites ont été souvent fermées par la suite. Dans le cadre du plan Balladur de maintien des services publics en milieu rural, une partie de ces recettes ont été transférées aux Trésoreries (ex perception) permettant le maintien du service aux habitants, hélas les expériences sont restées rares deux cas dans le Doubs : Pont de Roide et L'Isle sur le Doubs.
D'où le maintien difficile de l'activité de distillation artisanale dès lors qu'il faut faire plusieurs dizaines de kilomètres pour faire sa déclaration et payer ses droits, même s'il me semble que ces démarches peuvent maintenant se faire par courrier.
En tout cas les périodes de distillation étaient propices aux évènements cocasses : Ainsi la sortie annuelle pour la doyenne qui avait les droits et que la famille au complet emmenait signer la déclaration !! ou encore le regard consternée de la collègue qui devait consigné sur la déclaration en lieu et place de l'immatriculation du véhicule utilisé pour le transport des bobonnes : Brouette ou charrette à bras !!
Mais ce que j'en retiens c'est le fort moment de convivialité associé à la distillation avec ses casses croutes comme l'indique Gilbert et aussi l'occasion de se réunir en famille pour distiller en général au moment de Noël !
C'est pour moi une vrai tradition qui en plus contribue à la préservation des vergers et des arbres fruitiers qui petit à petit désertent nos paysages.
A la revoyure !!

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » ven. 09 janv. 2009, 10:01

J'ai completé et détaillé le premier message
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation artisanale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » ven. 09 janv. 2009, 10:11

Ferréol a écrit :Bravo pour la clarté de ton exposé.

A cela, j'ajouterai juste deux choses, la première c'est que le privilège de bouilleur de cru a été complètement supprimé au 31/12/2007 même pour ceux qui l'avaient encore.



Merci pour le bravo :kiss:

Concernant le privilège, il est toujours d'actualité. Comme la chasse, le privilège est source de discussions animées et de pression dès qu'on emet le projet d'y toucher. Le projet de suppression, un de plus, est reporté à 2012. A force de le repousser, les bénéficitaires du privilèges de bouilleur de cru seront morts avant une hypothétique suppression.
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » ven. 09 janv. 2009, 10:16

Voici deux articles du Progrès (édition du Jura), très interressant à mon avis. notamment sur la notion de privilège

Bonne lecture

LES DEPECHES LE PROGRES
http://www.leprogres.fr

Article du lundi 21 janvier 2008

Bouilleurs de cru : le privilège a la vie dure

Petit cadeau de la loi de finances 2008, le privilège des bouilleurs de cru, qui devait prendre fin au 1er janvier 2008, est repoussé de cinq ans. De toute façon, la production d'alcool pur ne représente pas grand chose dans le Jura. Le privilège représente 54 hectolitres dans le Jura.


Allez donc savoir pourquoi Toujours est-il que dans la loi de finances 2008 -votée à l'automne dernier- un amendement s'est glissé pour repousser de cinq ans la fin du privilège des bouilleurs de cru. Cadeau fiscal ? Pas vraiment, l'alcool pur distillé par ces bouilleurs « historiques » représente des clopinettes, surtout dans le Jura. Certains y verraient plutôt des arrière-pensées électorales. Dans les petites communes, l'alambic, ça compte et repousser une échéance qui concerne si peu de monde, ça ne mange pas de pain

Au fait, de quoi s'agit-il ? En réalité, les choses sont assez complexes. Il existe un fameux article 315 du code général des impôts qui reconnaît aux détenteurs du droit de distiller un privilège consistant à les exonérer totalement de charges pour les 1 000 premiers degrés (soit 20 bouteilles si l'alcool titre 50°). Ensuite, ils doivent payer comme les autres, c'est-à-dire 14,5 euros par litre. Ces « privilégiés historiques » peuvent distiller des fruits (pomme, prune ) mais aussi du marc et du vin. Et puis, il existe aussi l'article 316 qui autorise les propriétaires de vergers -et seulement eux- à distiller les fruits frais de leur verger -et seulement du leur- en payant demi tarif (c'est-à-dire 7,25 euros) pour leurs mille premiers degrés, mais attention, les uns comme les autres ne doivent en aucun cas distiller à des fins commerciales. Il s'agit de leur production personnelle En tout cas, en théorie. Autrement dit, pour faire court, on aura dans la même commune de vieux bouilleurs qui ne payeront rien par cadeau fiscal et d'autres qui feront le même travail avec les mêmes fruits, mais qui payeront demi tarif. Une discrimination terrible, inadmissible
Cessons de rire, dans le département ce fameux privilège pèse « peanuts ». Les bienheureux exemptés ont produit pour la campagne 2006/2007 quelques 54 hectolitres, les autres dits « assimilés » par l'administration en ont produit 92

Mieux, la quantité totale d'alcool pur produit dans le Jura par les professionnels la même année s'est montée à 839 hecto. Une goutte d'eau -si l'on peut dire- comparée aux 7 384 hecto distillés en Haute-Saône ! (il faut dire que là-bas existe la distillerie Peureux qui produit beaucoup, surtout à l'export).

Voilà donc où l'on en est. Ce qu'il faut dire aussi, pour être tout à fait complet, c'est que les bouilleurs historiques vont bientôt se compter sur les doigts de quelques mains. Dans les villages vignerons, ils font déjà figure de reliques. Il faut bien dire que leur âge y est pour quelque chose !
Armand Spicher
aspicher@leprogres.fr



--------------------------------------------------------------------------------
Émile Bourguignon : « On était deux bouilleurs à la maison »
Pas perturbé plus que ça, Émile Que le privilège soit conservé cinq ans de plus, ça ne le travaille vraiment pas : « Autrefois, ce droit avait beaucoup plus d'importance que maintenant parce que les gens étaient attentifs à toutes les petites économies qu'ils pouvaient faire. Ça représente 20 litres de goutte à 50° sur lesquels on ne paye rien. C'est important et en même temps, ça ne l'est pas ! Aujourd'hui, si un viticulteur a besoin de ça pour vivre, il vaut mieux qu'il arrête son métier. Le privilège gêne ceux qui ne l'ont pas parce qu'on est tous un peu « porte-monnaie », mais ce n'est pas important, ceux qui râlent le font par habitude, parce que c'est la mode. Il faut savoir que c'est Napoléon qui l'a inventé pour que les gens profitent un peu de leur travail. 20 litres, je n'en fais pas une maladie. »
À 81 ans, Émile Bourguignon se souvient avoir obtenu son privilège -son droit comme il dit- à 18 ans : « Mes parents m'avaient acheté une petite vigne, 18 ares, moi j'aurais préféré une bicyclette. Ça faisait bisquer dans la commune d'avoir deux bouilleurs dans la même famille, 40 litres, on les passait on les servait aux copains. » De son temps, comme il dit, Émile se souvient qu'ils étaient presque une trentaine à avoir le privilège, mais pour lui Vincelles n'a jamais été vraiment « branché » sur la goutte : « Le village a le plus bel alambic, c'est la commune qui l'a aménagé dans l'atelier public, mais quand il a été prêt, les principaux intéressés n'en ont pas voulu, ils préféraient bouillir chez eux. Ça fait 30 ans, il n'a jamais marché. Les gens de Vincelles ne sont pas des enragés de la goutte ! »
Émile a pris officiellement sa retraite il y a trois ans. Entre les parties de petits chevaux au club et le suivi de son vin en tonneaux, il écoule doucement son stock : « Je suis le plus vieux vigneron en activité, je ne travaille plus mes 6,5 hectares de vigne, mais je suis toujours dans ma cave.
La goutte, autrefois on nous en demandait en fraude, mais plus maintenant. De toute façon, j'ai toujours refusé ! »

A.S.

A méditer
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
pieradam
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 13996
Enregistré le : lun. 24 sept. 2007, 13:56
Localisation : Besançon
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar pieradam » ven. 09 janv. 2009, 14:15

ABOLITION des privilèges:

Nuit du 4 aout 1789
J'te veux faire voir,si l'coucou c'est une mère

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » ven. 09 janv. 2009, 15:06

pieradam a écrit :ABOLITION des privilèges:

Nuit du 4 aout 1789


Napoléon est passé par la....

Je finirai en citant le Général de Gaulle :

"Le désir du privilège et le goût de l'égalité, passions dominantes et contradictoires des français de toute époque ..."

A méditer........
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
Domi
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 8052
Enregistré le : mar. 26 sept. 2006, 12:31
Localisation : SPM
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar Domi » ven. 09 janv. 2009, 15:25

Merci Gilbert, :bravo: :bravo: :bravo:

Ca m’a rappelé de bon moment passer avec mon grand père !!

J’allais cueillir les prunelles âpres la premiere geler pour en faire une excellente ‘niole’ !en plus du pruneau et pomme et divers qui reposait dans de bon et vieux tonneaux à la cave !!

Avec le décès de mon grand père son ‘droit ‘ de" bouilleur de cru" à été perdu, et donc nous devons aller à la distillerie municipale et donc payer les droits imposable sur les degrés !!

A c’était la belle époque et ça sentait bon dans tout e la maison !! Nostalgie !!
Image

Avatar du membre
pieradam
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 13996
Enregistré le : lun. 24 sept. 2007, 13:56
Localisation : Besançon
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar pieradam » ven. 09 janv. 2009, 23:00

Pour les prunelles,le rendement est de :1 L au double
J'te veux faire voir,si l'coucou c'est une mère

Avatar du membre
hderogier
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 5469
Enregistré le : ven. 19 déc. 2008, 9:30
Localisation : 70 GEZIER

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar hderogier » sam. 10 janv. 2009, 9:34

Attention Domi et Pieradam il faut que que le terrain où pousse les pruneliers vous appartienne,sinon....pan,amende!
N'empêche qu'une gnôle de prunelle ,c'est vachement bon.
Je ne vous dirai pas que je possède encore un peu de kirsch framboisé distillé en 1945,car cette association est interdite à la distillation.Autrefois framboises sauvages et cerises dans le même tonneau,cela donnait une gnôle,hmm!!
N'abusez pas!!
Henri.
Rien n'est moins sûr que l'incertain.

Avatar du membre
pieradam
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 13996
Enregistré le : lun. 24 sept. 2007, 13:56
Localisation : Besançon
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar pieradam » sam. 10 janv. 2009, 22:10

Croissez et multipliez,mais n'encombrez pas !!!!!!!!!!!
J'te veux faire voir,si l'coucou c'est une mère

Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar Thierry39 » sam. 10 janv. 2009, 23:13

50 kilos de patates, un sac de sciure de bois : il te sortait 25 litres de trois étoiles à l'alambic ! :;)
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » sam. 10 janv. 2009, 23:21

Thierry39 a écrit :50 kilos de patates, un sac de sciure de bois : il te sortait 25 litres de trois étoiles à l'alambic ! :;)



Ahhh; les tontons flingueurs et la scène de la cuisine : un mythe du cinéma français :bravo:
http://fr.youtube.com/watch?v=FZmVVszcW9k
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info

Avatar du membre
Perle39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 7359
Enregistré le : sam. 11 oct. 2003, 16:58

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar Perle39 » ven. 23 janv. 2009, 18:14

Arbois : un alambic itinérant

L'alambic distille l'eau de vie dont ont besoin les viticulteurs pour produire le Macvin.

Image
L'alambic itinérant distille l'eau de vie nécessaire à la production du Macvin


Il sont un peu les alchimistes de l'alcool, mais les distillateurs itinérants se font de plus en plus rares. Dans le Jura, seules deux entreprises continuent à exercer cette profession si précieuse pour les vignerons. L'un de ces bouilleurs de cru a installé son alambic à Arbois depuis quelques jours.

Il travaille 15h par jour pour produire l'eau de vie qui servira ensuite aux viticulteurs pour fabriquer leur fameux Macvin.


Source : http://bourgogne-franche-comte.france3.fr

Avatar du membre
g_painblanc
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 1623
Enregistré le : jeu. 08 nov. 2007, 8:01
Localisation : ARC ET SENANS
Contact :

Re: Distillation familiale et reglementation

Message non lupar g_painblanc » ven. 23 janv. 2009, 23:39

Merci de l info. Ce type d alambic a un rendement de production plus important que les simples alambics communaux. ceci permet des gains de temps pour les vignerons.
Mon prénom est Gilbert, Mon nouveau site : www.arcetsenans.com
Ma passion : www.cloches.org - Mes vidéos : http://fr.youtube.com/user/gpainblanc - mon soutien : www.smam.info


Retourner vers « Savoir-faire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité