Chronique du Citoyen de Beaufort

Les questions et remarques sur le patois comtois
Avatar du membre
Thierry39
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 10693
Enregistré le : jeu. 13 juil. 2006, 14:00
Localisation : Belfort, TdB
Contact :

Chronique du Citoyen de Beaufort

Message non lupar Thierry39 » dim. 18 mai 2008, 11:24

LE PAYS
www.lepays.fr

Article du dimanche 18 mai 2008


Belfort
Chronique du Citoyen de Beaufort
Ousqu’on n’avoit poinct vu le proque

Image
Avoict le proque enfourchi son scouteure. Image DR

Oualà historiette fort drosle qui me fuct contée l’yapeu et m’en vaye-je l’escrire icy en ceste Chronique, et c’est assavoir que hiavoit un sieur qui rouloit du carrosse sulboulvare d’Adatolle-Franfe, et poinct ne rouloit ledict sieur pépère mais en grande rapidesse, et oualà que quand se luy fallut s’arrestire à une lanterne poinct ne le pouvu et s’en allit taper alcu de la ouature qu’estoit devant et fuct l’icelle fort déchtrébite de larrière et quand en descenda le sieur qui la menoit kassequefesit le sieur du carrosse rentededans ? Y claquit du fouet et cria comme un beu sur ses bourrins pour que se remettent enroute fonlakèsse ce que fesirent les iceux et ainsy s’esloignit ledict carrosse en un nuage de boussière comme si qu’on estoit au Faroueste. Holeukon ! Cassequi ne fesict poinct là en se taillant en lieu de viendre discutire avec le conduiseur de laute ouature ! Holeukon ! Passe que ce que poinct ne savoict l’iceluy, c’est que se trouvoit justes à côté de la lanterne un sieur bien congnu des Chevaliers-du-Guet, Gens d’Armes et autres citoyens-juge, et c’est assavoir tout bonnement le proque de Sa Majesté en la cité ! En l’instant que voya ce qui se passoit, fict l’iceluy aller une estafette à chouale préviendre la maison Poulaga que se falloit rappliquer vitefé en le secteur en la raison que hiavoit un jauffare, et luy-mesme kassequifict ? Y metta son heaume sur le caberlot, enfilit sa brassière parflèches, bonda (bondire : je bondas, tu bondas, escouatéra) sur son scouteure Pijot et foncit à la poursuite du sieur qui s’estoit carapaté et tiroit en mesme temps des coups de de basoucat en l’air pour luy flanquire les grelots. Et bientôt alors qu’arrivoit à un garrefour le susdict sieur carapaté avec toujours le proque qui le marquoit à la culotte, se fict empiesgé comme un bleu par quatre cents Chevaliers-du-Guet viendus à laresscousse et se retrouvict en une geosle ousque croupit encore en l’instant.
Image
Tu m'prends t'y pour un idiot, de pas m'être renseigné là-d'ssus ? Un litre de vin chaque midi qu'on a droit ! et la chopine le soir !

Retourner vers « Parlers comtois »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités