Panneaux bilingues en Franche-Comté

Les questions et remarques sur le patois comtois

Panneaux Bilingues en Franche-Comté

Favorable à 100% pour Toute la Franche-Comté
18
75%
Favorable, mais uniquement pour certains départements Franc-Comtois
0
Aucun vote
Favorable mais uniquement pour certaines villes ou villages de Franche-Comté
3
13%
Je suis neutre sur cette affaire, ils font bien comme ils veulent
2
8%
Je suis contre, le bilinguisme ne sert à rien
1
4%
 
Nombre total de votes : 24

Lacuzon
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 412
Enregistré le : mar. 13 mai 2003, 12:54
Contact :

Message non lupar Lacuzon » jeu. 04 oct. 2007, 17:24

Pour réagir par rapport à GG, je voudrais dire qu'en Languedoc, le double marquage (Français-Occitan) est assez répandu pour les noms de villages et de rues. Et quasiment universel en Catalogne. (Franco-Catalan ou Castillo-Catalan.)

Et je ne pense pas que cela gène qui que ce soit. Moi qui ne lit pas l'Occitan, ça m'intéresse, plutôt.


Mercés plan ! ::) Me fa plaser que penses aquò ! Es una bona reaccion per un franc-comtès en Occitania ! Parlas e legisses pas l'occitan mas t'interessa !

Bonne réaction, ça fait plaisir de lire que de voir de l'occitan t'intéresse ! :;) C'est clair qu'il y a pas déja quelques doubles affichages, il faudrait vraiment développer ça encore plus dans le Languedoc.

Lacuzon
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 412
Enregistré le : mar. 13 mai 2003, 12:54
Contact :

Message non lupar Lacuzon » jeu. 04 oct. 2007, 17:46

Je respecte ton avis même si c'est trés loin d'être le mien ! Je donne simplement 2-3 petits élements vu que je veux pas encore rentrer dans une polémique fatiguante :;)

Je pense qu'il n'est pas contestable dire que le double affichage parait plus normal en Bretagne, en Occitanie, ou en Catalogne, mais c'est justement par un travail de réapropriation que l'on peut s'ouvrir à d'autres choses!

Mais j'avoue que toutes ces discussions et polémiques concernant une éventuelle et hypothétique identité comtoise (de la controverse Vauban aux futures plaques d'immatriculation en passant par le site d'Alésia et maintenant les panneaux bilingues) me semblent bien dérisoires à une époque où il nous faut réfléchir à des problèmes bien plus graves.


2 élements : Déja réflechir à ce genre de chose n'est pas incompatible avec le fait de penser à des choses plus graves ( et je sais vraiment qu'il y en a ! ). Mais d'un autre côté, il y a des choses plus importantes à faire que d'écrire des blagues ( pas toujours trés recherchées ) sur un forum ::D Faire des panneaux billingues contribue à sauver un bout de culture : la diversité linguistique même pour une langue quasi morte ( ::( ) est quelque chose de pertinent !

Par contre, j'avoue que j'accorde beaucoup plus d'importance à la défense d'une langue ( quelle qu'elle soit ) au chipotage sur Alesia que je trouve complétement inutile pour le commun des mortels ( c'est autre chose pour les historiens érudits ... ). Pour Vauban, c'est pas exactement la même chose ( on part sur le principe qu'il faut savoir remettre en cause l'histoire officielle qu'on nous sert : c'est assez pertinent et ça rejoint des sujet plus graves comme la fabrication des nationalisme qui minent le monde aujourd'hui .... ).

La défense de la diversité culturelle n'a rien de dérisoire, mais vraiment rien de rien de rien et ça me choque un peu que tu dises ça ! Sache qu'a une autre échelle, la défense d'un dialecte d'oil comtois et même un peu de notre histoire peut rejoindre la défense des cultures d'autres peuples : les peuples indigènes, ... Ce n'est absolument pas la même échelle mais ça coincide vraiment même si je sais que beaucoup de monde ne pense plus à ça, s'en fout ... Il faut savoir ne pas être d'accord avec la majorité.

L'impérialisme culturel, linguistique, est vraiment une horreur que ce soit en France ou ailleurs dans le monde ! Ce n'est pas bénin, vu que c'est une mauvaise base pour la démocratie. Tu vas me dire qu'on est pas malheureux mais ça n'empèche. Comment être solidaire des cultures qui meurent, sans protéger sa propre diversité linguistique.

La diversité culturelle rejoint la biodiversité. Notre langue d'oil, notre dialecte d'oil est une originalité à préserver et ce petit quelque chose contribue à un peu de la riche diversité du monde. Bien sur, tu le ressentirais peut être plus en Occitanie ( ou en Bretagne, Catalogne, ... ), au milieu de personnes qui parlent la langue, mais il ne faut pas abandonner l'idée en Franche-Comté.

Finalement, qui serait concerné par cette initiative ? Une poignée de franc-comtois pur jus attachés à l'histoire et à la langue de leur région, ce qui est parfaitement honorable, bien évidemment, mais ça me semble bien trop marginal pour se lancer dans une telle entreprise. Et puis, vu le brassage des populations et le grand nombre d'habitants non originaires de franche-Comté, j'imagine aisément l'incompréhension générale.


Décidement tu aimes bien les francs-comtois pur jus ! ::D Tu sais, je parle occitan et je suis pas du Languedoc ni d'une autre région occitane ! Moi, mon projet c'est que l'étudiant qui vient d'ailleurs, qui arrive à Besançon puisse savoir qu'il y a une richesse, une originalité, une langue d'ici. Cette étudiant peut être de partout dans le monde, c'est ça qui est bon !

Le métissage c'est une bonne chose, ça fait vivre les culture, mais il faudrait y inclure les élements culturels comtois aussi. Comme les occitans mixent leur langue et leur culture avec toutes les autres !

Avatar du membre
Pieume
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 290
Enregistré le : ven. 01 sept. 2006, 9:18

Message non lupar Pieume » jeu. 04 oct. 2007, 20:06

surtout j'imagine que la plupart des villages en Franche Comté n'ont pas de signification particulière en patois, et comme il n'y a pas vraiment d'écriture des noms propres, tout serait à ré-inventer, en fait c'est plus une question de prononciation. Faudrait-il écrire Bsanssôn ? lolll!

Avatar du membre
Pieume
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 290
Enregistré le : ven. 01 sept. 2006, 9:18

Message non lupar Pieume » jeu. 04 oct. 2007, 20:15

donc j'ai répondu "uniquement pour certaines villes ou villages" dont le nom ou la signification en patois serait resté dans les mémoires ? il ne doit pas y en avoir beaucoup.

Avatar du membre
Murie
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 5149
Enregistré le : lun. 28 mai 2007, 10:31
Localisation : Oppido maximo Sequanorum

Message non lupar Murie » jeu. 04 oct. 2007, 20:34

Hey, Pieume.... ce n'est pas non plus complètement débile, ce que tu dis...
Image

Vous n'voulez pas aouâr facile d'en faire façon :invis:

Avatar du membre
Ivy
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 6892
Enregistré le : mer. 31 janv. 2007, 10:33
Localisation : Saint Vit

Message non lupar Ivy » jeu. 04 oct. 2007, 21:48

Il y a encore une mémoire vivante dans les villes et villages de la région. En fouillant un peu, il doit être possible de trouver un nom pour chaque ville.
Je sais que souvent les instances religieuses ont des registres assez complets sur la vie des villages. Lacuzon pourra surement confirmer que quelques prêtres ont pris la peine de faire un glossaire de la langue Comtoise.
Alors d'accord, peut être que ça ne marchera pas pour tous les noms mais il doit déjà en avoir un certain nombre. J'espère...
Image

I Viôsse You
Visiblement :invis:.

Lacuzon
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 412
Enregistré le : mar. 13 mai 2003, 12:54
Contact :

Message non lupar Lacuzon » ven. 05 oct. 2007, 11:00

surtout j'imagine que la plupart des villages en Franche Comté n'ont pas de signification particulière en patois, et comme il n'y a pas vraiment d'écriture des noms propres, tout serait à ré-inventer, en fait c'est plus une question de prononciation. Faudrait-il écrire Bsanssôn ? lolll!


Ca c'est un autre problème ! C'est un problème de graphie. Il est clair et net qu'un gros travail n'a pas été fait sur la langue comtoise. Ce travail a été fait pour des langues d'oil équivalents comme le gallo en Bretagne, le Wallon, le picard, et même un peu le normand. Mais le franc-comtois ne s'est pas doté ( encore .. ? ) d'une graphie efficace et standard. Ce n'est pas une fatalité, avec Zoul, on y réflechit ( modestement ) quand on bosse sur la langue.

donc j'ai répondu "uniquement pour certaines villes ou villages" dont le nom ou la signification en patois serait resté dans les mémoires ? il ne doit pas y en avoir beaucoup.


Je ne dis pas qu'il est possible de tout trouver mais 2 choses ! Primo, il existe encore des asso dynamiques pour le franc-comtois/Jurassien et dans leurs écrits on trouve pas mal de noms de localité !

Secundo, certains n'aiment pas ça, mais on peut en se basant sur la structure de la langue " comtoiser " des noms de communes. Tout le monde aime pas, mais moi j'ai aucune pitité ! ::P

Avatar du membre
gg25
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2169
Enregistré le : mer. 08 févr. 2006, 23:33
Localisation : Plancher-Bas (70)

Message non lupar gg25 » sam. 06 oct. 2007, 17:35

Message original: Lacuzon

... je veux pas encore rentrer dans une polémique fatiguante

...Déja réflechir à ce genre de chose n'est pas incompatible avec le fait de penser à des choses plus graves

...Mais d'un autre côté, il y a des choses plus importantes à faire que d'écrire des blagues ( pas toujours trés recherchées ) sur un forum

...Faire des panneaux billingues contribue à sauver un bout de culture : la diversité linguistique même pour une langue quasi morte ( ::( ) est quelque chose de pertinent !

...Par contre, j'avoue que j'accorde beaucoup plus d'importance à la défense d'une langue ( quelle qu'elle soit ) au chipotage sur Alesia que je trouve complétement inutile pour le commun des mortels ( c'est autre chose pour les historiens érudits ... ).

...Pour Vauban, c'est pas exactement la même chose ( on part sur le principe qu'il faut savoir remettre en cause l'histoire officielle qu'on nous sert : c'est assez pertinent et ça rejoint des sujet plus graves comme la fabrication des nationalisme qui minent le monde aujourd'hui .... ).

...La défense de la diversité culturelle n'a rien de dérisoire, mais vraiment rien de rien de rien et ça me choque un peu que tu dises ça !

...L'impérialisme culturel, linguistique, est vraiment une horreur que ce soit en France ou ailleurs dans le monde ! Ce n'est pas bénin, vu que c'est une mauvaise base pour la démocratie. Tu vas me dire qu'on est pas malheureux mais ça n'empèche. Comment être solidaire des cultures qui meurent, sans protéger sa propre diversité linguistique.

...La diversité culturelle rejoint la biodiversité.


...Décidement tu aimes bien les francs-comtois pur jus !

...Le métissage c'est une bonne chose, ça fait vivre les culture, mais il faudrait y inclure les élements culturels comtois aussi.


Pour ce qui est de la polémique, entièrement d'accord avec toi. Je ne faisais qu'apporter une réponse à l'ami Beuillot qui s'interrogeait sur les motivations des gens qui ont voté neutre.
Cela dit, bien que nous ne soyons pas d'accord sur pas mal de points, je pense néanmoins que sur le fond nous ne sommes pas si éloignés qu'on pourrait le croire. Et puis argumenter, même de façon polémique (mais sans agressivité come c'est notre cas, me paraît plus enrichissant que fatiguant.

Certes, penser à des choses secondaires n'empêche pas de penser à des choses plus graves et je ne mets pas en cause la sensibilité aux grands problèmes du monde de ceux qui comme toi se passionnent pour ce qui me semble à titre personnel accessoire. Mais je persiste à penser quand même qu'il y a des priorités et que tout ne se vaut pas.

Pour ce qui est des blagues, je cite, pas toujours recherchées, je ne me sens pas du tout concerné par cette petite "pique" et je t'en laisse l'entière responsabilité. Ceux et celles qui sont visés apprécieront. Mais je trouve plutôt sain que sur les forums de cancoillotte.net y règne plutôt la bonne humeur que l'austérité, et ceux et celles qui font de l'humour ne manquent sans doute ni de pertinence ni de profondeur lorsqu'ils interviennent sérieusement, il n'est nullement besoin d'être "coincé" pour discuter de sujets pas forcément légers.

Les panneaux bilingues pour sauver la culture régionale ? Là ça me laisse un peu rêveur et je pense que ce ne serait qu'un gadget. Il serait plus important que les programmes scolaires y consacrent un peu de temps. Lorsque j'étais prof des Ecoles, j'incluais dans le programme d'histoire officielle une bonne dose d'histoire locale, rien ni personne ne m'a jamais empêché de le faire.

Pour Alésia, rien à ajouter, on est parfaitement sur la même longueur d'ondes.

Pour Vauban, en revanche, j'ai trouvé la polémique excessive et je ne vois pas pourquoi l'histoire dite officielle serait toujours tendancieuse, comme certains voudraient le faire croire abusivement. L'histoire officielle s'est sans doute souvent trompée, a certainement aussi parfois été orientée pour des raisons diverses mais les historiens savent quand même évoluer pour exploiter les recherches récentes et sont pas tous de vilains manipulateurs. Et quand tu parles de nationalisme , c'est assez cocasse car je pense que les adversaires acharnés de la célébration de l'année Vauban ont souvent fait preuve en l'occurence de sentiments et d'arguments de nature nationaliste, et hélas dans le mauvais sens du terme.

Je n'ai jamais dit que la défense de la diversité culturelle était dérisoire, je voulais parler des moyens envisagés, comme les panneaux bilingues dont je ne vois pas vraiment l'apport culturel.

L'impérialisme culturel et linguistique est sans doute une horreur, comme tu le dis, et je t'approuve sincèrement. Commençons déjà par défendre la langue française contre les anglicismes (ce qui n'empêche pas bien sûr d'améliorer l'apprentissage de l'anglais), et préservons autant que possible les langues régionales et ce qui reste des patois locaux, ce que je souhaite de tout coeur, bien que je sois assez pessimiste. Cela dit je ne pense pas là encre que l'usage des panneaux bilingues soit une solution bien efficace à ce problème.
Et les atteintes à la démocratie dépassent hélas largement le problème de la disparition des parlers régionaux.

La diversité culturelle rejoint la biodiversité, dis-tu. Ce n'est pas faux, évidemment, mais là encore il y a des combats prioritaires, même si l'un n'empêche pas l'autre.

Pour ce qui est des "francs-comtois pur jus", je ne comprends pas trop ce que tu veux dire en disant que je les aime bien. Né à Paris de père franc-comtois et de mère bourguignonne et vivant depuis bien longtemps en Franche-Comté, je n'en suis pas vraiment un. Je n'aime pas trop l'expression "de souche", trop connotée extrême droite, c'est pourquoi je dis "pur jus" pour désigner ceux qui se sentent de vrais comtois parce qu'issus d'après leur généalogie d'une longue lignée de comtois. Cela dit, il n'y a acune fierté à en retirer puisque ce sont les hasards de la naissance qui nous font naître ici ou là.

Le métissage culturel est une bonne chose, je ne te le fais pas dire, c'est pourquoi je me méfie des thèses régionalistes outrancières et passéistes (et à mon avis assez réacs) qui me semblent aller à contre-courant de l'histoire. "Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part", chantait Brassens pour désigner ceux qui confondent chauvinisme nationaliste et amour de leur pays (région) d'origine. Ce sont justement ces dérives nationalistes qui me semblent dangereuses à une époque où on a beaucoup plus besoin de cohésion nationale que de communautarisme quel qu'il soit.
Mais rassure-toi, je ne te ferai bien sûr pas l'injure de te situer dans ce genre de mouvance extrêmiste, je pense que tu es quelqu'un de sincère dans tes convictions et je respecte parfaitement tes opinions, même si tu les exprime souvent avec une certaine vivacité. Mais il était normal que je te réponde, sans animosité excessive ni polémique fatiguante.
Bien cordialement.

Avatar du membre
gg25
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2169
Enregistré le : mer. 08 févr. 2006, 23:33
Localisation : Plancher-Bas (70)

Message non lupar gg25 » sam. 06 oct. 2007, 17:42

Désolé pour les quelques fautes de frappe, j'aurais dû relire avant plutôt qu'après avoir posté.

Avatar du membre
lionel
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 23806
Enregistré le : ven. 08 déc. 2006, 14:09
Localisation : A l'ouest, toujours plus à l'ouest...

Message non lupar lionel » sam. 06 oct. 2007, 17:50

Message original: gg25
Désolé pour les quelques fautes de frappe, j'aurais dû relire avant plutôt qu'après avoir posté.

Je te rappelle que tu peux, si tu le souhaites, "éditer" ton message pour le corriger à ta guise. :;)
A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.

Lacuzon
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 412
Enregistré le : mar. 13 mai 2003, 12:54
Contact :

Message non lupar Lacuzon » sam. 06 oct. 2007, 17:53

Il serait plus important que les programmes scolaires y consacrent un peu de temps.


100% d'accord avec toi. Même si l'un n'empèche pas l'autre !

Pour ce qui est des "francs-comtois pur jus", je ne comprends pas trop ce que tu veux dire en disant que je les aime bien. Né à Paris de père franc-comtois et de mère bourguignonne et vivant depuis bien longtemps en Franche-Comté, je n'en suis pas vraiment un. Je n'aime pas trop l'expression "de souche", trop connotée extrême droite, c'est pourquoi je dis "pur jus" pour désigner ceux qui se sentent de vrais comtois parce qu'issus d'après leur généalogie d'une longue lignée de comtois. Cela dit, il n'y a acune fierté à en retirer puisque ce sont les hasards de la naissance qui nous font naître ici ou là.


J'ironisais simplement sur les comtois pur jus, car dans ma conception des choses, une culture régionalie n'a rien à voir avec des origines et un arbre généalogique, mais tient plus d'une richesse culturelle que peut s'approprier tout le monde ( et c'est même nécessaire ! ) y compris les nouveaux arrivants ! La culture comtoise ( comme la française ) ne serait pas ainsi exclu du métissage culturelle qu'apporte ( entre autre ) les nouveaux arrivants.

Le métissage culturel est une bonne chose, je ne te le fais pas dire, c'est pourquoi je me méfie des thèses régionalistes outrancières et passéistes (et à mon avis assez réacs) qui me semblent aller à contre-courant de l'histoire. "Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part", chantait Brassens pour désigner ceux qui confondent chauvinisme nationaliste et amour de leur pays (région) d'origine. Ce sont justement ces dérives nationalistes qui me semblent dangereuses à une époque où on a beaucoup plus besoin de cohésion nationale que de communautarisme quel qu'il soit.
Mais rassure-toi, je ne te ferai bien sûr pas l'injure de te situer dans ce genre de mouvance extrêmiste, je pense que tu es quelqu'un de sincère dans tes convictions et je respecte parfaitement tes opinions, même si tu les exprime souvent avec une certaine vivacité. Mais il était normal que je te réponde, sans animosité excessive ni polémique fatiguante.
Bien cordialement.


Il existe un bon nombre de courant régionaliste dont je me sens trés proche qui sont à la fois pour préserver leur identité et leur culturel et pour le métissage culturel ! Le " régionalisme " n'est pas l'apanage des réac' et de l'extrème droite qui récupèrent les identités pour les mettre à leur sauce dégoutante, il existe de nombreux mouvements de l'autres côté de la barrière qui sont contre le racisme et la xénophobie, mais l 'exprime à travers une autre langue et d'autres élements culturels que le français.

Au sujet du nationalisme, il existe de nombreux courants " régionalistes " qui rejettent le " nationalisme cloisonné et le repli sur soi " pour une autre conception qui prend en compte l'identité d'un peuple mais s'ouvre aux autres et relativise les frontières. Y compris des personnes se réclamant parfois d'un " nationalisme-régional " mais qui tient à une autre conception et n'a rien à voir avec l'extrème-droite. Au contraire, de nombreux courants régionalistes sont plus liés à des courants qui relatisent les frontières des états existant plutôt que d'en recréer des plus petites.

Pour avoir un bon exemple des courants qui mèlent défense d'une culture et d'une identité et ouverture sur le monde et sur les autres cultures, l'occitanisme ( tout ce qui touche à la défense de la langue occitane et parfois les revendications sur le territoire d'une grande partie du sud de la France ) est trés ouvert et le revendique trés visiblement. il n'y a qu'a voir un groupe comme Massilia Sound System qui est le type même du groupe qui métisse à la sauce provençale / occitane ... Ce n'est qu'un petit exemple, il y a vraiment tout une part de " régionalisme " ( et même de nationalisme, n'ayons pas peur des mots ! ) qui sont trés ouverts !

Avatar du membre
patoisantlorrain
Une cuillère pour goûter
Une cuillère pour goûter
Messages : 35
Enregistré le : sam. 18 août 2007, 15:51
Contact :

panneaux bilingues en franc-comtois

Message non lupar patoisantlorrain » sam. 06 oct. 2007, 20:00

A Lacuzon
Comme tu es déjà échaudé par les réponses précédentes, je vais essayer d'être diplomate.
En ce qui concerne le régionalisme, je sais qu'on peut défendre sa région tout en restant ouvert aux autres cultures (j'ai vu cela quand j'apprenais la langue bretonne lors des stages de breton à Tréglonou).
C'est plutôt le secundo qui me dérange. En Franche-Comté, vous mettez un peu la charrue avant les boeufs, je veux dire que vous proposez le bilinguisme sur les panneaux alors que vous ne connaissez pas toutes les formes comtoises. Je ne suis pas le contre le fait de "comtoiser" les noms de lieu, ce sera peut-être nécessaire mais il faut rester très prudent car on joue à l'apprent-sorcier. En Lorraine, je m'en suis aperçu avec les noms de lieu où les formes patoises ne sont pas évidentes à trouver. Exemples :
Pour Buissoncourt (Lunéville / Dombasle), j'aurais pensé Bouhhoncot mais en fait, on a Bissancot.
Pour Lexy (Longwy), j'aurais mis Lèchy mais j'ai trouvé El'ssy.
D'autres noms n'ont rien à voir :
Ancerviller = Covâ, le Tholy = lo Niû(f) Motèy (la Neuve Eglise).
Le plus intrigant est Dieulouard, Hherpane en patois. En voici l'explication. Hherpane signifie en fait Scarpone, la cité romaine de l'époque. Dieulouard signifie en patois Dieu lou ward(e), Dieu le garde et c'est le nom du château construit sur le territoire de cette localité. Mais pendant la Révolution française, Dieulouard s'appelait de nouveau Scarpone, d'où le nom en patois. Mais ce qui est vrai pour Dieulouard ne l'est pas pour Royaumeix, Libremeix à la Révolution, mais on a toujours dit R'haumeix en patois !
Comtoiser les noms de lieux oui, mais il faut savoir l'origine de ceux-ci et aussi si possible demander l'avis de patoisants et de professeurs en dialectologie.

Lacuzon
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 412
Enregistré le : mar. 13 mai 2003, 12:54
Contact :

Message non lupar Lacuzon » sam. 06 oct. 2007, 20:31

A Lacuzon
Comme tu es déjà échaudé par les réponses précédentes, je vais essayer d'être diplomate.
En ce qui concerne le régionalisme, je sais qu'on peut défendre sa région tout en restant ouvert aux autres cultures (j'ai vu cela quand j'apprenais la langue bretonne lors des stages de breton à Tréglonou).
C'est plutôt le secundo qui me dérange. En Franche-Comté, vous mettez un peu la charrue avant les boeufs, je veux dire que vous proposez le bilinguisme sur les panneaux alors que vous ne connaissez pas toutes les formes comtoises.


Je suis tout a fait d'accord ! C'est clair que les panneaux billingues en Franche-Comté, c'est en grande partie " la charrue avant les boeufs " étant donné la situation catastrophique de la langue, mais au point où on en est, on a tendance a penser a tout ce qu'on pourrait faire pour contribuer à améliorer " un tout petit peu " la situation ... Le franc-comtois comme le lorrain sont dans des situations dramatiques. Franchement malgré ma motivation, je suis loin d'être optimiste sur leur avenir donc bon autant réflechir plutôt que de ne rien faire.

C'est clair qu'il vaut mieux trouver les formes comtoises d'origines pour les communes, c'est l'idéal ! Mais je suis loin d'être contre tout ce qui touche à la modernisation de la langue, les néologismes, donc je me dis que dans les cas extrèmes, je ne suis pas contre le fait de comtoiser les noms de communes. Bien sur, ce n'est pas l'idéal mais bon, je préfererai une langue qui bouge, crée, plutôt qu'une langue qui s'endort avant demourrir définitivement ...

Aucun linguiste ne s'intéresse aujourd'hui au franc-comtois ( ou bien il est trés discret ! ), ça aurait été bien que quelqu'un prenne la succession de Colette DONDAINE qui a fait un travail exceptionel. Je trouve ça assez dingue. Bien avant des panneaux billingues, il aurait été bien qu'un linguiste fasse un travail sérieux sur la langue pour éveiller des vocations et un travail sérieux sur la langue, dont la part importante qu'est la modernisation et la standardisation de la graphie ...

Enfin voila ... Je bosse pour ma licence d'occitan et je suis super content de parler cette langue, mais j'ai un petit pincement au coeur pour la langue comtoise ...

Avatar du membre
patoisantlorrain
Une cuillère pour goûter
Une cuillère pour goûter
Messages : 35
Enregistré le : sam. 18 août 2007, 15:51
Contact :

panneaux bilingues

Message non lupar patoisantlorrain » dim. 07 oct. 2007, 12:45

Même si le lorrain et le franc-comtois sont dans une situation catastrophique, tout n'est pas perdu, sinon à quoi servirait tout le travail des patoisants de la Trouée de Belfort ?

Quand j'ai commencé mon étude du patois en 1983 (j'ai arrêté un moment pour me mettre au breton), j'ai galéré les premières années. Pour "m'encourager", on me disait : les patoisants, tu les trouveras au cimetière !". Ce qui ne m'a pas empêché de trouver une vieille dame qui m'a appris à parler le patois de mon coin, puis après j'ai trouvé des associations vosgiennes. Mais c'est vrai qu'au départ, c'était une vraie traversée du désert. Si l'occitan te donne l'énergie pour étudier le franc-comtois, moi, c'est le breton qui m'a donné une seconde motivation ! Cela ne fait que quelques années que je rencontre des jeunes (des moins de 40 ans !) qui s'intéressent au patois. Récemment sur Babel, un jeune meusien de 17 ans m'a demandé des infos sur le patois meusien.
Nous non plus, les linguistes ne nous aident pas beaucoup à par un ou deux (Pierre Colin et Jean Richard).
je me concentre plus sur les parlers vosgiens ainsi que sur le parler messin car c'est dans ces deux régions où il y a des associations (dans les Vosges, j'en connais au moins 7) mais pour certains parlers : coin de Neufchâteau, ouest meusien, c'est fini, on ne peut plus rien sauver.

A part le groupe de la Trouée de Belfort, y a-t-il d'autres associations de sauvegarde en Franche-Comté ?

Avatar du membre
Beuillot
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 22079
Enregistré le : mer. 27 déc. 2006, 23:52
Localisation : Pars collis ad orientem solem :invis: .

Message non lupar Beuillot » dim. 07 oct. 2007, 16:07

Message original: beuillot
Oui, ça peut être intéressant de connaître les noms "d'origine" des communes.

Message original: Lacuzon
C'est clair qu'il vaut mieux trouver les formes comtoises d'origines pour les communes, c'est l'idéal !

C'est même, d'après moi (et j'insiste pour dire que ce n'est que mon avis et que je n'assène aucune vérité), le seul cas où ça peut avoir un sens.
Message original: gg25
Pour ce qui est des blagues, je cite, pas toujours recherchées, je ne me sens pas du tout concerné par cette petite "pique" et je t'en laisse l'entière responsabilité. Ceux et celles qui sont visés apprécieront.

On savoure, gg. :;)
Si j'y suis t'été, c'est pas pour y rêtre.

Comme ça. Pour rien.


Image Image

Avatar du membre
Murie
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 5149
Enregistré le : lun. 28 mai 2007, 10:31
Localisation : Oppido maximo Sequanorum

Message non lupar Murie » dim. 07 oct. 2007, 18:25

Ben oui... on savoure... et on assume... :corne: un peu d'autodérision, juste pour savoir prendre un peu de recul, sert aussi à ne pas garder tout le temps la tête dans le guidon... ::)
Image

Vous n'voulez pas aouâr facile d'en faire façon :invis:

Avatar du membre
Trout39
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 304
Enregistré le : jeu. 12 oct. 2006, 22:20

Message non lupar Trout39 » lun. 08 oct. 2007, 9:45

Je n'ai pas particulièrement de partie pris pour cette proposition de panneaux bilingues
Cependant cela ne me dérangerai pas de pouvoir le lire sur les communes où le noms "secondaires" reste important localement.

Lacuzon
Un pot par jour
Un pot par jour
Messages : 412
Enregistré le : mar. 13 mai 2003, 12:54
Contact :

Message non lupar Lacuzon » lun. 08 oct. 2007, 21:23

Même si le lorrain et le franc-comtois sont dans une situation catastrophique, tout n'est pas perdu, sinon à quoi servirait tout le travail des patoisants de la Trouée de Belfort ?


Oui c'est sur : malgré le fait que je dise ça, j'ai quand même une grande motivation et je ne désespère pas.

Quand j'ai commencé mon étude du patois en 1983 (j'ai arrêté un moment pour me mettre au breton), j'ai galéré les premières années. Pour "m'encourager", on me disait : les patoisants, tu les trouveras au cimetière !". Ce qui ne m'a pas empêché de trouver une vieille dame qui m'a appris à parler le patois de mon coin, puis après j'ai trouvé des associations vosgiennes. Mais c'est vrai qu'au départ, c'était une vraie traversée du désert. Si l'occitan te donne l'énergie pour étudier le franc-comtois, moi, c'est le breton qui m'a donné une seconde motivation ! Cela ne fait que quelques années que je rencontre des jeunes (des moins de 40 ans !) qui s'intéressent au patois. Récemment sur Babel, un jeune meusien de 17 ans m'a demandé des infos sur le patois meusien.


Intéressant! c'est vraiment bien de perséverer pour le lorrain. Je souhaite que les choses progresses, que l'interet pour nos langues d'oil se développent ce qui pourrait faire évoluer les choses.

Nous non plus, les linguistes ne nous aident pas beaucoup à par un ou deux (Pierre Colin et Jean Richard). je me concentre plus sur les parlers vosgiens ainsi que sur le parler messin car c'est dans ces deux régions où il y a des associations (dans les Vosges, j'en connais au moins 7) mais pour certains parlers : coin de Neufchâteau, ouest meusien, c'est fini, on ne peut plus rien sauver.


Il y a a des dialectes en Franche-Comté qui sont " éteints " vu le nombre de locuteurs qu'il reste sur l'ensemble du domaine. Les dialectes du nord : Belfort/Montbéliard, Sundgau, et surtout Jura suisse sont les les plus vivaces et ceux qui possèdent les associations les plus actives.

A part le groupe de la Trouée de Belfort, y a-t-il d'autres associations de sauvegarde en Franche-Comté ?


Il existe l'association qui édite le buletin " La Ticlette " qui se trouve dans le coin de Vercel, Valdahon, Nods ... Ils ne sont pas spécialisé dans la langue mais l'utilisent dans leur publication. Leur dialecte est pas mal francisé ( a force ) mais se trouve pas loin de la zone francoprovençale et a une influence venant de cette zone linguistique, c'est intéressant.

Avatar du membre
patoisantlorrain
Une cuillère pour goûter
Une cuillère pour goûter
Messages : 35
Enregistré le : sam. 18 août 2007, 15:51
Contact :

panneaux blingues en franc-comtois

Message non lupar patoisantlorrain » mar. 09 oct. 2007, 0:49

Pour qu'il n'y ait pas d'idées fausses sur l'état du patois lorrain.

Les patoisants monolingues (qui n'utilisaient que le patois) sont morts vers 1930 en Lorraine, en 1950 dans les Hautes-Vosges.
Les patoisants actuels sont des gens qui on été élevés en français mais connaissent le patois parce qu'ils ont entendu leurs grands-parents et les patoisants monolingues. Mais le lorrain est pratiquement éteint partout sauf dans les Hautes-Vosges et dans certains villages de Moselle romane (cela est du à l'annexion : les gens n'avaient pas le droit de parler français et ne voulant pas parler allemand, employaient alors le patois !). Et encore, les gens qui connaissent le patois ne le pratiquent plus depuis longtemps sauf dans les réunions de patois. Heureusement, il y a eu des "pères patois", c'est à dire des personnes (curés, instituteurs, notaires), patoisantes de naissance qui ont réalisé des dictionnaires (vocabulaire et grammaire), écrits nombres d'histoires, voire des livres afin de sauvegarder leur langue, ceci entre 1870 et 1930, là où il y avait un fort régionalisme (Le Pays Lorrain, Notre Terre Lorraine). Le plus bel exemple, c'est Louis Lavigne qui a sauvé le patois de son village, Cumières, un village-martyr rasé en 14-18, en réalisant après guerre (la guerre de 14) un dictionnaire de 11500 mots avec exemples et sa grammaire. Même s'il n'y a plus aucun locuteur, on peut toujours ressusciter ce parler. Mais pour certains coins comme l'Ouest Meusien et Neufchâteau, il n'y a pratiquement aucun écrit, aucune grammaire et plus aucun patoisant, et là on peut parler de langue morte. Sinon, comme le dit joliment le linguiste Claude Hagège dans Halte à la Mort des Langues, c'est une langue muette (une langue qui ne demande qu'à être reparlée).

Avatar du membre
gg25
Cancoillotte Addict
Cancoillotte Addict
Messages : 2169
Enregistré le : mer. 08 févr. 2006, 23:33
Localisation : Plancher-Bas (70)

Message non lupar gg25 » mer. 10 oct. 2007, 20:23

Message original: beuillot
On savoure, gg. :;)


Je savais que ça te ferait plaisir.


Retourner vers « Parlers comtois »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités